Le Président du Faso offre un déjeuner à son homologue de Côte d’Ivoire

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a offert un déjeuner au Président de la République de Côte d’Ivoire, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, dans la mi- journée du 04 mars 2017 à Ouagadougou. A cette occasion, les deux chefs d’Etat ont prononcé chacun un toast.
Outre les Présidents Roch Marc Christian KABORE et Alassane Ouattara, ce déjeuner a connu la présence de plusieurs personnalités comme le Premier ministre Paul Kaba THIEBA, le président de l’Assemblée nationale Salifou DIALLO, la Secrétaire générale de l’organisation internationale de la Francophonie, (OIF), Michaëlle JEAN.
Prononçant son toast, le Président du Faso a exprimé « l’immense » joie qui l’anime en accueillant son homologue ivoirien ainsi que la forte délégation qui l’accompagne. Le Président Roch Marc Christian a également saisi l’occasion pour adresser ses sincères remerciements au Président Alassane OUATTARA, pour avoir répondu favorablement à son invitation à participer à la grande fête du cinéma africain à Ouagadougou. « La République sœur de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso partagent, au- delà de la géographie et de l’histoire, un riche et commun patrimoine culturel dont le cinéma est assurément l’un des vecteurs essentiels et une courroie de transmission de valeurs socioculturelles qui contribuent à la sauvegarde de l’identité de nos peuples. Ce patrimoine, expression de notre identité commune, doit demeurer le levain de nos relations séculaires de coopération. Le peuple ivoirien a toujours œuvré à la promotion de valeurs culturelles qu’il a su partager avec les différents pays frères de la sous-région et du continent africain », a déclaré le Président du Faso.
Pour le chef de l’Etat burkinabè, c’est sans doute dans cet esprit et en reconnaissance de l’immense contribution de la Côte d’Ivoire à la promotion de la culture en Afrique, en particulier du cinéma africain que le comité d’organisation du FESPACO a porté son choix sur ce pays, en qualité de « pays invité d’honneur » du FESPACO 2017.
« Fort des acquis enregistrés par le FESPACO depuis sa création, nos deux pays doivent continuer d’œuvrer à la promotion et au renforcement de leur coopération culturelle. C’est pourquoi, je me félicite de l’existence d’une coopération féconde dans le cadre du Traité d’Amitié et de Coopération qui lie nos deux gouvernements et nos deux pays et dont une réunion d’évaluation aura lieu du 15 au 17 mars courant, à Bobo-Dioulasso. Je demeure convaincu qu’ensemble, nous pourrons contribuer à relever le défi d’un cinéma africain intégrateur et conquérant, au service d’une Afrique ouverte au monde, plus unie, plus prospère et plus solidaire », a affirmé le Président du Faso avant de demander à l’assistance de lever les verres pour que vive l’amitié et la coopération entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.
Dans sa réponse, le Président de la République de Côte d’Ivoire a remercié le Président du Faso et le comité d’organisation du FESPACO, pour avoir choisi son pays comme pays invité d’honneur. « C’est un grand honneur fait à la Côte d’Ivoire, d’être le pays invité d’honneur et je vous remercie pour avoir voulu bien m’inviter pour participer à la séance de clôture de ce grand évènement qu’est le FESPACO. Nous sommes à sa 25e édition. Depuis lors, le cinéma africain a évolué de manière importante. En regardant les différentes séries sur les chaînes de télévision de Côte d’Ivoire comme du Burkina, on se rend compte de la richesse qui caractérise nos artistes et nos acteurs. Je voudrais les saluer et les remercier. Pour nous, être pays invité d’honneur pour ce grand évènement est un honneur tout particulier, parce que le cinéma est quelque chose d’essentiel pour le quotidien de nos citoyens », a fait savoir le Président Alassane OUATTRA. Le chef de l’Etat ivoirien a ensuite rendu hommage à son Ministre de la culture, Monsieur Maurice Kouakou BANDAMA, pour le travail « remarquable » qu’il a entrepris pour développer l’industrie cinématographique en Côte d’Ivoire. Il a terminé son propos en souhaitant que le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire continuent de travailler ensemble de façon étroite.