La construction du dépôt d’hydrocarbures de Péni est « une victoire pour assurer la sécurité énergétique de notre pays », a déclaré le Président du Faso

A l’issue de la cérémonie d’inauguration du dépôt d’hydrocarbures de Péni le samedi 29 juillet 2017, le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a exprimé sa satisfaction de voir la concrétisation d’un projet vieux de 17 ans. Une infrastructure qui vient renforcer les capacités de la SONABHY.
« L’inauguration aujourd’hui du dépôt d’hydrocarbures de Péni est non seulement une grande fierté pour le Burkina Faso de façon générale, mais également une victoire pour assurer la sécurité énergétique de notre pays », a confié le chef de l’Etat avant d’ajouter qu’il se « réjouit de pouvoir inaugurer ce site moderne et automatisé ».
Le nouveau dépôt d’hydrocarbures de la Société nationale burkinabè d’Hydrocarbures (SONABHY) de Péni va renforcer les capacités de dépôt et de distribution « aussi bien pour l’instant du gaz, mais plus tard pour les produits liquides de la SONABHY d’ici à deux ans ».
Selon le Président du Faso, cette déconcentration des installations de la nationale des hydrocarbures est une politique de rapprochement de l’ensemble de ses dispositifs énergétiques aux populations. Le dépôt d’hydrocarbures de Péni est « un maillon dans la consolidation des infrastructures de la SONABHY sur le territoire national. Je pense que c’est son rôle et on ne peut que saluer cette action », a-t-il précisé.
La réalisation de cette première partie du dépôt de Péni qui ne concerne que le gaz, a nécessité la mobilisation de 19 milliards de F CFA, alors que bientôt, a noté le Président Roch Marc Christian KABORE, « nous devons mettre en place la seconde partie qui concerne les produits liquides. On ne peut que souhaiter que l’Etat continue de soutenir la SONABHY, que l’Etat continue de poursuivre son désengagement en termes d’endettement auprès de la SONABHY pour permettre à cette société de faire des réalisations. Je salue tous ceux qui ont contribué à cette belle réalisation, ce qui a permis de transformer en une réalité ce qui était un rêve il y a 17 ans ».
Le chef de l’Etat en a profité pour interpeller certains conducteurs de taxis sur l’utilisation du gaz butane comme carburant. « Cette pratique pose surtout des problèmes de sécurité. Tant que ce n’est pas un mécanisme qui est vraiment monté avec la technologie qu’il faut, il est évident qu’il y a des risques, et sur la vie des chauffeurs qui conduisent ces véhicules, et sur la vie de leurs passagers. C’est pourquoi, des décisions ont été prises pour mettre ces véhicules hors circulation pour éviter d’éventuels cas d’accidents ».
Le Président du Faso a par ailleurs souligné la nécessité de trouver les moyens d’aider les taximen à se rééquiper de façon normale pour que les taxis de nos villes soient de bonne qualité.
« Nous allons nous atteler à cette réflexion afin de pouvoir renouveler ce parc de taxis qui est vraiment obsolète », a-t-il conclu.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso