Le Président du Faso satisfait de ses compatriotes du Kenya

En séjour à Nairobi, au Kenya, dans le cadre de la TICAD VI, le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE s’est entretenu avec ses compatriotes vivant au Kenya, dans l’après-midi du dimanche 28 août 2016. Il les a invités à contribuer à la construction de la mère patrie.
Dans sa volonté maintes fois réaffirmée de connaître les préoccupations de ses compatriotes à l’extérieur par lui-même et de leur faire connaître également l’état de la mère patrie à l’instant T, le chef de l’Etat a eu une rencontre avec la soixantaine de Burkinabè vivant au Kenya à son pied à terre.
Une communauté dont la spécificité est qu’elle est constituée de fonctionnaires internationaux, d’acteurs du secteur privé ou évoluant dans des organisations caritatives ou d’étudiants.
Selon le porte-parole et doyen de cette communauté, Monsieur Césaire PODA, c’est une immense joie et une fierté pour eux d’accueillir le premier responsable du pays. Ils ont félicité le chef de l’Etat pour son élection et souligné qu’aucun membre n’a de difficulté particulière tant administrative qu’existentielle portée à leur connaissance.
A l’issue du mot introductif de leur représentant et afin d’apporter déjà leur contribution en termes d’idées pour la construction de leur pays, les Burkinabè du Kenya ont plutôt fait un exposé sur des expériences d’actions de développement en cours dans leur pays d’accueil. Ils ont ainsi présenté au Président Roch Marc Christian KABORE et à sa délégation, les actions qui ont boosté l’économie du Kenya, notamment dans les secteurs du tourisme et des Technologies de l’information et de la communication (TIC).
En retour, le chef de l’Etat leur a fait le point de la situation du Burkina depuis son accession au pouvoir à l’issue du scrutin de novembre 2015. Il a partagé avec eux les initiatives et mesures d’urgence prises par le gouvernement pour relancer l’économie nationale, satisfaire aux besoins fondamentaux des Burkinabè dans les domaines de l’éducation, l’emploi des jeunes, la santé de la mère et de l’enfant, mais aussi pour améliorer les recettes de l’Etat.
Les échanges avec le chef de l’Etat à l’issue de son propos sur la vie de la Nation, ont porté, entre autres sur le reboisement familial en lieu et place des pratiques actuelles, l’expropriation foncière rurale, la promotion des cadres nationaux à l’échelle internationale, l’emploi des jeunes diplômés, la sécurité alimentaire, les Koglweogo, etc.
Dans une ambiance très détendue et un langage très accessible, le Président du Faso a répondu à toutes les questions et suggestions.
S’agissant par exemple des grandes propriétés foncières, il a expliqué qu’une étude sera menée pour une expropriation par l’Etat des grandes propriétés foncières non mises en valeur.
Sur la promotion des cadres, il a dit à ses interlocuteurs que les freins sont liés à la mentalité de ceux la-mêmes chargés de les promouvoir. Pour y remédier, il est prévu au sein du Ministère des Affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’Extérieur, la mise en place d’une Direction de la Promotion de ces compétences au plan mondial.
Quant aux étudiants et en attendant la construction de centre d’excellence, un premier contingent d’étudiants sera inscrit dans des Centre d’excellence en Côte d’Ivoire afin qu’ils constituent une pépinière, a dit le Président Roch Marc Christian KABORE. Sur l’emploi des jeunes en fin de cursus, le Président a prôné l’auto-emploi. Il a affirmé que l’option du gouvernement est plutôt de pouvoir financer des initiatives au niveau des étudiants et des jeunes de façon générale.
A propos des groupes d’autodéfense appelés Koglweogo, le Président Roch Marc Christian KABORE a expliqué le contexte qui a prévalu à la création de ces structures d’autodéfense. Il a expliqué à la communauté vivant au Kenya avoir reçu le premier responsable de ces groupes d’autodéfense afin de lui intimer l’ordre pour que cessent les tortures et rackets des citoyens. Ils ont accepté de se mettre sous les ordres de l’Etat en collaborant avec les structures idoines. Ainsi, des Koglweogo en conflit avec la loi sont en prison et seront jugés après la rentrée judiciaire nonobstant les pressions des uns et des autres pour leur libération, a révélé le Président du Faso.
Avant de quitter ses compatriotes, le Président du Faso les a réitérés ses remerciements et les a invités à participer à la construction du pays.

La TICAD VI a abouti à la déclaration de Nairobi

La 6e Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD VI), a clos ses travaux dimanche 28 août 2016, en présence du Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE. Elle a adopté un document de référence dénommé « Déclaration de Nairobi ».
Dans cette Déclaration, « les chefs d’Etat et de gouvernement et les délégations du Japon et de 54 pays africains, avec les représentants de 52 autres pays partenaires, 74 organisations internationales et régionales, les représentants du secteur privé et des organisations de la société civile (OSC)» ont relevé « trois grands défis qui ont eu un impact sur le paysage du développement en Afrique depuis la TICAD V en 2013 ». Ces défis se rapportent à la baisse des prix des matières premières, l’épidémie du virus à Ebola et la radicalisation, le terrorisme, les conflits armés et le changement climatique.
Face à ces nouveaux défis qui se posent à l’Afrique, il a été identifié des domaines prioritaires appelés « Domaines prioritaires de la TICAD VI ». Ces domaines sont regroupés dans trois « piliers ».
Le premier pilier porte sur la «la promotion de la transformation économique structurelle pour la diversification économique et l’industrialisation ». Il regroupe la diversification économique et l’industrialisation des infrastructures de qualité, le développement du secteur privé et le développement des ressources humaines.
Le second pilier est « la promotion de systèmes de santé résilients pour la qualité de vie ». Il s’agit du renforcement des systèmes de santé, de la réponse face aux crises de santé et de la couverture sanitaire universelle.
Le troisième pilier est « la promotion de la stabilité sociale pour une prospérité partagée ». Il porte sur la stabilité sociale et la consolidation de la paix, la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, les enjeux planétaires et les défis, la sécurité maritime et les Nations unies au 21e siècle.
Le Président Roch Marc Christian KABORE et ses pairs ont adopté ce document par acclamation qui cadre bien avec « l’Agenda 2063 » de l’Union africaine.

TICAD VI : Le chef de l’Etat burkinabè prône des investissements structurants

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a prôné la promotion des investissements structurants, dans son intervention, dimanche 28 août 2016, lors des travaux en plénière de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement africaine (TICAD VI) à Nairobi au Kenya. 

Tout comme le premier jour, le chef de l’Etat burkinabè a pris la parole à la plénière du second jour de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), sixième du genre.
Il a souligné que « pour tous les pays engagés dans l’amélioration du climat des affaires, plutôt que de rester dans des débats qui concernent les pays pris individuellement, il est important que nous puissions mettre en place des investissements structurants pour nos sous-régions comme la CEDEAO au plan des infrastructures qu’au plan du développement des ressources humaines ».
Il a également relevé la nécessité de travailler à améliorer la sécurité des investissements dans les différents pays d’une part et d’autre part, de travailler au renforcement de l’intégration dans les sous-régions.
Le Président KABORE a aussi évoqué le faible niveau de développement du commerce intra-sous-régional africain et donc la nécessité de travailler à le développer. Il a pour ce faire, préconisé que les investissements au niveau sous-régional soient importants pour créer les bases du développement de chaque pays.
Le Président Roch Marc Christian KABORE a de ce fait encouragé l’ensemble de ses collègues à travailler dans ce sens avant de saluer le fait que tous les trois ans, la TICAD sera une opportunité de rencontre entre le secteur public et le secteur privé aussi bien africain que japonais.
« Je voudrais vraiment encourager que nous puissions aller à des questions pratiques, à des questions qui donnent des résultats. Je crois que c’est cela qui est important. Je voudrais saluer cette initiative et souhaiter que ces rencontres permettent de renforcer non seulement le partenariat entre les secteurs privés africains et japonais, mais également d’avoir un partenariat gagnant-gagnant aussi bien au niveau de notre coopération entre les Etats que de la coopération que nous aurons également et des investissements japonais dans nos différents pays », a dit le Président du Faso.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Un homme d’affaires zambien, ancien collaborateur du Président du Faso reçu en audience

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience à Nairobi dimanche 28 août 2016, en marge des travaux de la 6è TICAD, Monsieur Chianga MALUMO, un self made man zambien et qui a séjourné auparavant au Burkina Faso.
«Je suis Zambien d’origine. J’étais président du Conseil d’administration de la Banque internationale du Burkina (BIB), actuelle UBA il y a presque 20 ans. C’est un pays que j’aime depuis très longtemps. Je connais bien le Burkina. Le président était à la BIB à un moment donné, comme vous le savez. Pour moi c’est un grand honneur de rencontrer un ancien collègue d’ailleurs mon patron», a déclaré Monsieur MALUMO à l’issue de son entretien.
Exposant l’objet de cet entretien avec le chef de l’Etat, Monsieur MALUMO, a révélé que le Président KABORE l’a invité à venir au Burkina voir ce qu’il peut faire. «Ce qui m’intéresse, ce sont les infrastructures, les routes, les aéroports, les centrales électriques ».
Il s’est engagé à répondre favorablement à l’invitation du Président Roch Marc Christian KABORE. « Je viendrai très bientôt au Burkina, sur son invitation pour voir quel rôle je peux jouer dans le développement du Burkina.  Comme je viens de le dire au Président, on l’encourage et on va tout faire en tant qu’homme d’affaires pour l’aider à faire la différence au Burkina au niveau des investissements», a-affirmé Monsieur Chianga MALUMO.

 La Direction de la Communication de la Présidence du Faso