Visite médicale annuelle : Les retraités auscultés gratuitement

L’épouse du Président du Faso, Madame Sika KABORE a procédé le vendredi 29 septembre 2017 à Ouagadougou, au lancement officiel de la visite médicale annuelle gratuite. Une opération initiée au profit des pensionnaires de la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS) et de la Caisse Autonome de Retraite des Fonctionnaires (CARFO), notamment les retraités et les conjoints survivants de retraités. C’était en présence du Ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale et de son collègue de la Santé.
Les personnes du troisième âge étaient mobilisées au sein de l’Hôpital de District sanitaire de Bogodogo, à la faveur du lancement officiel de la visite médicale annuelle gratuite organisée à leur profit. Dans la bonne humeur des retrouvailles, ils ont assisté à la remise d’un lot de matériels médico-techniques d’une valeur de 45 millions de F CFA. La remise officielle a été faite par l’épouse du Président du Faso, Madame Sika KABORE, qui a indiqué qu’« il s’agit d’un acte de solidarité à l’endroit de nos aînés ». Elle dit prêter sa voix aux personnes concernées par cette opération pour remercier le gouvernement pour « l’effort qu’il fait en leur faveur à travers le ministère de la Fonction publique ».
Des efforts que Monsieur Félix YAMEOGO, président de l’Association nationale des Retraités du Burkina voudrait voir s’étendre à la prise en charge totale ou partielle des maladies découvertes lors de la visite médicale annuelle.
Les pathologies les plus récurrentes à cet âge sont, de l’avis du professeur Hervé TIENO, le diabète, la prostate chez les hommes, les maladies cardio-vasculaires notamment l’hypertension, etc.
Pour ce dernier « la visite médicale annuelle pour les personnes du
3ème âge est très importante parce que c’est l’occasion de faire le point de l’état de santé des personnes intéressées ».
Après le lancement officiel, Madame Sika KABORE et les membres du gouvernement présents ont suivi les explications du Pr Hervé TIENO sur le processus de prise en charge des retraités lors des visites annuelles.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Lutte contre les fistules obstétricales : L’épouse du Président du Faso s’engage

L’épouse du Président du Faso, Madame Sika KABORE a présidé dans la matinée du jeudi 28 septembre 2017 à Ouagadougou, la cérémonie d’ouverture du Congrès panafricain sur les fistules obstétricales. Ce congrès a pour thème : « Fistules obstétricales : Les communautés s’engagent pour une réduction significative de ce fléau ».
Deuxième du genre, cette rencontre internationale a été organisée par la Fondation RAMA et ses partenaires.
En initiant ces assises de Ouagadougou, les organisateurs du présent congrès espèrent atteindre une grande partie de ceux qui peuvent agir contre une résurgence de cette maladie.
Dans son discours d’ouverture, le ministre de la Santé, le Professeur Nicolas MEDA a salué la tenue de ce congrès. Il a souligné l’adhésion du gouvernement burkinabè à la lutte contre ce fléau qui constitue un « problème de santé publique ». Le Ministre MEDA a dressé un tableau peu reluisant de la situation des fistules obstétricales au Burkina Faso avec environ « 800 nouveaux cas chaque année ».
S’exprimant à l’issue de la cérémonie, l’épouse du chef de l’Etat a remercié la Fondation RAMA pour le « travail qu’elle effectue en termes de soutien et de prise en charge des femmes victimes de fistules obstétricales ».
« Il s’agit de créer à l’issue de ce congrès, un cadre de concertation entre les ONG inscrits dans cette lutte dans les pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de voir comment est-ce qu’elles peuvent agir, avoir une unité d’actions pour pouvoir très rapidement éliminer ce fléau », a ajouté Madame Sika KABORE.
« Ce sont là des attentes louables pour permettre aux femmes d’être des acteurs de développement aux côtés des hommes, a-t-elle précisé.
Selon la présidente du Congrès panafricain sur les fistules obstétricales, « la prévalence de la fistule est forte dans les pays subsahariens et nous vivons les mêmes problèmes d’accès difficile des femmes aux formations sanitaires ».
Au terme de la cérémonie, Madame Marie Louise COMPAORE, épouse du ministre de la Sécurité, a été faite Ambassadrice de bonne volonté pour la lutte contre les fistules obstétricales au Burkina Faso.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

SAMAO 2017 : Les ministres des Mines reçus par le Président du Faso

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience ce vendredi 29 septembre 2017, une délégation des ministres en charge des mines présents à Ouagadougou dans le cadre de la Semaine des Activités minières de l’Afrique de l’Ouest (SAMAO).
La délégation conduite par Madame Aïssatou Sophie GALADIMA, Ministre des Mines et de la Géologie de la République du Sénégal a été introduite auprès du chef de l’Etat par le Ministre burkinabè des Mines et des Carrières, Monsieur Oumarou IDANI.
Madame Aïssatou Sophie GALADIMA a expliqué à la presse que l’objet de leur visite était de « remercier et gratifier le chef de l’Etat pour les avoir reçus malgré son calendrier très chargé », mais aussi, dira-t-elle « pour rendre hommage au peuple burkinabè pour cette belle invitation et pour tout ce que nous avons reçu comme honneur depuis notre arrivée sur cette terre burkinabè ».
Selon la Ministre GALADIMA, l’Afrique connaît de nos jours un boum minier et le continent noir « constitue aujourd’hui le berceau de l’humanité, mais également la terre nourricière en termes de ressources naturelles et en termes de mines. Donc il y a un boum d’exploitation ».
La Ministre sénégalaise des Mines et de la Géologie pense donc que « ce qui nous réunit, c’est de voir comment les économies africaines vont tirer profit de cette exploitation des ressources minières ». Sans présager des conclusions qui seront faites aujourd’hui, a-t-elle relevé, « nous pensons que de plus en plus, les retombées iront vers les populations, que les retombées vont booster l’économie africaine ».
La Ministre sénégalaise était accompagnée des ministres en charge des mines du Niger, de la vice-ministre du Ghana et des représentants des ministres du Maroc et du Mali, tous pays invités à cette 2e édition de la SAMAO qui prendra fin le samedi 30 septembre 2017.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Les enjeux du secteur minier au menu des échanges entre le Président du Faso et les professionnels du secteur

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience en fin de matinée du vendredi 29 septembre 2017, une forte délégation d’opérateurs miniers pour une visite de courtoisie. Conduite par le vice-président régional de l’Afrique de l’Ouest de IAMGOLD Corporation, Monsieur Oumar TOGUYENI, la délégation a été introduite auprès du chef de l’Etat par le Ministre des Mines et des Carrières, Monsieur Oumarou IDANI.
Présents à Ouagadougou pour prendre part à la deuxième édition de la Semaine des Activités minières d’Afrique de l’Ouest (SAMAO), les opérateurs miniers sont venus remercier le Président du Faso pour son implication personnelle et celle de son gouvernement pour le développement du secteur minier. « Nous avons échangé avec lui sur les enjeux du secteur minier notamment sur comment intégrer les compagnies minières dans l’économie nationale », a confié Monsieur Oumar TOGUYENI, le porte–parole de la délégation à l’issue de l’audience.
Pour lui, le gouvernement « a établi sa vision et ses attentes et ensemble, nous allons voir comment réaliser ses objectifs ». Il a également été question au cours des échanges, de la relance du secteur des carrières, comment l’organiser et développer davantage ce secteur qui est une part importante des ressources naturelles de ce pays.
Nous avons aussi avec le Président du Faso fait le tour d’horizon des sujets sur lesquels « nous sommes en pourparlers avec le ministère des Mines et des Carrières pour rendre le secteur minier beaucoup plus compétitif, attrayant et continuer à le développer et à attirer d’autres investisseurs », a ajouté Monsieur Oumar TOGUYENI.
Avant de quitter la Présidence du Faso, le porte–parole de la délégation a dit avoir reçu du chef de l’Etat, beaucoup de conseils. « Nous allons repartir vers la base et voir comment intégrer davantage nos activités dans l’économie nationale ».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso