Journée internationale de la Femme : Les femmes réfléchissent sur leur implication dans le développement du Burkina

L’épouse du Président du Faso, Madame Sika KABORE a présidé dans la matinée du 07 mars 2018, un panel sur le thème « la participation de la femme à la gouvernance : états des lieux, défis et perspectives ». Cette activité entre dans le cadre de la commémoration de la 161e Journée internationale de la Femme conjointement avec le 5e Forum national des Femmes.

A l’ouverture du panel, on notait la présence du Ministre d’Etat auprès de la Présidence du Faso, Monsieur Simon COMPAORE, représentant le Premier ministre ainsi que des membres du gouvernement.
A l’entame de son discours, la Ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Madame Laurence ILBOUDO /MARSHALL a d’abord fait observer une minute de silence à la mémoire des victimes de l’attaque du 02 mars 2018.
Elle a ensuite traduit ses remerciements à l’épouse du Président du Faso pour sa présence qui témoigne de son engagement à accompagner toutes les initiatives de promotion et de protection des droits de la femme.
Selon Madame ILBOUDO, les femmes sont sous représentées à toutes les instances de la gouvernance au Burkina Faso, ceci, en dépit de leur nombre (51,7% de la population) et de l’important rôle qu’elles jouent dans la vie socio-économique du Burkina. Et c’est pour susciter la réflexion que ce panel est organisé et « devrait permettre de mieux cerner les problématiques des inégalités entre les hommes et les femmes, de faire ressortir les défis à relever et de susciter une prise de conscience collective sur les conséquences de la non implication des femmes dans les diverses instances décisionnelles ».
L’assistance a ainsi eu droit à la présentation de deux sous thème du panel et le premier a porté sur « les défis de l’application de la loi sur le quota genre : quelles stratégies pour un meilleur accès des femmes aux postes électifs ». Le second était relatif à « l’autonomisation socio-économique inclusive des femmes au Burkina Faso : quels défis dans la mise en œuvre du Plan national de Développement économique et social ».
Chaque présentation a suscité le débat et les femmes se sont beaucoup exprimées sur le renforcement de leurs capacités, le positionnement sur les listes électorales, l’augmentation du budget de leur ministère de tutelle, le soutien pour leur autonomisation économique effective, etc.
Pour l’épouse du Président du Faso, la réflexion autour du panel est importante puisqu’il s’agit de la participation des femmes au développement du Burkina Faso à travers leur participation aux instances de décisions.
« Je suis très heureuse qu’elles aient effectivement fait le déplacement pour évoquer les problèmes et voir ensemble quels sont les facteurs de blocage et les perspectives qui s’offrent à nous. En tant qu’épouse du chef de l’Etat, je suis moi-même concernée au premier chef. Dans son programme politique, le Président du Faso a mis la femme au cœur de ses préoccupations. Il nous appartient à présent à nous femmes, de faire de ce programme une réalité. Il va s’agir de voir comment mieux nous impliquer dans le développement de notre pays. Il faut aussi que les hommes comprennent que le développement se conçoit ensemble pour aller de l’avant », a déclaré l’épouse du chef de l’Etat.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso