Le Président du Faso remercie les autorités coutumières et religieuses de Bobo-Dioulasso et demande leurs soutiens et bénédictions

Le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE a rendu visite aux différentes autorités coutumières et religieuses de Bobo-Dioulasso le 1er avril 2016.

A peine installé à son pied- à- terre, le Président du Faso a rendu successivement visite au chef suprême des Bobo-Mandarè, aux responsables de la communauté musulmane, au chef des Bobo de  Dagasso, au chef suprême des Dioulas,  à l’Archevêque de Bobo-Dioulasso, aux responsables de la communauté évangélique et au chef peulh de Bobo-Dioulasso.

A ces différentes autorités coutumières et religieuses, le Chef de l’Etat leur a réitéré ses remerciements. En effet, lors du lancement des activités du parti au pouvoir, le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP)  à Bobo-Dioulasso  et lors du lancement de la campagne présidentiel du candidat du parti dans la même ville, ces responsables coutumiers et religieux lui avaient accordé leurs bénédictions pour la conquête de la magistrature suprême et cet objectif a été atteint.

Le Président du Faso les a ensuite rassurés de sa volonté de donner à Bobo-Dioulasso son lustre d’antan où les unités industrielles reprendront vie et les jeunes auront du travail. De même, il s’est engagé à doter la ville d’un Centre hospitalier universitaire et améliorer la voirie.

Une fois de plus, le Président du Faso a demandé leurs soutiens et leurs bénédictions pour la réussite de son premier mandat à la tête du pays. Il a aussi insisté sur l’implication de ces différentes autorités pour une cohabitation pacifique des différentes communautés, gage d’une unité nationale dans la paix afin de construire le Burkina Faso, main dans la main. 

Le Président Roch Marc Christian KABORE a surtout demandé au chef peulh de Bobo-Dioulasso de jouer sa partition afin de contribuer à éradiquer les récurrents conflits agriculteurs-éleveurs que connaît le Burkina Faso.

Dans les livres d’or qu’il a signés, le Chef de l’Etat a salué « les différences » et souhaité qu’elles soient  « une richesse pour construire une Nation de paix et dans l’unité ».

Chaque responsable coutumier et religieux a accordé ses bénédictions au Président KABORE à travers des prières et l’a rassuré de son soutien pour le succès de son mandat à la tête du Burkina Faso.

Selon le porte-parole du chef suprême des Dioulas, c’est la première fois depuis l’indépendance du Burkina Faso, qu’un Chef d’Etat décide de rendre visite à toutes les autorités coutumières et religieuses de Bobo-Dioulasso.

 

Semaine nationale de la Culture(SNC) 2016 : Le Président du Faso est arrivé à Bobo-Dioulasso

Dans le cadre de la clôture de la Semaine nationale de la Culture (SNC) 2016 prévue dans la soirée du 02 avril 2016, le Président du Faso S.E.M. Roch Marc Christian   est arrivé dans la capitale de la région des Hauts-Bassins dans la matinée du 1er avril 2016 aux environs de 10heures accompagné par son épouse Madame Sika Bella KABORE.

Le Président du Faso a été accueilli à l’aéroport international de Bobo-Dioulasso par le gouverneur de la région des Hauts –Bassins, le premier vice-président  de l’Assemblée nationale, les membres du gouvernement, des députés à l’Assemblée nationale et des forces vives de la région. Le Président du Faso a ensuite eu un bain de foule de la population de la ville de Bobo-Dioulasso massée à l’extérieur du  salon d’honneur avant de prendre la direction de son pied- à- terre.

Dans la soirée du 02 avril 2016, le Président du Faso assistera à la nuit des lauréats, marquant la fin de la 18e édition de la SNC qui se tient depuis le 26 mars 2016.

Créée en 1983, la SNC se tient tous les deux ans, les années paires et constitue une vitrine de promotion et de valorisation de la culture nationale.

La présence du Président du Faso à Bobo-Dioulasso à 48 heures avant la fin de l’évènement est une façon pour le Chef de l’Etat de soutenir les artistes et la culture burkinabè.

 

La composante « Eau et Assainissement » du programme présidentiel officiellement lancée par le Président du Faso

Le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE, a procédé, le 31 mars 2016, au lancement officiel le volet « Eau et Assainissement » du programme présidentiel d’urgence. 

Le village de Kougsin dans la commune rurale de Sourgou dans le Boulkiemdé a abrité cette importante cérémonie.

Pour une première sortie officielle sur le territoire national, le Président du Faso s’est rendu dans la province du Boulkiemdé dans la région du Centre-Ouest. En présence du Premier Ministre, Monsieur Paul Kaba THIEBA, des membres du gouvernement, de présidents d’institutions, de partenaires techniques et financiers et d’une population sortie nombreuse pour vivre l’évènement, le Président Roch Marc Christian KABORE a procédé au lancement officiel de la composante « Eau et Assainissement » de son programme. 

Le gouverneur de la région du Centre-Ouest, Madame Alizéta DABIRE/SAWADOGO dans son mot de bienvenue, a manifesté toute sa satisfaction sur le choix porté sur sa région pour le lancement d’un programme d’une telle ampleur, vu l’importance que requiert le secteur de l’eau et de l’assainissement. C’est pourquoi elle a souhaité « que la moisson du mandat du Président du Faso soit à la hauteur des promesses des fleurs ». 

Le Ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Monsieur Niouga Ambroise OUEDRAOGO, a, dans son discours, décliné les objectifs du programme présidentiel dans son volet « Eau et Assainissement ». Ce programme ambitionne au cours de l’année 2016, de réaliser 1153 forages neufs et de réhabiliter 202 autres en milieu rural, d’accroître le réseau d’adduction d’eau potable en milieu urbain. 

Les partenaires techniques et financiers ont par la voix dela Représentante résidente de la Banque Africaine de Développement (BAD) au Burkina Faso, Madame Antoinette BATUMUBWIRA, félicité le gouvernement pour « la création d’un ministère entièrement dédié à l’eau et à l’assainissement en vue de faire face aux problèmes liés à ce secteur ».C’est pourquoi ils se sont engagés à accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre de ce programme.  

A la fin de la cérémonie, le Président du Faso, a reconnu que « dans le programme, l’un des problèmes qui avaient été soulevés, concerne la lourdeur dans le mécanisme de passation des marchés qui fait que le taux d’absorption des crédits n’est pas au bon niveau ». « Le gouvernement, a-t-il dit, s’est déjà engagé et des instructions ont été données au Ministre des Finances, pour que très rapidement, nous puissions revoir ces mécanismes pour les alléger et faciliter la prise en charge de tous nos engagements, aussi bien vis-à-vis de nos partenaires qui nous donnent de l’argent que vis-à-vis du peuple qui a beaucoup d’attentes ».  

Outre le volet « Eau et Assainissement », le Président du Faso a donné des indications sur d’autres composantes du programme présidentiel qui sont déjà mis en exécution.  « Notre programme vise à renforcer l’éducation à travers la construction de lycées et collèges, combattre les écoles sous paillotes. L’eau et la santé sont prioritaires dans le capital humain. Au niveau de la santé, nous avons pris un certain nombre de mesures qui concernent la femme, qui sont la gratuité de l’accouchement, de la césarienne dans la prévention, dans le traitement du cancer du sein, du col de l’utérus, etc. 

Dans le domaine agricole, nous avons déjà commencé l’aménagement d’un certain nombre de sites. Les 20 000 hectares annoncés par le ministre en charge de l’Agriculture rentrent dans ce cadre. 

Nous avons également en priorité l’emploi des jeunes avec le recrutement de plus de 4 000 enseignants ; le recrutement de deux agents communautaires par village avec un total de plus de 16 000 emplois ; aussi un recrutement de 9 000 jeunes dans le cadre des travaux HIMO, sans compter le recrutement annuel effectué par la fonction publique ». 

Cependant, la conjoncture nationale explique le difficile démarrage du chantier. « Nous avons hérité d’une gestion un peu chaotique au sommet de l’Etat. Ce qui fait que cette année doit être une année de remise en route du budget de l’Etat. Nous avons déposé à l’Assemblée nationale un projet de relecture du budget de l’Etat », a indiqué le Président du Faso. 

 

Une délégation de la BRVM échange avec le Président du Faso

Le Président du Faso S.E.M. Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience le 29 mars 2016 à Ouagadougou une délégation de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), conduite par le président des conseils d’administration de l’institution, Monsieur Pierre Atépa GOUDIABY.

A sa sortie d’audience, Monsieur GOUDIABY a confié avoir assuré le Président du Faso du soutien de la BRVM et lui dire combien la Bourse était affligée après les attaques terroristes du 15 janvier 2016 et reste solidaire du peuple burkinabè dans cette épreuve.

« Nous avons également parlé de la bourse. La BRVM a eu la plus grande progression en Afrique cette année, c’est à dire 17%. C’est l’une des plus grandes progressions dans le monde. Cela veut dire que l’institution se porte très bien. Mais nous avons besoin des conseils du Président du Faso pour les grands chantiers sur lesquels nous souhaitons nous concentrer. Le premier, c’est comment organiser les PME afin qu’elles puissent se faire coter à la bourse. Le deuxième chantier, c’est de voir comment mobiliser l’épargne de la diaspora. Vous avez une diaspora dynamique et des pays comme Israël, l’Ethiopie, l’Inde et le Liban ont pratiquement été construits par leur diaspora. Donc pour nous, il est important de voir comment émettre des obligations pour la diaspora afin qu’elle participe avec beaucoup plus de méthode au développement de nos économies », a expliqué le PCA de la BRVM.

Monsieur GOUDIABY a aussi indiqué que l’un des souhaits de la BRVM est de créer un compartiment pour les matières premières. Pour lui, le Burkina regorge de beaucoup de matières premières et il est temps  d’organiser ce secteur. 

« Sur tous ces sujets, nous avons bénéficié des conseils du Président du Faso et nous allons nous mettre au travail dès que nous allons retourner à Abidjan », a promis le PCA de la BRVM.