Roch Marc Christian Kaboré échange avec Ange Faustin Touadéra

(Lomé, 31 juillet 2018). Peu avant l'ouverture de la 53è session ordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de la CEDEAO, le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a rendu visite à son homologue centrafricain, Ange Faustin Touadéra. Les deux hommes ont évoqué plusieurs sujets d'intérêts communs aux deux Etats, dont la stabilité en Afrique et particulièrement en Centrafrique.

53e Sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO : La Situation politique et la crise alimentaire dans certains Etats membres au menu

(Lomé, 31 juillet 2018). L’ouverture du 53e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, a eu lieu en fin de matinée sous la Présidence de Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République togolaise et Président en exercice de la CEDEAO, entouré de ses pairs des Etats membres dont le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré. Ils examineront entre autres, au cours de cette session, la situation politique et la crise alimentaire dans certains pays de l’espace

A la cérémonie d’ouverture du sommet, le Président en exercice de la CEDEAO Faure Essozimna Gnassingbé a salué la présence de ses pairs et leurs efforts pour la construction de l’intégration. Saluant également la tenue du premier sommet conjoint CEDEAO-CEEAC, le Président Gnassingbé a espéré que cette rencontre donne des perspectives pour la bonne marche de l’institution d’intégration ouest-africaine. Il a ensuite indiqué que la présente session examinera la situation d’ensemble de la sous-région et de l’organisation, la situation politique, la crise alimentaire dans certains Etats de la sous-région, le commerce international, etc.
L’autre acte fort de cette cérémonie d’ouverture, a été la prestation de serment du nouveau président de la Commission de la CEDEAO, Jean Claude Kassi Brou de la Côte d’Ivoire, pour un mandat de 4 ans, et celle de 5 nouveaux juges de la Cour de justice de la CEDEAO.
Après sa prestation de serment, le nouveau président de la Commission de la CEDEAO a dit mesurer le sens profond de sa mission. Il a réaffirmé son engagement à œuvrer avec détermination pour l’atteinte des objectifs. Dans cette dynamique, il a promis le renforcement de la culture démocratique dans la région et l’accélération de la croissance économique dans l’espace. La CEDEAO, a-t-il ajouté, va continuer ses efforts pour prévenir le phénomène du flux migratoire, en encourageant la création d’emplois pour les jeunes, et poursuivra également le combat contre toutes les formes de trafic dans la région.
Le Représentant du Secrétaire général des Nations unies et chef du Bureau pour l’Afrique de l’Ouest et du Sahel, également ancien président de la Commission de la CEDEAO, Mohamed Ibn Chambass, a assuré du soutien des Nations unies aux initiatives de la CEDEAO et au renforcement de la coopération ONU-CEDEAO.
Direction de la Communication de la Présidence du Faso

(Lomé, 31 juillet 2018). A l'issue du sommet conjoint CEDEAO/CEEAC,

(Lomé, 31 juillet 2018). A l'issue du sommet conjoint CEDEAO/CEEAC, les chefs d'Etat de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ont tenu la 20e session ordinaire de la conférence des chefs d'Etat et de gouvernement le 30 juillet à Lomé.
Ils ont examiné, notamment, le rapport sur l'état de l'UEMOA, la note sur l'état de convergence dans les Etats membres ainsi que l'avancée des grands chantiers comme l'Initiative régionale pour l'énergie durable (IRED).
Direction de la communication de la Présidence du Faso.

Un émissaire de l’Azerbaïdjan reçu par le Président du Faso

(Lomé, 31 juillet 2018). Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu en audience dans la soirée du 30 juillet, l’ambassadeur représentant permanent de l’Azerbaïdjan auprès de l’Union africaine, Elman Abdullayev, porteur d’un message de son Président.

A sa sortie d’audience, Elman Abdullayev a indiqué avoir discuté des questions bilatérales avec le Président du Faso, et que le message dont il était porteur est un message de paix, de fraternité et d’amitié. Il dit avoir sollicité du chef de l’Etat, le soutien du Burkina Faso, qui est un pays important à ses yeux, pour tisser des contacts lors de certaines rencontres internationales
Selon l’émissaire de l’Azerbaïdjan, il existe beaucoup de potentialités pour la coopération entre les deux pays, tant au plan économique, social que politique. Il a, par exemple, marqué la disponibilité de son pays à travailler au renforcement du capital humain, car l’Azerbaïdjan dispose déjà d’une expérience solide dans ce domaine, pour avoir travaillé avec plusieurs pays africains dans ce sens, depuis 30 ans.
Direction de la Communication de la Présidence du Faso