« Il faut envisager la nécessaire transformation du coton car son potentiel de création d’emplois et de richesses n’est plus à démontrer », déclare le chef de l’Etat

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a présidé  dans l’après-midi du jeudi 30 mars 2017, la cérémonie de clôture du Programme d’appui à la consolidation du cadre d’action pour le partenariat Union européenne/Afrique sur le coton.
« La transformation du coton, un défi pour l’Afrique : Les nouveaux enjeux des chaînes de valeur du coton en Afrique », c’est sous ce thème que s’est tenue cette rencontre qui a regroupé pendant 72 heures dans notre capitale, les acteurs de la filière en Afrique et leurs partenaires dont l’Union européenne (UE) .
Les participants ont, au cours des échanges, formulé des recommandations, fait des propositions et élaboré une conclusion en faveur de la filière coton en Afrique visant à faire face aux nouveaux enjeux de la chaîne de valeur du coton africain.
Trois allocutions prononcées par les représentants de l’Union européenne et du groupe Afrique-Caraïbe et Pacifique(ACP), et le discours officiel de clôture du chef de l’Etat ont marqué cette cérémonie qui a connu la présence du Premier ministre Paul Kaba THIEBA, des présidents d’institutions, des membres du gouvernement, des représentants des différentes délégations et des acteurs de la filière coton.
Dans son intervention, le représentant de l’Union européenne, Monsieur Philippe THOMAS a salué la présence du Président du Faso à cette cérémonie qui selon lui, prouve « l’importance accordée au partenariat entre l’Union européenne et l’Afrique à la filière coton et au-delà, pour la promotion de tous les éléments de développement à partir notamment, de la valorisation de filières comme celle du coton ». L’Union européenne a-t-il poursuivi, « partage l’intérêt pour le coton par rapport à l’importance économique, sociale et environnementale dans plusieurs pays africains ».
Intervenant au nom de son institution, le Secrétaire général adjoint du groupe ACP, Monsieur Viwanou GNASSOUNOU a fait le bilan de 12 ans de partenariat entre l’ACP et l’UE et demandé au Président du Faso d’être leur porte-parole « auprès de ses pairs pour faire un haut plaidoyer en faveur de la filière coton en Afrique ».
Prenant la parole, le chef de l’Etat, non sans avoir remercié les initiateurs de cet évènement pour avoir « porté leur choix sur le Burkina Faso » a salué  la tenue de cette rencontre car elle « témoigne de l’intérêt que vous portez à la promotion du coton africain ».
Après avoir exposé les acquis de la filière coton qui place aujourd‘hui le Burkina Faso en tête du peloton des pays producteurs sur le continent, le Président Roch Marc Christian KABORE a invité les acteurs de la filière à « explorer dans une démarche prospective de nouvelles pistes et de définir des voies et moyens pour dynamiser le partenariat entre l’Afrique et l’Union européenne ».
Pour ce qui est de la relance de la filière coton en Afrique, le Président du Faso déclare qu’il faut « envisager la nécessaire transformation du coton car son potentiel de création d’emplois et de richesses n’est plus à démontrer ».
Il suggère à cet effet, « de renforcer les institutions réglementaires et organisationnelles afin de faciliter une plus grande participation des organisations du secteur privé et de producteurs dans la chaîne de valeur du coton ».
Le Président du Faso préconise aussi « un effort concerté des parties prenantes et des principales institutions pour faire un état de la situation et des opportunités afin de prendre des mesures correctives immédiates pour apporter les modifications nécessaires visant à faire du coton une culture stratégique majeure pour atteindre l’objectif du développement économique et social ».
Les travaux de ces assises de Ouagadougou sur le coton ont abouti à l’adoption d’une série de recommandations et d’orientations pour faire face aux nouveaux enjeux de la chaîne de valeur du coton africain.

 

Choix de la Côte d’Ivoire comme pays invité d’honneur du 25e FESPACO : Alassane OUATTARA dit merci à Roch Marc Christian KABORE

Les ministres ivoiriens des Affaires étrangères, Monsieur Amon Marcel TANOH, de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur, Monsieur Ally COULIBALY, ont été reçus en audience par le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, en fin d’après-midi du mercredi 29 mars 2017. Accompagnés par l’Ambassadeur de Côte d’Ivoire au Burkina, ils ont été introduits auprès du Président du Faso par notre ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’Extérieur, Monsieur Alpha BARRY.
A leur sortie d’audience, Monsieur Amon Marcel TANOH a expliqué que la délégation est venue transmettre les remerciements du Président Alassane OUATTARA à son homologue burkinabè pour le choix porté sur la Côte d’Ivoire comme pays invité d’honneur de la 25e Edition du FESPACO.
« Nous avons eu l’honneur d’être reçus par le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE à qui nous avons transmis les salutations du Président Alassane OUATTARA de Côte d’Ivoire. Le Président a réitéré ses remerciements parce que la Côte d’Ivoire a été choisie comme pays invité d’honneur au dernier FESPACO et également pour toutes les attentions dont il a été l’objet lors de son séjour à Ouagadougou pour la clôture de ce FESPACO », a indiqué le chef de la diplomatie ivoirienne.
L’audience avec le Président du Faso a également permis aux deux ministres d’avoir des orientations du Président Roch Marc Christian KABORE sur les travaux du comité de suivi du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) qui se tiendront à Bobo-Dioulasso le vendredi 31 mars 2017. « Nous avons également rendu compte au Président du Faso des travaux du comité de suivi du Traité d’Amitié et de Coopération entre nos deux pays. Ce comité tient sa réunion d’évaluation à Bobo-Dioulasso vendredi. Nos experts sont déjà sur place pour préparer donc le TAC qui aura lieu au mois de juin ou juillet de cette année. Nous avons pris les orientations du Président du Faso sur certains points relatifs à ce TAC, notamment le point très important de l’autoroute Abidjan-Ouagadougou qui est un instrument important d’intégration de nos deux pays », a précisé Monsieur Amon Marcel TANOH.

 

Coopération bilatérale : Les nouveaux Ambassadeurs du Royaume des Pays-Bas et de Tunisie présentent leurs Lettres de créance au Président du Faso

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a reçu dans la matinée du mercredi 29 mars 2017, les Lettres de créance des Ambassadeurs du Royaume des Pays-Bas et de la République tunisienne accrédités au Burkina Faso.
Le premier diplomate à franchir le seuil du Palais présidentiel ce mercredi matin était Monsieur Jolke Folkert OPPEWAL, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Royaume des Pays-Bas auprès du Burkina Faso.
Titulaire d’une maitrise en économie et d’un diplôme en journalisme, Monsieur OPPEWAL est fonctionnaire du ministère néerlandais des Affaires étrangères depuis 1992, et occupe actuellement le poste d’Ambassadeur de son pays auprès de la République du Mali. Il a occupé plusieurs autres postes d’Ambassadeur et d’autres fonctions au sein du département néerlandais en charge des Affaires étrangères.
Au plan bilatéral, les relations diplomatiques entre le Royaume des Pays-Bas et le Burkina Faso ont été scellées par l’Accord de coopération le 20 mai 1976.
Cette coopération vise essentiellement la réduction durable de la pauvreté et la promotion du développement avec une forte responsabilisation des populations bénéficiaires.
Au plan multilatéral, il faut aussi noter l’existence d’accords de soutien réciproque entre les candidatures des deux pays dans le système international, contribuant ainsi à l’élection des candidats respectifs des deux pays à des postes au sein du système onusien.

La République tunisienne sera représentée au Burkina Faso par Monsieur Mohamed KAHLOUN. Titulaire de la maîtrise en Droit public de la Faculté de Droit et des Sciences politiques et économiques de Sousse, Monsieur KAHLOUN est un diplomate de carrière et a occupé plusieurs postes au sein du Département ministériel tunisien en charge des Affaires étrangères. Il occupait avant sa nomination, le poste de Directeur des relations avec l’Union africaine à la Direction générale Afrique du ministère tunisien des Affaires étrangères. Marié et père de deux enfants, Monsieur Mohamed KAHLOUN est né le 14 décembre 1964. Il parle l’arabe, le français et l’anglais.
Depuis l’établissement des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la République tunisienne en 1964 et l’ouverture de l’Ambassade du Burkina Faso à Tunis en 2006, sept commissions mixtes de coopération se sont tenues, ayant abouti à la signature de plusieurs accords de coopération.
Ces accords concernent entre autres, les domaines de l’énergie, des mines, de l’éducation, de la formation professionnelle et de l’emploi et le domaine militaire. En outre, différents autres accords portant principalement sur la coopération économique, commerciale, scientifique, culturelle et dans le domaine de la santé ont aussi été signés dans le cadre de la coopération bilatérale.

 

L’Ambassadeur d’Egypte au Burkina évoque les domaines de coopération entre les deux pays avec le Président du Faso

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience, l’Ambassadeur d’Egypte au Burkina, Monsieur Hisham Mohamed NAGI, le mardi 28 mars 2017 à Ouagadougou.
A l’issue de l’audience, Monsieur Hisham Mohamed NAGI a indiqué avoir discuté avec le Président du Faso, des questions d’ordre bilatérale dans le cadre de la coopération. Il s’agit des questions liées à l’agriculture, à l’éducation, à la santé et aux opportunités de formation.
Au niveau de l’agriculture, il a été question de la visite d’une délégation égyptienne au Burkina, pour s’inspirer de l’expérience burkinabè dans le domaine agricole et la possibilité d’une visite d’une délégation burkinabè au Caire. En ce qui concerne la santé, l’Ambassadeur égyptien dit avoir informé le Président du Faso de l’appui que son pays apporte à l’hôpital pédiatrique Charles DE GAULLE et des médicaments que l’Egypte peut produire.
Au sujet de la lettre qu’il a remise au Président du Faso de la part du Président égyptien, le diplomate a souligné qu’elle rentre dans le cadre des concertations entre les deux dirigeants pour voir comment continuer à travailler ensemble.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso