57ème anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso : La Nation reconnaissante à 940 de ses fils

Le Président du Faso, Grand Maître des Ordres burkinabé, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a présidé dans la soirée du 05 décembre 2017 à Ouagadougou, la cérémonie de décoration entrant dans le cadre de la commémoration de la fête nationale du Burkina Faso célébrée le 11 décembre de chaque année. Cette année, la tradition a été respectée et ce sont au total 940 récipiendaires qui ont vu leurs mérites reconnus. Ils étaient 406 à être distingués dans l’Ordre national et 534 décorés dans l’Ordre du mérite burkinabé. L’Ordre National est destiné à récompenser le mérite personnel et les services éminents, civils ou militaires rendus à la Nation. Elle est la distinction honorifique la plus élevée du pays. Parmi les 406 récipiendaires de l’Ordre national, il faut retenir 3 qui ont été décorés de la médaille de Grand Officier, 45 de la médaille de Commandeur, 100 de celle d’Officier et 258 de la médaille de Chevalier. Quant à l’Ordre du Mérite, il est destiné à récompenser toute personne qui se serait distinguée par son dévouement, sa valeur professionnelle, la durée et la qualité de ses services (publics ou privés). Dans cette catégorie, 2 récipiendaires ont eu la médaille de Grand Officier, 7 la médaille de Commandeur, 67 ont été décorés de la médaille d’Officier et 458 de celle de Chevalier. Tous ces récipiendaires sont donc des personnes qui se sont positivement illustrées par leur ardeur au travail, leur sens du sacrifice et du devoir. Cette reconnaissance vient saluer leurs mérites et leurs efforts inlassables déployés au service du pays. A l’issue de la cérémonie, ils ont tous été félicités par le chef de l’Etat, Grand Maître des Ordres burkinabè. La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Hommage national à Youssouf OUEDRAOGO : Le Président du Faso s’incline sur la dépouille mortelle

Décédé le 18 novembre 2017 à Abidjan en Côte d’Ivoire, l’ancien Premier ministre Youssouf OUEDRAOGO a eu droit à une cérémonie d’hommage national organisé par le gouvernement burkinabè ce lundi 4 décembre 2017 à Ouagadougou. Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, le Premier ministre Paul Kaba THIEBA, les membres du gouvernement, des autorités politiques et administratives, des diplomates étrangers, des parents et amis de l’illustre disparu ont assisté à cette cérémonie d’hommage où Monsieur Youssouf OUEDRAOGO a été élevé à titre posthume à la dignité de Grand-Croix de l’Ordre national. Dans son discours d’hommage, le Premier ministre, Monsieur Paul Kaba THIEBA a rappelé que « Monsieur Youssouf OUEDRAOGO, cet enfant du peuple, qui par le courage, le travail et le mérite a gravi tous les échelons de l’Etat et que tout le Burkina pleure aujourd’hui, est un valeureux fils de notre pays dont le parcours remarquable restera un exemple pour les générations futures ». Le Premier ministre THIEBA a, au nom du Président du Faso, du gouvernement et du peuple burkinabè, traduit sa compassion et sa solidarité à sa famille et à ses proches. Après avoir retracé le parcours professionnel et intellectuel du disparu, Monsieur Paul Kaba THIEBA a rappelé sa brillante et exceptionnelle carrière qui fut sa nomination au poste de chef du gouvernement à la faveur du retour à l’ordre constitutionnel à l’issue de l’élection présidentielle de décembre 1991. « A ce niveau, il eut la lourde charge de diriger la toute première équipe gouvernementale depuis que notre pays a renoué avec la démocratie jusqu’au 22 mars 1994 », a fait remarquer le Premier ministre avant de mentionner sa carrière de diplomate : « En effet, à partir d’octobre 1994, il servit loyalement son pays, successivement comme Ambassadeur du Burkina en Belgique, au Royaume Uni, au Luxembourg, au Pays Bas et auprès de l’Union européenne ». La famille du disparu, par la voix de son représentant, Monsieur Robert OUEDRAOGO, a exprimé l’honneur à elle fait dans le malheur qui la frappe par tout le soutien actif dont elle a bénéficié dans cette épreuve. « Depuis l’annonce du décès de notre fils Youssouf OUEDRAOGO, Vous, Excellence Monsieur le Président du Faso et votre gouvernement n’aviez cessé de nous entourer de toute la sollicitude dont une famille éplorée a besoin », a-t-il souligné. « Je saurai traduire à Tikaré, à la famille et à la population, toute notre gratitude à Vous Excellence Monsieur le Président du Faso, au Premier ministre et à tout le gouvernement notre profonde reconnaissance », a affirmé le représentant de la famille. Monsieur Youssouf OUEDRAOGO sera inhumé le mardi 5 décembre 2017 à Tikaré dans son village natal. La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Conseil supérieur de la Magistrature : Les indicateurs de performance de la justice au menu d’une session ordinaire

La salle polyvalente de la Présidence du Faso a abrité ce lundi 4 décembre 2017, une session ordinaire du Conseil supérieur de la Magistrature. Garant de l’indépendance de la justice, le Président du Faso a présidé les travaux de cette session qui a permis d’examiner les indicateurs de performance de la justice burkinabè et ses relations avec les autres institutions de la République. Les travaux du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM) avec le Président du Faso, ont touché ce 4 décembre 2017, la question des indicateurs de performance de la justice burkinabè. Il s’est agi d’examiner l’évolution de l’accessibilité de la justice par les citoyens et le traitement des dossiers en justice. Malgré les difficultés liées au manque d’infrastructures et de moyens logistiques, « la justice à fait du bon boulot par rapport aux indicateurs des années précédentes », a constaté le Président Roch Marc Christian KABORE, avant de prévenir que « ce n’est pas parce qu’on a fait du bon boulot que c’est suffisant ». La rencontre a également mis en débat les relations de travail entre le Conseil supérieur de la Magistrature et les autres institutions de la République, notamment le gouvernement et l’Assemblée nationale. Ces relations doivent être fluides et permettre au Conseil supérieur de la Magistrature d’apporter sa contribution aux textes pris à l’Assemblée nationale en lien avec l’indépendance de la justice. Elles doivent aussi permettre au CSM d’examiner avec le gouvernement entres autres, les questions liées à la formation des magistrats. Ces questions seront examinées plus en détail, a indiqué le Président du Faso, à la faveur d’une session extraordinaire le 12 janvier 2018. Quant à la présidente du CSM, Madame Thérèse TRAORE/SANOU, elle constate une évolution de la saisine de la justice par les justiciables, ce qui joue sur le volume de travail des magistrats. La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Journée mondiale de lutte contre le VIH/ SIDA : « Le Burkina Faso avance dans la lutte contre la pandémie », déclare le Président du Faso

Le Président du Faso, président du Conseil national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a présidé la cérémonie commémorative de la Journée mondiale de lutte contre le VIH/ SIDA, le 1er décembre 2017 à Boussé, chef-lieu de la province du Kourweogo, située à une cinquantaine de Kilomètres de Ouagadougou, dans la région du Plateau central. Pour la première fois au Burkina Faso, le Président du Faso, président du CNLS/IST a présidé une cérémonie commémorative de la Journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA. Madame le gouverneur de la région du Plateau central, Fatoumata BENON/YATASSE a tenu à le relever et a traduit sa gratitude au chef de l’Etat, pour s’être déplacé à Boussé. La Coordinatrice du système des Nations unies et Représentante-résidente du PNUD au Burkina, Madame Metsi MAKHETHA a indiqué que cette journée marque un moment pour renouveler la solidarité envers les personnes infectées et affectées par la pandémie du VIH/SIDA et faire le point sur la maladie. Selon Madame MAKHETHA, 21 millions de personnes sont actuellement sous traitement et le nombre de décès est en nette déclin. Cette journée commémorative était placée sous le parrainage du Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’Extérieur, Monsieur Alpha BARRY et du Professeur Elie KABRE, tous originaires de la région. Ils se sont engagés à poursuivre la lutte contre la propagation de la maladie. Le Ministre de la Santé, Monsieur Nicolas MEDA est revenu sur les acquis de la lutte contre la maladie au Burkina : passage du taux d’infection de 7% en 1997 à 0,8% de nos jours et le nombre de personnes sous traitement est passé de 31 000 personnes en 2012 à environ 50 000 de nos jours. L’objectif, selon le ministre, est de classer le VIH/SIDA parmi les maladies éradiquées en 2030. La cérémonie commémorative de la Journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA a aussi été marquée par une distinction honorifique de 10 acteurs qui se sont illustrés dans la lutte contre la maladie et par une remise d’ambulance et de matériel de première nécessité aux formations sanitaires de la région du Plateau central par le Président du Faso. A l’issue de la cérémonie, le Président Roch Marc Christian KABORE a indiqué que le Burkina Faso avance dans la lutte contre la pandémie. Le Burkina Faso, selon le chef de l’Etat a eu l’occasion d’être cité en exemple pour le fait que dans le cadre du financement du programme de lutte contre le VIH, l’Etat participe de façon conséquente au plan budgétaire dans cette lutte. « Mais c’est n’est pas une lutte gagnée d’avance. Il faut de la sensibilisation et que chacun accepte que le dépistage soit une nécessité pour la santé et qu’à partir de ce dépistage on puisse mettre ces personnes sous les traitements antirétroviraux. L’objectif d’atteindre zéro infection d’ici 2030 et un engagement de toutes les parties : l’Etat, les politiques, les associations qui mènent la sensibilisation, les journalistes. Tout le monde doit s’y mettre pour atteindre le succès dans cette lutte », a déclaré le chef de l’Etat. La Direction de la Communication de la Présidence du Faso