18ème Conférence des chefs d’État et de gouvernement du CILSS : Le Président Roch Marc Christian KABORE désigné pour assurer la présidence

La 18ème Conférence des chefs d’État et de gouvernement du Comité permanent Inter-États de Lutte contre la Sécheresse au Sahel (CILSS) s’est ouverte ce 7 février 2018 à Niamey en présence de six chefs d’État dont le Président du Faso et du Premier ministre togolais représentant le Président de la République togolaise. Dès l’ouverture de la Conférence, le Président Mahamadou ISSOUFOU du Niger a ressassé les maux qui entravent le développement de l’espace sahel. Le Président ISSOUFOU pense que l’une des « principales causes des déséquilibres socioéconomiques et environnementaux est la désertification ». La rencontre de Niamey a pour objectif d’évaluer les progrès enregistrés et de donner des directives pour impulser une nouvelle dynamique à cette organisation. Le chef de l’État nigérien a alors recommandé une « synergie d’actions au niveau du CILSS pour permettre de lutter efficacement contre la désertification et une insertion avantageuse des secteurs de l’agriculture et de l’élevage dans l’économie africaine ». Les pays du CILSS, a-t-il dit, disposent « d’énormes potentialités pour satisfaire les besoins des populations ». Pour le Président sénégalais Macky SALL, le Sahel est le « concentré de tous les maux liés au changement climatique ». D’où, une invite de sa part à la résilience. Le Président Idriss Déby ITNO du Tchad est du même avis que son homologue sénégalais. Aussi, a-t-il reconnu les avancées enregistrées lors de la présidence du Président Ibrahim Boubacar KEÏTA à la tête de l’institution et a salué la « délicatesse avec laquelle celui-ci a géré la crise institutionnelle survenue au sein du CILSS et qui a connu son dénouement fin 2016 par une profonde réforme et l’institution d’une bonne gouvernance avec l’appui des États membres ». Le Président DEBY ITNO a annoncé à la conférence que la présidence de leur institution sera assurée par le Président Roch Marc Christian KABORE pour poursuivre et approfondir l’œuvre de son prédécesseur. Dans son discours d’ouverture, le Président malien a fait remarquer que la tenue des deux Sommets du G5 Sahel et du CILSS n’est pas le fait du hasard car la sécurité et le développement sont étroitement liés et il ne peut y avoir l’un sans l’autre. Ce Sommet se tient, a déclaré le Président sortant du CILSS « à un moment où notre espace fait face à des défis sécuritaires sans précédent avec des attaques répétitives des terroristes et des bandits armés ». Il a donc invité les États membres à payer régulièrement leur contribution afin que le CILSS puisse répondre aux missions qui lui sont assignés. C’est en cela que les bailleurs pourront accompagner au mieux le CILSS. Ceux-ci, par la voix de leur chef de file, Monsieur Alexandre DEPREZ, Directeur de la Mission régionale USAID Afrique de l’Ouest a reconnu l’utilité du CILSS qui est « indéniable » et l’engagement des Partenaires techniques et financiers aux côtés de l’institution. « Nous n’avons pas d’autres alternatives que de combattre et vaincre la sécheresse, la désertification et l’insécurité alimentaire », a-t-il indiqué. Monsieur DEPREZ a reçu un témoignage de reconnaissance des chefs d’État et à son tour a remis une écharpe aux Président sortants Ibrahim Boubacar KEÏTA et entrant Roch Marc Christian KABORE. La Direction de la Communication de la Présidence du Faso