Journée internationale de la Femme : Les femmes du Burkina exposent leurs priorités au Président du Faso

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, accompagné de son épouse a eu des échanges directs avec les femmes du Burkina le 08 mars 2018 à Ouagadougou, à l’occasion de la cérémonie commémorative de la 161e Journée internationale de la Femme.
Marquant une rupture avec les cérémonies commémoratives précédentes, la journée de ce 08mars 2018 a d’abord débuté par l’observation d’une minute de silence à la mémoire ses victimes de la double attaque terroriste du 02 mars 2018 et par l’exécution de l’hymne national. Ensuite, les 13 présidents de délégation régionaux ont été investis parrains régionaux des femmes pour la période 2018-2020 par la Ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Madame Marie Laurence ILBOUDO/MARCHAL. Ceux-ci sont chargés du suivi de la mise en œuvre des recommandations issues de la commémoration de la Journée internationale de la Femme.
A cette cérémonie commémorative, 24 personnes physiques et morales ont été aussi faites Chevalier de l’Ordre de mérite de la Santé et de l’Action sociale avec agrafe Action sociale. A ces personnes, s’ajoute l’épouse du Président du Faso, Madame Sika KABORE qui a été élevée au rang d’Officier de l’Ordre national pour ses multiples actions en faveur de la femme burkinabè.
Après avoir félicité les parrains régionaux et les récipiendaires, le Président du Faso a prêté une oreille attentive aux priorités des femmes. Tour à tour, les représentantes des femmes des 13 régions du Burkina ont présenté leurs doléances. Elles se résument à l’application effective du quota genre de 30% pour les postes électifs et nominatifs, à l’augmentation du budget du ministère de la Femme, à la scission du même ministère avec d’un côté la Promotion de la Femme et le genre et de l’autre, l’Action sociale , la construction ou la réhabilitation des maisons de la femme, la mise à disposition de technologies pour la transformation des produits locaux, la prise en compte des femmes dans l’attribution des parcelles au niveau des plaines aménagées, le bitumage des routes, la dotation en micro-crédits pour le renforcement des activités génératrices de revenus, l’instauration de forages, la vulgarisation de l’énergie solaire, le maintien des filles à l’école, la mise à disposition de spécialistes en santé pour la réparation des fistules obstétricales, etc.
Le Président du Faso a dit avoir noté toutes ces préoccupations et a salué les femmes pour leur engagement « entier pour le développement du Burkina, malgré un contexte difficile lié aux pesanteurs sociales ».
Répondant aux préoccupations, le chef de l’Etat a indiqué que l’accent doit être mis sur l’éducation de la jeune fille qui est la base du développement économique et social de la femme.
Le Président du Faso a pris l’engagement de relever le budget du ministère de la Femme de façon substantiel afin que ce ministère puisse jouer véritablement son rôle. Un autre engagement est celui qui concerne la construction et la réhabilitation des maisons de la femme, de même que la révision de la loi sur le quota genre afin que l’objectif des 30% dans les postes électifs et nominatifs soit atteint.
Au sujet de l’accès au crédit, le Président du Faso a annoncé la restructuration du Fonds d’Appui aux Activités rémunératrices des Femmes (FAARF) et son rattachement au ministère de la Femme.
Dans le domaine de la santé, le chef de l’Etat a indiqué que des efforts sont déjà en cours pour le relèvement des plateaux techniques des centres hospitaliers régionaux avec antennes chirurgicales.
Les ministres en charge de la Santé, des Finances et de l’Éducation ont été interpellés par le Président du Faso, qui ont donné des précisons sur les efforts en cours dans leurs domaines respectifs en direction des femmes.
Le Président du Faso a rassuré de son engagement à être aux côtés des femmes et a promis donner des instructions au gouvernement pour que ces préoccupations « légitimes soient satisfaites ». Il a exhorté le ministère en charge de la femme à mettre en place une équipe de réflexion et d’anticipation qui se penchera sur les droits des femmes.
Le chef de l’Etat a souhaité que l’exercice des échanges directs avec les femmes se répète de façon annuelle afin de trouver les solutions aux problèmes qui freinent le développement de la femme burkinabè.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso