Discours de Madame Sika KABORE 1 ère Dame du Burkina Faso

discours DE MADAME
a. Sika kabORE,
premiere dame du BURKINA faso,

A l’occasion de la visite de champs de production de légumineuses dans le cadre de la clôture de l’Année Internationale des Légumineuses
Kongoussi, le 10 février 2016


? Excellence Monsieur le Président du Faso,
? Monsieur le Premier Vice-Président, représentant son Excellence Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
? Madame la Directrice Générale Adjointe de la FAO,
? Monsieur le Ministre de l’Agriculture,
? Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,
? Honorables députés,
? Mesdames et messieurs les Chefs de Missions diplomatiques et représentants d’Organisations internationales et interafricaines,
? Madame le Gouverneur,
? Autorités administratives, coutumières et religieuses, para militaires et militaires,
? Mesdames et Messieurs en vos rang et grade distinctifs,
? Honorables invités,
? Productrices de Niébé de la région du Centre Nord,
? Population de Kongoussi,
La proclamation de 2016, par les Nations Unies, comme Année Internationale des Légumineuses, traduit la grande importance de ces productions pour l’atteinte des Objectifs de Developpement Durable de façon particulière (ODD2), de la souveraineté alimentaire dans le monde de façon définitive.
Le choix du Burkina Faso pour abriter la clôture de cette Année Internationale est un grand honneur fait à toutes les femmes burkinabè. En tant que Marraine de cet important événement, je m’en réjouis fortement et invite mes sœurs à la lutte contre la pauvreté qui, partout dans le monde et particulièrement chez nous, présente un visage féminin.
Notre pays a choisi de faire des légumineuses, notamment de la filière niébé, un des axes prioritaires de developpement des cultures porteuses. Cela a pour objectif de tirer profit de la demande croissante du niébé, de son rôle majeur dans l’atteinte de la sécurité alimentaire ainsi que dans la lutte contre la pauvreté des femmes, surtout en milieu rural.


Mesdames et Messieurs,
Les légumineuses sont généralement produites par les couches les plus vulnérables, notamment par les femmes. Ces cultures sont déterminantes dans leurs moyens de subsistance. Elles occupent ainsi une place de choix dans le panier alimentaire, particulièrement en période de soudure et constituent des sources importantes de revenus indispensables pour assurer les dépenses quotidiennes.
A ce titre, je voudrais saluer les efforts du gouvernement et de ses partenaires techniques et financiers qui, à travers divers projets, travaillent à accroitre la production du niébé et accompagnent spécifiquement les femmes à travers différents moyens de production.
Ces appuis, conjugués à l’engagement des productrices a permis aux femmes de la province du Bam d’obtenir les performances reconnues à l’échelle internationale.
C’est le lieu pour moi de féliciter l’Union Provinciale Féminin Namanzanga du Bam, lauréate du prix du concours de la meilleure plateforme d’Innovation pour l’Afrique de l’Ouest avec l’Accompagnement du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest.
Distingués invités,
Vaillantes productrices,
J’invite l’ensemble des partenaires techniques et financiers à plus d’engagements pour l’amélioration des performances de la filière légumineuse en faveur des femmes.
A travers la présente visite, nous réaliserons qu’elles bravent des conditions difficiles pour parvenir à des résultats relativement satisfaisants. Cela démontre leur farouche volonté de se prendre en charge par le fruit de leur labeur.
Aussi, est-il impératif de les aider davantage à travers des projets structurants pour améliorer leur participation à l’économie nationale, non seulement par la production, mais aussi par la transformation et la commercialisation des légumineuses.
Vive la valorisation des légumineuses pour une agriculture durable, une sécurité alimentaire et nutritionnelle !
Vive la femme engagée pour son autonomisation !
Bonne visite à toutes et à tous !
Je vous remercie.