Le Président Roch Marc Christian KABORE s’enquiert des nouvelles du trésor public


impotsLe Directeur général des Impôts, M. Adama SANOU a été reçu en audience par le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE, le 06 janvier 2016.
A sa sortie d’audience, le Directeur général des Impôts a confié que le Président Roch Marc Christian KABORE a voulu s’enquérir des nouvelles du trésor public. « Je dis trésor public parce que la Direction générale des Impôts est la première régie de recettes au Burkina Faso devant les Douanes et le Trésor. Donc nouvellement élu, le Président du Faso veut savoir comment se porte le premier portefeuille », a expliqué Monsieur Adama SANOU.
Selon Monsieur SANOU, à la date du 31 décembre 2015, la Direction générale des Impôts a réalisé de façon provisoire, environ 502 milliards F CFA au titre des recettes au profit du budget de l’Etat. Pour le Directeur général des Impôts, ce chiffre est inespéré, quand on sait le contexte dans lequel le Burkina a évolué en 2015. Car initialement, les prévisions étaient de 559 milliards de F CFA. Adama SANOU s’est dit satisfait des performances de ses services qui ont ainsi réalisé un taux de 97,27%.

Le Directeur général de l’INSD reçu en audience par le Président du Faso

 MG 7402Le Directeur général de l’Institut national de la Statistique et de la Démographie (INSD), le Professeur Banza BAYA, a été reçu en audience par le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE, en fin de matinée du mercredi 06 janvier 2016.
A l’issue de son entretien avec le chef de l’Etat, le Professeur Banza BAYA s’est confié à la presse en ces termes : « J’ai eu l’honneur de rencontrer Son Excellence Monsieur le Président du Faso. Le Président a des préoccupations sur un certain nombre d’indicateurs au niveau des différents départements ministériels. Nous avons échangé là-dessus et il est ressorti qu’incessamment nous allons recevoir au niveau de l’INSD la liste de ces indicateurs. Sur cette base, nous allons mettre à la disposition de l’autorité, les indicateurs dont nous disposons déjà. Ce dont nous ne disposons pas, nous allons mettre en place un processus pour collecter régulièrement ces informations pour les mettre à sa disposition », a indiqué le Directeur général de l’INSD.

Le chef d’état-major général des Armées, le Général Pingrénoma ZAGRE chez le Président du Faso

Le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE, a reçu le mercredi 06 janvier 2016, le chef d’état-major général des Armées (CEMGA), le Général Pingrénoma ZAGRE.
A sa sortie d’audience, le Général Pingrénoma ZAGRE a dit être venu faire le point du dispositif sécuritaire mis en place aussi bien à l’Ouest qu’à l’Est du pays en vue de faire face aux menaces sécuritaires au Burkina Faso.

Le Vice Premier ministre belge chez le Président du Faso pour redynamiser la coopération bilatérale entre les deux pays

Le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE, a reçu en audience le mercredi 06 janvier 2016 dans la matinée, une délégation belge conduite par le Vice Premier ministre, ministre de la Coopération au développement, l’Agenda numérique des Télécommunications et de la Poste, Monsieur Alexander DE CROO. Au menu des échanges, la redynamisation de la coopération entre les deux pays.
Outre le Vice Premier ministre, la délégation belge était composée de Secrétaires d’Etat dont celui en charge du Commerce extérieur et des chefs d’entreprises.
A l’issue de l’entretien avec le chef de l’Etat, le chef de la délégation, Monsieur Alexander DE CROO a confié être venu féliciter d’abord le Président du Faso et renouer les relations entre les deux Etats.
« On a eu l’occasion d’avoir une discussion assez longue et très amicale avec Monsieur le Président du Faso. D’abord pour le féliciter pour le déroulement tout à fait démocratique de ces élections. La Belgique est ici pour renouer un partenariat que nous avons eu dans le passé et recommencer la coopération entre nos deux pays et aussi pour renforcer le processus démocratique qui s’est déroulé ici », a laissé entendre le Vice Premier ministre belge.
Monsieur Alexander DE CROO s’est réjoui du transfert du pouvoir sans violence au pays des Hommes intègres. « Une passation de pouvoir dans la non-violence. De ce point de vue-là, la Belgique ne peut pas rester inactive. Quand il y a un développement démocratique, je pense qu’on doit s’impliquer et c’est ce que la Belgique veut faire », s’est-il réjoui.
Concernant l’appui au développement, la Belgique compte intervenir au Burkina Faso dans trois domaines : « L’idée est que pour l’été de cette année-ci, il y aura déjà les premiers projets sur le terrain. La Belgique va se concentrer sur trois domaines : premier domaine, c’est l’accès à l’eau potable. Deuxième élément, c’est de travailler sur la question de l’évolution de la démographie, le planning familial, la santé reproductive, la violence contre les femmes. Et le troisième domaine, c’est de travailler sur la sécurité alimentaire et le développement agricole », a confié le chef de la délégation belge.
Pour matérialiser la volonté des entreprises belges d’investir au Burkina, des chefs d’entreprises étaient fortement représentés dans la délégation. Selon Monsieur Pieter DE CREM, Secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, « beaucoup d’entreprises belges sont venues avec une volonté sérieuse de faire des investissements qui seront des investissements stables et dans lesquels l’ancrage local est très important. Nous avons des entreprises qui ont beaucoup d’expériences dans les pays africains mais aussi dans des secteurs nouveaux tels que l’informatisation, le recensement pour pouvoir participer à la réalisation d’une partie considérable de la politique de ce pays ».