Coopération Burkina Faso-Chine : dynamiser les échanges bilatéraux

(Ouagadougou, 12 juillet 2018). Présent au Burkina Faso pour une visite d’amitié et de travail, le Vice-premier ministre de la République populaire de Chine, Hu Chunhua accompagné d’une forte délégation, a été reçu en audience par le président du Faso. Il est venu remettre au chef de l’Etat, une invitation du Président chinois, à effectuer une visite en Chine, et à participer au forum sino-africain qui se tiendra le mois de septembre.
Les échanges entre le chef de l’Etat et le Vice-premier ministre ont surtout porté sur des sujets relatifs à la dynamisation de la coopération bilatérale entre nos deux pays dans divers domaines. Des échanges qui ont abouti à un large consensus. La Chine s’est montrée disposée à devenir le partenaire le plus fiable du Burkina Faso sur le chemin de son développement, et elle entend soutenir notre pays par le déploiement de nombreux projets de coopération.
Dans l’adresse à la presse à l’issue de l’audience, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Alpha Barry et le ministre assistant des Affaires étrangères de la Chine, Chen Xiaodong ont tous deux salué le rétablissement des relations diplomatiques entre Ouagadougou et Pékin.
Selon le ministre Alpha Barry, le Président Roch Marc Christian Kaboré a salué le Président chinois pour « son engagement en faveur d’une normalisation des relations entre les deux pays, et pour la reprise de la coopération bilatérale rompue il y a de cela 24 ans ». Le chef de l’Etat a exprimé sa satisfaction pour cette nouvelle dynamique marquée par de nombreuses missions de haut niveau, qui ont porté sur des domaines aussi importants que la santé, l’agriculture, la formation professionnelle.
Prenant la parole, le ministre assistant des Affaires étrangères de la Chine a confié que la présence de cette mission de haut niveau conduite par le Vice-premier ministre, témoigne de l’importance qu’accorde la partie chinoise au développement des relations bilatérales sino-burkinabè.
Le diplomate chinois a remercié la disponibilité du président Kaboré pour participer au forum sino-africain, et effectuer une visite d’Etat.
Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le Secrétaire exécutif du CILSS chez le Président du Faso

(Ouagadougou, 12 juillet 2018). Le Président du Faso a reçu en audience en début d’après-midi, le Secrétaire exécutif du Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS). Djimé Adoum est venu faire au Président du Faso, président en exercice du CILSS, le point des activités depuis la rencontre de Niamey en février 2018.
Cet entretien a été l’occasion pour le Secrétaire exécutif du CILSS de présenter au Président Roch Marc Christian Kaboré, en sa qualité président en exercice du CILSS, les grands dossiers contenus dans sa feuille de route et revoir avec lui les voies et moyens pour atteindre les objectifs fixés. Aussi, a fait savoir, monsieur Adoum, « nous avons reçu ses orientations et ses conseils ».
La feuille de route du CILSS, sous l’exercice du Président Kaboré, comprend quatre axes majeurs dont la cotisation des Etats membres, les projets structurants et la réforme de l’institution sous-régionale.
Le Secrétaire exécutif du CILSS a dit attendre du président en exercice, « qu’il nous accompagne dans cette réforme. Le CILSS, vieux de 45 ans, est aujourd’hui un outil hautement technique et scientifique indispensable pour le bien-être de ses Etats membres et de ses populations » a-t-il précisé.
Selon lui, ce constat nécessite un engagement très sérieux des Etats à l’endroit des partenaires techniques et financiers.
« Nous avons aussi besoin que le CILSS puisse rayonner, le CILSS étant créé au Burkina, avec son siège au Burkina et dirigé maintenant par le Président du Faso, il n’y pas de raison que nous ne puissions pas donner une nouvelle dynamique, une nouvelle image à cet instrument extrêmement important, qui a développé des outils et des connaissances dans le réseau mondial de prévention de crises alimentaires, la formation et l’appui institutionnel, et le renforcement des capacités de nos Etats », a fait remarquer le Secrétaire exécutif du CILSS .
Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Les sages-femmes sollicitent l’appui du chef de l’Etat pour la réussite de leur congrès international

(Ouagadougou, 12 juillet 2018). Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a accordé une audience en milieu de journée à l’Association burkinabè des Sages-femmes, conduite par sa présidente, Mme Mariam Nonguierma

A l’issue de l’entretien, Mariam Nonguierma a indiqué qu’il s’est agi d’informer le Président du Faso de la tenue à Ouagadougou du 2e Congrès de la Fédération des associations des sages-femmes d’Afrique francophone, et solliciter son soutien et ses conseils pour la réussite de la rencontre.
La rencontre est prévue du 26 au 28 juillet 2018 et regroupera des participants de 17 pays. Ce congrès est placé sous le thème « Rôle de la sage-femme dans la mobilisation sociale en faveur de la santé de la reproduction ». Selon la présidente de l’association, il s’agira, de se pencher sur l’implication des sages-femmes qui ont en partage la langue française, pour la réduction de la mortalité maternelle, néo-natale et infantile dans la communauté et fédérer leurs actions.
Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Coopération Burkina Faso-Union européenne : un parlementaire suisse s’entretient avec le Président du Faso sur les questions de migration et de développement

(Ouagadougou, 12 juillet 2018) – Le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a reçu en audience ce jour en milieu de matinée, Monsieur Pierre-Alain Fridez, membre du parlement suisse, et membre de l’Assemblée parlementaire du conseil de l’Europe basée à Strasbourg (France).

Monsieur Fridez, membre de la commission des migrations de l’Assemblée parlementaire, a séjourné au Burkina Faso pour mieux cerner les problématiques de population. Il s’est rendu à Ouahigouya pour s’enquérir des expériences locales, notamment dans les domaines agricoles et de l’emploi des jeunes et des femmes.
Il a souligné avoir échangé avec le chef de l’Etat sur les questions de migration et de développement. « De mon point de vue l’Europe doit, peut accepter des migrants. Nous en avons du reste besoin parce nous avons une population qui est vieillissante, mais cette migration doit être régulée, organisée et elle doit idéalement ne plus passer par ces drames qu’on vit actuellement ». Mais, ajoute-t-il, « le grand défi est d’abord en Afrique, dans la mesure où d’ici à 2050 la population africaine aura doublé ».
S’appuyant sur l’expérience burkinabè qu’il a positivement appréciée, Pierre-Alain Fridez, a précisé qu’il y a la possibilité d’imaginer une aide internationale ciblée, claire, efficace qui permette d’aboutir à des créations d’emplois, et à un modèle de développement bien pensé.
Direction de la Communication de la Présidence du Faso