Jeune Chambre internationale : Le soutien du Président du Faso sollicité pour la candidature d’un Burkinabè au poste de vice-président

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a accordé en fin d’après-midi du lundi 15 août 2016, une audience au président de la Jeune chambre internationale, Monsieur Paschal DIKE. Il a été introduit auprès du chef de l’Etat par le président de la Jeune chambre du Burkina Faso, candidat au poste de vice-président de cette organisation à l’échelle internationale. 

« La jeunesse du Burkina Faso s’est illustrée de belle manière ces dernières années. Il est important pour nous de porter cela au plus haut niveau, au niveau international afin qu’au-delà de nos frontières, on sache quelle peut être la valeur des jeunes du Burkina. C’est ceci qui a motivé notre candidature », a expliqué Monsieur Oumar OUEDRAOGO, président de la Jeune chambre du Burkina Faso et candidat au poste de vice-président de la Jeune chambre internationale.
Il a affirmé s’être adressé à Son Excellence Monsieur le Président du Faso non seulement pour recueillir ses conseils, mais aussi pour avoir sa bénédiction. « Il faut savoir qu’on ne représente pas la jeunesse d’un pays sans avoir la bénédiction des premiers responsables de ce pays. C’est en cela que nous sommes venus présenter notre candidature auprès du Président du Faso », a-t-il ajouté.
Selon le président de la Jeune chambre internationale, Monsieur Paschal DIKE, la Jeune chambre du Burkina Faso est impliquée dans beaucoup de projets: les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’environnement et la paix. Il a ajouté que la Jeune chambre du Burkina Faso est encore prête à faire davantage pour le développement du pays.
«En résumé, nous avons parlé du partenariat entre la Jeune chambre internationale et le Burkina Faso pour dire que le gouvernement du Burkina Faso peut compter sur une organisation comme la Jeune chambre pour développer le pays à ses côtés, développer la jeunesse et bien sûr améliorer les conditions de vie des communautés », a expliqué Monsieur Paschal DIKE.
Au cours de son séjour de soixante-douze heures, le président de la Jeune chambre internationale aura des rencontres de travail avec les partenaires de la Jeune chambre du Burkina Faso.
La Jeune chambre internationale compte 126 pays dans le monde.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Africa Finance Corporation s’engage à accompagner le Burkina Faso dans la construction des infrastructures de développement

Une délégation de Africa Finance Corporation (AFC) conduite par son président directeur général, Monsieur Andrew ALLI, a été reçue le 15 août 2016 en fin d’après-midi par le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE. L’objectif de l’audience était de présenter l’AFC et ses missions au chef de l’Etat.
« Africa Finance Corporation, AFC selon Monsieur Andrew ALLI est une organisation qui est chargée de faire des investissements dans le secteur des infrastructures en Afrique. On a fait des investissements en Afrique à hauteur de 3,5 milliards de dollars au cours des huit dernières années. On a discuté des conditions d’adhésion du Burkina Faso comme membre de l’AFC, les possibilités de faire des investissements ici dans des secteurs comme le transport et l’électricité. On essaie de faire des investissements d’une manière très pratique et aussi très vite ».
Monsieur ALLI a aussi indiqué que la façon de travailler de l’AFC est conforme à l’élan avec lequel les autorités du Burkina Faso veulent impulser le développement dans les secteurs clés des infrastructures. « J’ai le sentiment que le gouvernement burkinabè a vraiment besoin de faire les choses rapidement. Cette façon s’inscrit en droite ligne avec notre expérience. La réunion s’est très bien passée. On a trouvé beaucoup de points d’engagement. On a parlé de projets dans le secteur solaire, les routes, par exemple la route entre Ouagadougou et la Côte d’Ivoire, et le secteur des mines », a laissé entendre Monsieur Andrew ALLI.
L’AFC est une institution financière internationale de développement établie en 2007 par un traité entre des Etats souverains africains, et basée à Lagos, au Nigéria.
Créée dans le but de stimuler le capital d’investissement dans le secteur des infrastructures entre autres, elle compte parmi ses membres onze (11) Etats africains.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le Président du Faso en visite d’amitié et de travail en Guinée Equatoriale

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE se rendra en Guinée Equatoriale le 16 août 2016 pour une visite d’amitié et de travail de 48 heures.
Avec son homologue Theodoro Obiang N’GUEMA, Roch Marc Christian KABORE aura des entretiens relatifs au renforcement de la coopération bilatérale entre le Burkina Faso et la Guinée Equatoriale. Les délégations burkinabè et équato-guinéen examineront à cet effet, les dossiers inscrits à l’ordre du jour de cette visite.
Pendant son séjour, le Président Roch Marc Christian KABORE visitera des réalisations socioéconomiques dans plusieurs domaines et rencontrera ses compatriotes pour échanger sur la vie de la Nation.

Inondations dans la ville de Ouagadougou : Le Président du Faso visite des infrastructures endommagées et marque sa solidarité avec les sinistrés

Le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE s’est déplacé, lundi 15 août 2016, sur le terrain pour mesurer par lui-même l’ampleur des dégâts provoqués par les dernières inondations et compatir à la situation des sinistrés relogés dans différents sites d’accueil dans la ville de Ouagadougou.

La pluie du 9 août 2016 et celles qui l’avaient précédée ont fait de nombreux dégâts tant au niveau des ouvrages d’art que dans de nombreux quartiers périphériques de la capitale burkinabè. Le chef de l’Etat, Roch Marc Christian KABORE, a visité trois sites témoins des conséquences de ces inondations.
Le premier site est un canal d’évacuation d’eaux pluviales situé à l’arrondissement 12 (quartier Patte d’Oie). Du fait de son exiguïté, il n’est plus à même de dériver les eaux des fortes pluies de ces derniers temps qui s’abattent sur Ouagadougou. « Ce qui fait que toute la zone devient inaccessible et les maisons environnantes sont inondées », a expliqué un spécialiste de la mairie de Ouagadougou.
Le Président du Faso s’est ensuite rendu à l’école satellite de Polesgo (périphérie nord) où 596 personnes y ont provisoirement trouvé refuge par la bonne volonté des autorités administratives de l’arrondissement 4 de Ouagadougou. Les sinistrés par la voix de leur représentant, Ali COMPAORE, tout en se réjouissant de cette visite du chef de l’Etat ont saisi l’opportunité pour lui exprimer des doléances relatives au manque d’eau à boire sur le site d’accueil, de centre de santé dans la zone et leur volonté de pouvoir quitter le site avant la rentrée des classes. Dans son message de réconfort à l’endroit des sinistrés, le chef de l’Etat a expliqué l’objet de sa visite : « Je voudrais tout d’abord dire que suite aux différentes inondations qu’a connues notre pays, il était important qu’en tant que premier responsable du pays, que je puisse sortir sur le terrain pour me rendre compte des difficultés qui existent en matière d’assainissement dans la ville de Ouagadougou. Il était important aussi que je puisse rencontrer certaines personnes qui ont été touchées par ces inondations pour montrer notre solidarité, notre compassion et tout l’appui du gouvernement et du peuple burkinabè en général en termes de solidarité vis-à-vis de ces personnes-là. Comme vous l’avez constaté, quitter sa maison pour dormir à 26 dans une classe, ce n’est pas une chose aisée, c’est inconfortable. Il s’agit non seulement de veiller à ce qu’ils (NDLR : Les sinistrés) aient les moyens de s’alimenter, de se soigner et de boire de l’eau potable comme ils l’ont souhaité parfois, mais il faut également commencer à réfléchir sur comment nous allons les réinstaller pour qu’ils puissent avoir leur habitat avant la rentrée. C’est une question prioritaire sur laquelle nous avons demandé au Maire de se pencher pour que nous puissions avoir des solutions rapides et urgentes. Et voir comment nous pouvons appuyer cette opération ».
A l’issue de la visite des dernières infrastructures, notamment un pont et un radié endommagés dans l’arrondissement 4 (Rimkièta), Roch Marc Christian KABORE a salué et félicité le comité qui a été mis en place avec la mairie, les ministres, qui a fait le point général sur l’ensemble des infrastructures de Ouagadougou et sur les questions d’assainissement nécessaires. « Si nous voulons éviter de répéter la même chose chaque année, puisque vous savez que chaque année nous sommes confrontés lorsqu’il y a une grande pluviométrie aux mêmes situations, il s’agit d’abord de veiller à ce que les zones inondables ne soient pas occupées par des citoyens ; le second aspect, il s’agit de faire en sorte que les travaux de routes que l’Etat organise, fassent l’objet d’une coordination. Qu’on ne mette pas le bitume, après on creuse pour mettre l’ONEA, après on creuse pour mettre la SONABEL. On doit faire les choses de manière intégrée et veiller aussi à ce que le niveau des routes ne soit pas tellement surélevé de sorte à créer l’infiltration et l’inondation des maisons des gens qui sont sur les côtés. Il y a tout un travail de revue à faire et des instructions ont été données aussi bien au ministre des Infrastructures et je crois également que ce sont des préoccupations des maires pour qu’une vaste réflexion se mène pour que définitivement, nous puissions trouver une solution à l’assainissement de la ville de Ouagadougou et surtout aussi des zones périphériques de la capitale. Tant que nous n’aurons pas résolu toutes ces questions, nous serons toujours en train de courir après les événements », a dit le chef de l’Etat.
Au sujet des citoyens qui nonobstant les mesures de relogement dans des zones décentes apportées par le gouvernement et les autorités communales, reviennent s’installer dans les zones inondables, le chef de l’Etat a prôné la poursuite de la sensibilisation en direction de ces citoyens : «C’est une question de citoyenneté et de rigueur que nous devons faire au niveau de chaque commune pour être suffisamment ferme avec ce genre de situations. Vous avez des personnes parfois qu’on a déplacées des zones inondables, on leur a donné des terrains qu’ils ont revendus pour revenir au niveau des mêmes zones. C’est pourquoi il est important aussi bien au niveau de la presse, au niveau des mairies, au niveau du citoyen que nous puissions continuer la sensibilisation pour permettre effectivement à ce que nous comprenions que cela ne sert à rien de continuer à défier la nature. Elle a toujours le dessus sur l’Homme si nous ne prenons pas les dispositions avant ».
C’est une visite qui a été très instructive pour moi et de ce point de vue, le gouvernement prendra toutes les dispositions en termes de solidarité vis-à-vis de tous ceux qui ont connu des dégâts dans ce domaine, mais également en termes de réparation des infrastructures pour permettre aux citoyens dans la ville de Ouagadougou d’avoir une circulation beaucoup plus fluide, a conclu Roch Marc Christian KABORE à l’issue de sa visite.