Le Burkina Faso et la Suisse s’accordent sur la dynamisation de plus de 40 ans de coopération bilatérale

Le Président du Faso a eu une rencontre de travail avec Madame Doris LEUTHARD le mardi 17 octobre 2017 au Palais fédéral de Berne en Suisse. Le Président Roch Marc Christian KABORE et la Présidente de la Confédération helvétique ont animé un point de presse à l’issue de leur entretien qui a porté entre autres, sur les questions politique, sociale et les droits de l’homme.
40 ans de coopération bilatérale lient le Burkina Faso et la Suisse. La Confédération helvétique vient d’adopter une nouvelle stratégie de coopération sur la période 2018-2020 et le Burkina Faso est l’un des bénéficiaires de cette nouvelle démarche. Le pays est également tête de liste des bénéficiaires de l’aide de la société civile suisse. Ce bilan de la coopération passé en revue par les deux personnalités, témoigne, de l’avis de Madame Doris LEUTHARD, de l’excellence des relations bilatérales entre les deux pays. L’examen de cette longue collaboration a aussi convaincu les deux délégations à poursuivre le chemin ensemble. Dans cette nouvelle dynamique, les échanges vont porter sur des secteurs tels que les changements climatiques, la lutte contre la sècheresse et l’accès à l’eau, à l’éducation et à la formation professionnelle. La Suisse s’est engagée à soutenir notre pays dans le processus de développement local et d’amélioration des conditions d’existence des populations à la base.
Les questions des droits de l’homme, l’élimination de la peine de mort et les questions de migration sont des préoccupations pour la Suisse qui a remercié le Burkina Faso « pour son rôle positif » dans ces domaines.
Les discussions entre les deux parties ont aussi porté sur les échanges commerciaux. La Suisse fait partie des acheteurs de l’or produit au Burkina Faso. Elle s’est montrée disposée à accompagner son partenaire pour créer de la valeur ajoutée dans l’exploitation de cette richesse. Pour Madame Doris LEUTHARD, les conditions doivent être créées pour une exploitation légale des ressources minières et surtout éloigner les enfants de cette exploitation. Sur cette question, elle s’est félicitée de la stratégie présentée par le gouvernement burkinabè en vue d’améliorer les conditions d’exploitation de l’or.
Si l’exploitation industrielle de l’or se fait dans « les règles de l’art », l’exploitation artisanale est source de difficultés, reconnaît le Président du Faso. C’est pourquoi il a rassuré les partenaires suisses de l’engagement de son gouvernement à « interdire la participation des enfants à l’exploitation artisanale de l’or ». Il sera également mis en place un dispositif incitatif d’achat des productions artisanales de l’or par l’Etat, de sorte à préserver l’intérêt national, a précisé le chef de l’Etat qui a par ailleurs annoncé un travail de sensibilisation et des mesures coercitives en vue de maîtriser les conditions d’exploitation de l’or au Burkina Faso.
Le Président du Faso a quitté le Palais fédéral de Berne avec la promesse que « la Suisse va rester un partenaire très fidèle qui va soutenir le développement au Burkina Faso ».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso