Le Médiateur du Faso fait le point de ses activités au Président du Faso

 MG 8610Le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE a accordé le lundi 11 janvier 2016 en fin de soirée une audience à Madame Alima  Déborah TRAORE/DIALLO, Médiateur du Faso.

A sa sortie d’audience, Madame le Médiateur du Faso a expliqué à la presse qu’elle est venuefaire au Président du Faso, le point sur le fonctionnement de son institution et aussi le féliciter  pour son élection à la magistrature suprême : « Nous avons parlé de l’institution, de ses acquis, d’abord le fait qu’elle soit constitutionnalisée et que sur cette base, nous avons pu adopter une nouvelle loi organique sur laquelle nous fonctionnons. Nous avons parlé du rôle du Médiateur au niveau du pays et dans le monde parce que c’est une structure de démocratie qu’on peut retrouver dans 90 pays. Nous avons parlé aussi de ce que nous avons pu avoir comme acquis surtout au niveau des régions, parce que nous avons renouvelé la base à savoir le recrutement de 13 délégués et pour une première fois on peut compter quelques femmes comme déléguée régionale », a souligné le Médiateur du Faso.

Madame Alima  Déborah TRAORE/DIALLO a fait un plaidoyer pour que les capacités des délégations soient renforcées parce ce que la plupart des réclamations viennent des régions.

Ensuite, elle a fait le point de leur contribution suite à l’interpellation du Président du Faso pour l’accompagner dans la recherche de la cohésion et le renforcement de la paix : « Nous avons rencontré les différents acteurs avec les médiateurs de l’espace UEMOA. Nous avons fait le rapport qui a été remis à chaque acteur dans les différentes régions », a dit Alima Déborah TRAORE/DIALLO.

Enfin, le Médiateur du Faso a précisé que son institution rencontre des problèmes financiers qui l’empêchent de bien mener ses activités. Opportunité qu’elle a saisi pour évoquer cette préoccupation avec le Président du Faso qui dit-elle, « y a prêté une oreille attentive ».

Le Président du Faso s’entretient avec la présidente de la Commission de l’Informatique et des Libertés

 MG 8638La présidente de la Commission de l’Informatique et des Libertés (CIL), Madame Marguerite OUEDRAOGO/BONANE a été reçue en audience le lundi 11 janvier 2016 par le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE.

« Notre entretien avec son Excellente Monsieur le Président du Faso a porté sur les missions, les activités menées par la CIL et  les difficultés liées à l’exercice de la fonction », a expliqué Marguerite OUEDRAOGO/BONANE.

Parlant des difficultés que rencontre sa structure, la présidente de la CIL explique que « la loi portant  protection des données à caractère personnel  est encore muette sur le statut de la Commission. Depuis un certain temps nous cherchons à ce que l’ancrage institutionnel de la CIL soit précisé. C’est une des démarches que nous avons entamée avec les anciennes autorités et que nous poursuivons. Il faut donc que nous ayons un statut clair pour bien fonctionner et être dans de bonnes conditions pour travailler », a précisé Marguerite OUEDRAOGO/BONANE.

Selon elle, la Commission de l’Informatique et des Libertés est une autorité administrative indépendante, qui a pour mission de protéger les données personnelles des citoyens en matière de traitement informatique. La loi portant protection des données à caractère personnel prévoit  à cet effet des droits et des obligations : « Toutes les données ne doivent pas être utilisées à tort car il y a des sanctions prévues par la loi », a-t-elle prévenu. 

Le président de la Commission de la Réconciliation nationale et des Réformes chez le Président du Faso

 MG 8525Monseigneur Paul OUEDRAOGO, président de la  Commission de la Réconciliation nationale et des Reformes (CRNR), a été reçu en audience dans la matinée du lundi 11 janvier 2016  par le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE.

A sa sortie d’audience, l’hôte du Président Roch Marc Christian KABORE a dit être venu lui rendre « une visite de courtoisie et le féliciter pour son élection à la Présidence du Faso » et voir avec le Chef de l’Etat, la suite à donner au travail effectué par  la Commission de la Réconciliation nationale  et des Reformes : «  Nous avons fini notre travail ; la suite sera assurée par le Haut Conseil de la Réconciliation et de l’Unité nationale. Il y a eu la loi organique qui été votée et publiée, il y a eu également la nomination des membres, il reste le dispositif pour que ce Haut Conseil se mette au travail. La deuxième structure c’est le secrétariat chargé du suivi de la mise en application des réformes. Il reste à voir comment la suite du travail de la Commission de la Réconciliation nationale et des Reformes pourrait être mise en route », a déclaré Monseigneur Paul OUEDROAGO.

Roch Marc Christian KABORE prend le pouls de la gestion des Finances publiques auprès de l’Inspecteur général des Finances

 MG 8563L’Inspecteur général des Finances, Monsieur Moussa DAMA, a été reçu en audience le lundi 11 janvier 2016 par le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE.

Monsieur Moussa DAMA est allé faire le point des activités de l’Inspection générale des Finances au Président du Faso et lui donner son avis sur la gestion des Finances publiques.

« Il s’agissait de faire un peu le point des activités qui sont menées au niveau de l’Inspection générale des Finances. Nous sommes un corps de contrôle et donc nous intervenons dans le cadre de la bonne gestion des Finances publiques. Le Président du Faso a voulu savoir notre sentiment par rapport à la gestion de nos deniers publics », a confié l’Inspecteur général des Finances.

Selon Monsieur Moussa DAMA, le Président Roch Marc Christian KABORE promet « d’accorder une attention particulière au travail des structures de contrôle et de les mettre dans de meilleures conditions pour exécuter leurs missions ».