Commandement de l’Opération Barkhane au Mali : Les Généraux WOILLEMONT et GUIBERT au rapport chez le Président du Faso

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience, les Généraux de division Xavier de WOILLEMONT et Bruno GUIBERT, respectivement Commandants sortant et entrant de la Force Barkhane au Mali, ce mardi 25 juillet 2017 à Ouagadougou.

« Régulièrement, j’ai l’honneur d’être reçu en audience par le Président de la République pour parler évidemment de la situation sécuritaire et de la réponse à apporter à cette situation sécuritaire, avoir les grandes orientations du Président dans ce domaine, notamment la lutte contre le terrorisme. L’Opération Barkhane est une mission de lutte contre les groupes terroristes », a expliqué le Général de WOILLEMONT à l’issue de leur entretien avec le Président du Faso.
Le Général de WOILLEMONT a affirmé avoir également échangé avec le chef de l’Etat sur « la force conjointe du G5 Sahel décidée par les Présidents depuis quelque temps et réaffirmée à Bamako lors de leur Sommet, et qui ont fixé aux armées et à Barkhane aussi puisque nous sommes en appui, de créer pour la fin de l’été les PC (Postes de commandement) de cette force à Sévaré au Mali et un autre à Niamey ».
Pour le Général Xavier de WOILLLEMONT, « au-delà des PC, ce qui compte, ce sont les opérations et sans vous donner une date parce que nous devons garder tout cela un peu secret, assez rapidement il y aura une grande opération qui sera dirigée par les PC de cette force conjointe ».
S’exprimant sur la mort probable d’un chef djihadiste d’origine burkinabè appelé Malam DICKO, le Commandant sortant de la Force Barkhane a expliqué, qu’il y a eu certes « une série d’opérations militaires menées par l’armée du Burkina, appuyée et soutenue par Barkhane et aussi en coopération avec l’armée malienne, car c’est le principe de fonctionnement du G5 Sahel sur les frontières avec les deux Etats, sur l’attrition des groupes qui sont dans cette région », mais dira-t-il, il ne peut « ni confirmer ni infirmer l’information faisant état de la mort du sieur DICKO », l’ayant aussi appris par voie de presse. De toute façon, a-t-il ajouté, « si on avait cette information, ce serait à l’armée du Burkina ou au Burkina de le dire et de le confirmer ».
Cette audience a été mise à profit par le Général de WOILLEMONT pour présenter au Président Roch Marc Christian KABORE, son successeur à la tête du commandement de la Force Barkhane, le Général de division Bruno GUIBERT.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Village de Koukoufouanou : Une formule sera trouvée pour réinstaller les populations


Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a assisté à la cérémonie officielle de sortie de la 16ème promotion des élèves officiers de l’Académie militaire Georges NAMOANO de Pô, le samedi 22 juillet 2017. A l’issue de la cérémonie, il s’est adressé aux journalistes.
Répondant à une question relative à l’affaire de Koukoufouanou, du nom de ce village dans la Région de l’Est dont les populations ont été déplacées d’une zone réservée au pastoralisme, le chef de l’Etat a indiqué que « des instructions ont été données aux différents ministères pour que nous puissions nous atteler à trouver des solutions ».
Pour leur réinstallation, il faut leur faciliter l’accès à l’eau potable et le Président du Faso promet veiller à « trouver des formules pour réinstaller ces populations qui se retrouvent dans des difficultés ».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Académie militaire Georges NAMOANO du Burkina Faso : Le Président du Faso baptise la 16e promotion « Persévérance»

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, chef suprême des Armées, a présidé la cérémonie de port des galons des élèves-officiers de l’Académie militaire Georges NAMOAO de Pô (Province du Nahouri), le samedi 22 juillet 2017 au sein de ladite institution.
Baptisée «Persévérance », la 16e promotion des 42 élèves-officiers, de l’Académie militaire Georges NAMOANO, sont désormais sous-lieutenants, selon le lieutenant-colonel Adam NERE, Commandant de l’académie.
Pour le porte-parole de la promotion, Papa Hervé KAMBOU, cette formation de deux ans les rend aptes à assumer les différentes missions que voudrait bien leur confier la haute hiérarchie militaire.
Expliquant la philosophie de la cérémonie du port des galons, le chef d’état-major général des Armées, le Général de Brigade Oumarou SADOU a affirmé qu’elle est « l’expression forte et authentique du lien Armée-Nation».
« L’officier, c’est ce citoyen en uniforme à qui la Nation a convenu de confier une lourde responsabilité : celle de mener des hommes au combat pour assurer sa défense et qui porte en lui le sublime sacrifice du soldat pour sa patrie», a-t-il ajouté.
Il a, pour ce faire, invité les nouveaux officiers à s’inspirer de l’exemple de leur parrain, le Général de Division Dominique DIENDERE, actuel Ambassadeur du Burkina Faso en Algérie.
Le Général SADOU, a traduit sa gratitude et celle de l’ensemble de l’Armée burkinabè au chef de l’État, Monsieur Roch Marc Christian KABORE pour sa fidélité à honorer les grands rendez-vous de la vie des Armées. « La très haute attention que vous portez aux forces armées nationales en cette période marquée par le terrorisme et la criminalité transfrontalière, ainsi que votre engagement sans cesse réaffirmé à leur conférer les capacités et les aptitudes opérationnelles nécessaires à l’accomplissement de leurs missions républicaines s’exprime encore aujourd’hui par votre présence à cette cérémonie », a fait remarquer le Général Oumarou SADOU.
« Nous vivons une époque fortement marquée par des questions sécuritaires. Les nouvelles menaces et leurs natures asymétriques et complexes nous ont amenés à comprendre que les logiques et les certitudes les plus fortement établies jusque-là sont quotidiennement remises en cause », a précisé le chef d’état-major général des Armées.
C’est pourquoi, dira-t-il, il n’est à ce jour une seule opération avec son retour d’expériences qui nous rappelle l’importance de la formation, car investir dans la formation des personnels est plus qu’une exigence et un impératif existentiel.
Il a révélé que fort de cette nouvelle donne sécuritaire, l’état-major général des Armées a mis en place un ambitieux programme visant à conférer à l’Académie militaire Georges NAMOANO, de nouvelles capacités afin qu’elle puisse mettre à disposition des différentes armées, des compétences allant jusqu’au niveau du diplôme d’état-major. L’objectif étant, a-t-il souligné, d’accroître les capacités de l’Armée burkinabè tout en la rendant moins dépendante des offres de place dans les académies militaires des pays amis.
A l’issue de la cérémonie, le Président du Faso, chef suprême des Armées, a souligné à la presse, que l’Académie militaire Georges NAMOANO est « un temple du savoir militaire ; ce qui signifie renforcement des compétences des hommes, ce qui signifie également renforcement de leurs capacités à jouer pleinement leur rôle une fois qu’ils seront mis dans les différents services où on les affectera ».
Il a insisté sur les qualités dont ces officiers doivent faire montre : « la détermination, la loyauté, le courage, la défense de la patrie et comme ils l’ont dit eux même, c’est vivre pour la patrie, vaincre pour la patrie ».
Le Président du Faso a rappelé le rôle que ces militaires doivent jouer dans la lutte contre le terrorisme et les trafics en tous genres. Pour conclure, il a apprécié positivement, la présence de femmes à ce niveau de formation : « je note également qu’il y a des femmes qui participent à cette formation, dont deux dans la promotion actuelle. C’est pour dire que de plus en plus, le travail sera fait pour que les femmes qui ont les compétences puissent participer à cette formation et apporter leur contribution au sein de notre armée ».
La 16e promotion de l’Académie militaire Georges NAMOANO, est forte de 42 officiers venant de neuf pays à savoir, 30 du Burkina Faso dont 2 officiers féminins, 1 de la Centrafrique, 2 de la Côte d’Ivoire, 1 de Djibouti, 1 du Gabon, 2 de la Guinée Conakry, 1 du Mali, 2 du Niger et 2 du Togo.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Les populations du Centre-Sud réservent un accueil chaleureux au Président du Faso.

Les populations de la Région du Centre-Sud ont bravé la pluie pour réserver un accueil populaire au Président du Faso, ce samedi 22 juillet 2017. Entre Ouagadougou et Pô, dans le Nahouri, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a marqué des arrêts à Nobili, à Nobéré et à l’entrée de la ville de Pô, pour remercier les populations pour leur accueil chaleureux. Sa présence a été saluée par des applaudissements et des chants des populations de ces localités. Le chef de l’Etat a pris le temps de serrer des mains avant de poursuivre le chemin vers Pô où 42 officiers, après 2 ans de formation à l’Académie Militaire Georges NAMOANO, effectuent ce samedi 22 juillet 2017 leur sortie officielle sous sa présidence.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso