DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DU FASO,A L’OCCASION DE LA CEREMONIE DE PRESENTATION DES VŒUX DES PERSONNELS DU MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES ANCIENS COMBATTANTS


DISCOURS DE SON EXCELLENCE
MONSIEUR LE PRESIDENT DU FASO,
CHEF SUPREME DES FORCES ARMEES NATIONALES,
MINISTRE DE LA DEFENSE NATIONALE
ET DES ANCIENS COMBATTANTS
-----------------------------
A L’OCCASION
DE LA CEREMONIE DE PRESENTATION DES VŒUX DES
PERSONNELS DU MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE
ET DES ANCIENS COMBATTANTS


Ouagadougou, le 09 Janvier 2017

Monsieur le Chef d’Etat-major Général des Armées
Monsieur le Secrétaire Général du Ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants
Monsieur l’Inspecteur Général des Forces Armées Nationales par intérim
Monsieur le Chef d’Etat-major Général Adjoint des Armées
Messieurs les Chefs d’Etat-major d’Armées
Officiers, Sous-officiers, Militaires du Rang
Personnel civil de la Défense
Mesdames et Messieurs les représentants de l’Association Unique des Anciens Combattants, Anciens Militaires, Veuves, Orphelins et Victimes de Guerre
Honorables Invités
Mesdames et Messieurs


La cérémonie de présentation des vœux des personnels du ministère de la défense nationale et des anciens combattants revêt pour moi un cachet particulier.
Elle se déroule à un moment où notre peuple a été victime d’attentats terroristes meurtriers qui, en 2016 ont endeuillé de nombreuses familles et causé à nos forces armées la perte de vaillants soldats qui avaient choisi par vocation, de servir leur pays par les armes.
Cette situation interpelle à la fois le Gouvernement, notre Armée nationale et nos forces de sécurité, mais aussi nos populations dont les besoins de sécurité doivent être impérativement pris en charge.
J’exprime ma compassion aux familles des défunts ainsi que ma solidarité et mes vœux de prompt rétablissement aux blessés.
En mémoire de tous ceux qui sont tombés au champ d’honneur, je vous demande d’observer une minute de silence (…).
Je vous remercie.

Monsieur le Chef d’Etat-major Général des Armées
Monsieur le Secrétaire Général
Officiers, sous-officiers, militaires du rang, personnel civil de la Défense
Mesdames et Messieurs

Je vous remercie pour les vœux que le Secrétaire Général vient de formuler à mon endroit et à celui de ma famille. En retour, je souhaite que l’année 2017 soit pour vous, vos familles et tous ceux qui vous sont chers, une année de santé, de paix, de succès et d’accomplissement individuel et collectif.
Le bilan de vos actions en 2016 que le Secrétaire général vient de présenter mérite d’être salué à juste titre, et atteste de votre engagement renouvelé à œuvrer pour l’atteinte des objectifs qui vous avaient été fixés.
Je note que ce bilan appelle encore à plus de détermination dans l’accomplissement des tâches quotidiennes et de celles à venir.
Je voudrais féliciter nos Forces Armées nationales pour le dévouement avec lequel elles se battent au quotidien pour sécuriser notre pays.
A cet égard, les événements tragiques qui nous ont durement éprouvés en 2016 nous ont rappelé l'impérieuse nécessité de revisiter nos modes d’action pour nous adapter efficacement aux nouvelles menaces.

Monsieur le Chef d’Etat-major Général des Armées
Mesdames et Messieurs

2017 sera une année de renforcement des synergies d’action avec les pays voisins, notamment ceux du Nord que sont le Mali et le Niger pour une sécurité maximale le long de nos frontières et à l’intérieur du pays.
Ainsi, des opérations militaires conjointes avec les pays voisins seront organisées pour améliorer nos capacités d’anticipation et de riposte face aux menaces et attaques.
Une rencontre au sommet est prévue à cet effet à Niamey le 24 janvier prochain.
Ce combat de longue haleine n’étant pas uniquement l’apanage des Forces de Défense et de sécurité, je voudrais en appeler à la collaboration de tous les citoyens. Les populations doivent aider nos forces de défense et de sécurité dans toutes leurs actions et constituer pour elles un soutien indéfectible de tous les instants.
Notre Armée nationale doit adapter résolument son approche en matière de lutte contre les risques multiformes, et face à des adversaires hybrides et diffus.
J’ai foi en sa capacité de réaction pour opérer les transformations nécessaires afin de faire face aux nouveaux défis sécuritaires.
Elle dispose des ressources humaines nécessaires pour une lutte efficace et efficiente contre le terrorisme, le grand banditisme et la criminalité transfrontalière.
C’est pourquoi nous devons nous armer de courage, de bravoure et de détermination à tous les niveaux pour venir à bout de ces fléaux.
Pour ma part, je prends l’engagement de tout mettre en œuvre pour accroitre les capacités opérationnelles de l’institution militaire, en accélérant la mise à sa disposition des moyens supplémentaires, de formation, de mobilité, de projection et d’équipements nécessaires à une plus grande réactivité et à une protection maximale des personnels déployés sur le terrain, des populations et de la Nation entière.

Monsieur le Chef d’Etat-major Général des Armées
Mesdames et Messieurs

Je note avec satisfaction que le Burkina Faso a continué à bénéficier de l’appui de pays amis et de partenaires dans le cadre de la coopération militaire. En votre nom à tous, je leur adresse mes vifs remerciements et leur témoigne ma profonde reconnaissance.
Pour la période à venir, les efforts seront poursuivis pour renforcer cette coopération militaire qui est fondamentale pour nos armées, dans l’objectif final de nous doter d’une armée opérationnelle, professionnelle et républicaine.
Au plan national, un projet de loi de programmation militaire sera élaboré et transmis à l’Assemblée nationale au cours de cette année.
Notre engagement aux côtés des pays frères et amis pour une sécurité continentale et sous régionale porteuse de paix et propice à un développement intégré pour le bien-être des populations sera poursuivi et consolidé.
C’est le lieu pour moi, de saluer tous les soldats burkinabè de la paix déployés sur le continent africain, dont l’esprit de sacrifice et le professionnalisme nous font honneur et contribuent grandement au rayonnement international de notre pays.
Le renforcement de la discipline, la poursuite de la formation civique et professionnelle sont plus que jamais au cœur de la mise en œuvre de notre politique nationale de défense.
Les valeurs de référence de notre armée doivent être préservées et renforcées et la bonne gouvernance érigée en crédo pour plus de transparence et de justice dans la vie de l’institution militaire.
Monsieur le Chef d’Etat-major Général des Armées
Officiers, sous-officiers, militaires du rang, personnel civil
de la défense
Mesdames et Messieurs

Les défis sont immenses, certes, mais je sais pouvoir compter sur vous pour aborder l’année nouvelle avec espoir et détermination et traduire en actes concrets notre commune volonté de vaincre le terrorisme et le crime organisé sous toutes ses formes, afin de redonner confiance à nos populations.
Je rends un hommage appuyé aux anciens combattants et anciens militaires, sources inépuisables d’honneur et de vaillance pour les générations futures.
Je félicite les éléments des Forces Armées nationales (FAN) et leur témoigne ma satisfaction, tout en les encourageant à cultiver l’esprit de discipline, de cohésion, de solidarité et de fraternité d’armes qui les a toujours caractérisés.
Enfin, j’exhorte l’ensemble des personnels du Département de la défense, à redoubler d’ardeur pour la paix et le succès des armes du Burkina Faso.

Bonne et Heureuse année 2017 !
Je vous remercie !

 

Discours de Son Excellence Monsieur le Président du Faso en réponse aux vœux de nouvel an 2017du Corps diplomatique

Ouagadougou, le 06 janvier 2017

Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement
Monsieur le Président de l’Assemblée nationale
Monsieur le Président du Conseil constitutionnel
Mesdames et Messieurs les Présidents d’institution
Monsieur Jean-Baptiste OUEDRAOGO, Ancien Chef d’Etat du Burkina
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement
Monsieur l’Ambassadeur du Royaume du Maroc, Doyen du Corps Diplomatique
Excellences, Mesdames et Messieurs les chefs de Mission diplomatique
Mesdames et Messieurs les Chefs de Mission consulaire
Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations internationales et interafricaines
Distinguées personnalités
Honorables invités
Mesdames etMessieurs

C’est un plaisir pour moi d’honorer ce rendez-vous annuel avec les représentants de la Communauté internationale au Burkina Faso, à l’occasion de cette cérémonie de présentation des vœux du nouvel an.
J’ai été particulièrement sensible aux vœux bien chaleureux que vous venez, par la voix du Doyen du Corps diplomatique, de formuler à mon endroit et à celui du peuple burkinabè. L’amitié et le soutien des peuples frères et amis, que vous représentez si dignement,sont pour nous très précieux. Ils ont été une source de réconfort pour nous en 2016, une année qui fut particulièrement éprouvante pour notre pays.
En vous remerciant pour ces vœux, il me plaît en retourde vous souhaiter, au nom du peuple burkinabè, du Gouvernement et au mien propre, mes vœux de très bonne et heureuse année 2017, faite de santé, de paix, de bonheur et de succès pour vous-mêmes, vos collaborateurs et vos familles respectives.
Je voudrais également par votre intermédiaire, saluer les souverains et les peuples amis du Burkina Faso qui soutiennent notre action et travaillent sans relâche à la paix et à la sécurité dans le monde. Je leur présente mes vœux les meilleurs pour l’année nouvelle.

Monsieur le Doyen du Corps diplomatique
Excellences
Mesdames etMessieurs

C’est à l’aune des épreuves et des défis que leur imposel’histoire que se forge le destin des peuples.
Quelques jours seulement après la nomination du Gouvernement, les questions sécuritaires se sont invitées et imposées à notre agenda.
Les attaques terroristes dans notre pays ont cependant révélé le courage, la résilience du peuple burkinabè, qui a su montrer à la face de tous que, jamais, il ne pliera l’échine, ni face à ces actes ignobles, ni devant leurs auteurs.
Elles ont enfin fini de nous convaincre de l’impérieuse et urgente nécessité d’un partenariat sous-régional, régional et international plus accru, plus effectif, pour éradiquer le fléau du terrorisme et créer les conditions de la stabilité et du développement durable de nos pays.
Qu’il me soit permis, à ce moment précis de mon propos, de saluer de nouveau la mémoire de toutes les victimes de ces attaques. Je voudrais rendre un hommage appuyé aux forces de défense et de sécurité, en première ligne dans la lutte contre le terrorisme, et aux populations qui ont payé un lourd tribut.
En souhaitant un prompt rétablissement aux blessés, j’exprime ma solidarité à tous les peuples et pays épris de paix, sous la menace ou frappés parces forces obscurantistes. C’est ensemble, en mutualisant nos efforts et nos moyens, que nous les vaincrons.
C’est pourquoi je salue l’action du G5 Sahel, qui s’est inscrite dans cette dynamique et je lance un appel solennel aux pays amis et à l’ensemble de la communauté internationale afin qu’ils apportent leur plein appui à cette organisation.
Au Burkina Faso, nous sommes bien conscients de l’importance de tous ces enjeux et je voudrais réaffirmer ici notre engagement à mener, ensemble avec nos partenaires de la sous-région et d’ailleurs, une lutte sans répit contre le terrorisme sous toutes ses formesetmanifestations.
Pour vous qui vivez au quotidien avec nous, vous pouvez porter le témoignage de notre détermination et de la réalité selon laquelle,le Burkina Faso est et demeure un pays et une destination sûrs.


Excellences
Distinguées personnalités
Mesdames etMessieurs

L’année 2016 qui s’en est allée a connu les effets pervers de la crise économique internationale que nous vivons depuis quelques années. L’Afrique de l’Ouest et le continent africain dans son ensemble n’ont pas été épargnées. C’est pourquoi, maintenir l’Afrique au cœur de l’agenda de développement de la communauté internationale est par conséquent un impératif. Aussi, les engagements en faveur du continent doivent-ils être tenus. Il s’agit notamment de ceux relatifs au Programmede développement à l’horizon 2030, à l’Accord de Paris sur le changement climatique, à la COP22 à Marrakech et à la Déclaration de New York sur les migrants et les réfugiés.
L’histoire du monde en 2016, marquée par certains événements et évolutions politiques dans nombre de pays et régions, peut parfois susciter des inquiétudes et des interrogations, surtout lorsque ces événements nourrissent la montée des extrémismes, du radicalisme et de l’intolérance.
Aussi bien les dirigeants que nous sommes que les peuples et les citoyens, devons être pleinement conscients que notre responsabilité est grande et historique. Notre monde a plus que jamais besoin de paix, et notre devoir est de le lui garantir. C’est notre obligation à l’égard de la génération actuelle, et ce serait notre principal legs aux générations futures.


Monsieur le Doyen du Corps diplomatique
Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

Malgré les difficultés, l’ancrage de la démocratie et de la bonne gouvernance s’est renforcé sur le continent au cours de l’année écoulée, en particulier en Afrique de l’Ouest. Il faut s’en réjouir.
Au Burkina Faso, la réforme et la garantie de l’indépendance de la Justice, la mise en place du Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité nationale (HCRUN), celle de la Commissionconstitutionnelle et l’amélioration de la gouvernance politique, économique et sociale procèdent de notre volonté de mettre à la disposition de notre peuple, de ses intérêts et de ses ambitions, des institutions fortes, efficaces, qui sauront, comme je l’ai maintes fois répété, survivre à ses géniteurs.
Dans cette œuvre de construction nationale, les Burkinabè de l’extérieur, partie intégrante de la Nation,et que j’ai régulièrement rencontrés lors de mes déplacements, seront pleinement associés.
Afin de consolider notre présence à leurs côtés, d’assurer la mobilisation de leur expertise et leur participation aux projets de développement de leur pays, je poursuivrai l’extension et le renforcement de notre réseau diplomatique. Pour réussir ces missions dans vos pays, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, je sais pouvoir compter sur votre précieux concours et sur celui de vos mandants.


Excellences
Mesdames etMessieurs

Je voudrais me réjouir à nouveau de l’excellente qualité des relations que le Burkina Faso entretient avec vos Etats et organisations respectifs. Depuis mon accession à la magistrature suprême, je m’emploie à assurer leur renforcement.
La tenue effective et réussie de la 5ème session du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) avec la République sœur de Côte d’Ivoire, l’organisationde plusieurs commissions mixtes, la signature de nombreux accords et conventions de financement, l’élection du Burkina Fasoà un nouveau compact du MCC, et surtout la mobilisation et l’engagement sans précédents de nos partenaires pour le financement du PNDES, sont la preuve de la pertinence de notre démarche, et le témoignage de la confiance renouvelée au Burkina Faso dans le concert des Nations. Je puis vous assurer qu’il saura y jouer pleinement sa partition.
Lors de la 71ème session de l’Assemblée générale de l’ONU tenue en septembre 2016 à New York, j’ai porté la voix et les positions de mon pays sur des questions aussi cruciales que celles du développement inégal, des migrations et leurs lots de drames, le dérèglement climatique, la problématique de la jeunesse et la marginalisation des femmes.
Dans le domaine de la paix et de la sécurité internationales, le Burkina Faso a réaffirmé avec constance son appel à un désarmement général et complet, y compris par la non-prolifération des armes de petits calibres et celle des armesde destruction massive. Concernant en particulier les armes nucléaires, seule l’entrée en vigueur rapide du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires nous garantira un monde plus sûr.
Permettez-moi de saisir cette opportunité pour réitérer nos félicitations à Monsieur Antonio Guterres pour son élection au poste de Secrétaire général de l’ONU.
En lui souhaitant plein succès, je voudrais saluer l’action de son prédécesseur, Monsieur Ban Ki-Moon, qui fut un ardent avocat de la cause de l’Afrique.

Excellences
Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

L’année nouvelle porte de grandes espérances et des perspectives prometteuses pour le peuple burkinabè, désireux de tourner la page des événements douloureux de ces derniers mois, et d’ouvrir l’ère de la vérité, de la justice et de la réconciliation, ainsi que celle de la croissance et du développement.
Le traitement diligent des dossiers pendants en justice, la relance de l’économie autour d’un secteur privé dynamique et performant, sur des bases saines ettransparentes dont nous avons posé les fondements, permettront à notrepeuple de voir enfin se réaliser sa soif légitime de paix et de bien-être.
Une attention particulière sera accordée aux attentes de la jeunesse, qui fut le fer de lance de l’ancrage démocratique dans notre pays.
L’année 2017 sera assurément une année d’engagement et d’ardeur au travail. Engagement d’abord du Gouvernement à exécuter le Programme national de développement économique et social (PNDES) ; engagement ensuite du peuple burkinabè à s’inscrire dans une dynamique de sauvegarde de la paix sociale et de recherchede l’intérêt commun; engagement enfin, nous en sommes persuadés, de nos partenaires à encore et toujours nous accompagner, en particulier pour la mise à disposition effective des ressources et facilités promises dans le cadre de la mise en œuvredu PNDES. C’est l’occasion pour moi de leur réitérer toute notre reconnaissance.


Monsieur l’Ambassadeur du Royaume du Maroc, Doyen du Corps Diplomatique
Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

Au moment de clore mon propos, je voudrais vous réitérer mes sincères remerciements pour vos nombreux témoignages d’amitié, de fraternitéet de solidarité à l’endroit du peuple burkinabè et à ses dirigeants. Par vos actions quotidiennes, vous contribuez à renforcer les relations entre notre pays et vos pays et institutions. Vous êtes ainsi les artisans de la paix dans le monde, et vous pouvez en être légitimement fiers.
Je puis vous assurer que notre peuple et ses dirigeants vous accueilleronttoujours à bras ouverts, et vous offriront également avec générosité leuramitié et leur hospitalité.
Bonne et heureuse année 2017 !
Je vous remercie.

Discours de Son Excellence Monsieur le Président du Faso à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des états généraux des hôpitaux.


BURKINA FASO
Unité – Progrès – Justice

 

 


Ouagadougou, le 15 décembre 2016
Salle des banquets de Ouaga 2000


Monsieur le Président de l’Assemblée nationale


Monsieur le Président du Conseil constitutionnel

Mesdames et Messieurs les Présidents d’Institution

Monsieur le Ministre de la Santé

Mesdames et Messieurs les Ministres

Mesdames et Messieurs les Chefs de Mission Diplomatique et Consulaire

Mesdames et Messieurs les Participants
Honorables Invités
Mesdames et Messieurs

La tenue ici à Ouagadougou, pendant quatre jours, des états généraux des hôpitaux est un grand rendez-vous des actrices et acteurs du secteur de la santé que nous attendions tous.
En effet, le bon état général de santé des populations constitue une préoccupation constante du Gouvernement que le ministère de la Santé doit prendre en charge.
C’est pourquoi je salue la pertinence du thème retenu à savoir : « Hôpital public : quelles réformes pour des soins de qualité dans la perspective de l’assurance maladie universelle ». Assurément, ces assises permettront de mener la réflexion pour renforcer la capacité de nos hôpitaux à répondre efficacement aux besoins de santé de nos populations.
L’organisation des présents états généraux des hôpitaux répond à la volonté du Gouvernement d’accélérer la mise en œuvre des réformes dans ce secteur, afin de relever la qualité des soins de santé au profit des populations.
Ce n’est possible que si tous les acteurs, à savoir, les professionnels de la santé du public et du privé, les Partenaires techniques et financiers, les partenaires sociaux et les autres secteurs s’engagent dans la même dynamique.

Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

Les investissements dans les secteurs sociaux, et plus particulièrement dans celui de la santé jouent un rôle important dans le développement de tout pays.
C’est pourquoi ces assises doivent être l’occasion pour les participants de réfléchir et de faire le diagnostic complet des problèmes qui entravent le bon fonctionnement de nos hôpitaux et de proposer des solutions pratiques et durables.
Je ne doute pas que les débats qui seront menés durant cette rencontre, notamment sur la fonction publique hospitalière, les urgences, la pharmacie hospitalière, les équipements, l’opérationnalisation de l’assurance maladie universelle et bien d’autres thématiques déboucheront sur des recommandations pertinentes.
Je voudrais vous rassurer que les recommandations de vos assises sont attendues et qu’elles seront examinées avec la plus grande attention par le Gouvernement, convaincu qu’elles vont contribuer à l’amélioration de la qualité de l’offre des services, de la fréquentation des services de santé et aussi des conditions de vie et de travail des agents de santé.
C’est le lieu pour moi de saluer et remercier toutes celles et tous ceux qui œuvrent au quotidien pour la santé de nos populations.
Mes remerciements s’adressent également aux partenaires techniques et financiers pour leur présence à nos côtés et leur accompagnement dans la mise en œuvre de la politique nationale de santé.
Tout en exhortant les participants à des échanges francs, respectueux et constructifs, je déclare ouverts les états généraux des hôpitaux.

Plein succès à vos travaux.
Je vous remercie.

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR ROCH MARC CHRISTIAN KABORE, PRESIDENT DU FASO, MINISTRE DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES ANCIENS COMBATTANTS A LA CEREMONIE D’OUVERTURE DU PREMIER CONGRES SCIENTIFIQUE DU SERVICE DE SANTE DES ARMEES



BURKINA FASO
Unité – Progrès – Justice

 

Ouagadougou, le 13 décembre 2016


Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement

Monsieur le Chef d’Etat-Major Général des Armées

Monsieur le Secrétaire Général du Ministère de la Défense nationale et des Anciens Combattants

Monsieur le Secrétaire Général à la Défense nationale

Monsieur l’Inspecteur Général des Forces Armées nationales

Messieurs les Chefs d’Etats-majors d’Armées

Messieurs les Officiers Généraux
Monsieur le Directeur Central du service de Santé des Armées
Mesdames et Messieurs les Experts
Mesdames et Messieurs les Congressistes

Distinguées personnalités
Honorables invités
Mesdames et Messieurs


La tenue du premier Congrès scientifique du service de santé des Forces armées nationales constitue en soi un fait marquant de la vie de notre Armée.
Au regard de l’importance des missions du service de santé des Forces armées pour l’amélioration des capacités opérationnelles des hommes et des femmes qui ont embrassé le métier des armes, je voudrais saluer le Directeur central du service de santé des Forces armées, ses collaborateurs ainsi que toutes les sommités du monde de la santé pour l’organisation de ce Congrès placé sous le thème « Le Service de Santé des Armées face aux grands défis de santé actuels ».
Le service de santé des armées, comme son nom l’indique, est responsable du soutien médical des Forces armées, en temps de paix et en temps de guerre.
A ce titre, il est présent sur toutes les positions occupées par l’Armée burkinabè et je note avec beaucoup de satisfaction que sa présence y est fortement appréciée.
Partout et dans la discrétion, dans nos hôpitaux, en ville comme en campagne, la contribution du service de santé des armées à la prise en charge médicale des soldats, mais également des populations civiles est notable.
Cette appréciation positive donne une dimension particulière aux travaux du présent Congrès qui doit réfléchir sur la participation du service de santé des armées aux efforts que nous devons engager pour faire face aux grands défis de santé. Ce congrès permettra en effet, de présenter une des facettes de l’Armée à la population et de créer un cadre de concertations pour le renforcement de la médecine militaire dans notre Pays.

Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

L’efficacité et la réactivité d’une Armée dépendent essentiellement de la bonne santé mentale et physique des hommes et des femmes qui l’animent.
C’est pourquoi, l’accompagnement du service de santé des armées dans la conduite de ses missions est une impérieuse nécessité.
Pour ce faire, il est important que notre pays puisse se doter d’une politique ambitieuse et d’une stratégie à moyen et long terme de développement de la médecine militaire.
Par la même occasion, j’invite les officiers, sous-officiers, militaires du rang et personnels civils du service de santé des armées à faire des grands défis de santé un combat de tous les jours.
Aussi voudrais-je, en ma qualité de Ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, réaffirmer mon engagement à veiller à ce que les préoccupations du service de santé des Forces armées nationales trouvent des solutions appropriées à la hauteur de nos ambitions communes pour une Armée moderne, républicaine et opérationnelle.
Je voudrais enfin remercier les Représentants des services de santé des pays amis venus pour apporter leur contribution aux travaux du Congrès.
A tous les congressistes, je voudrais vous assurer de l’attention toute particulière que j’accorderai aux conclusions et recommandations qui sortiront de cette rencontre.
Sur ce, je déclare ouvert le premier Congrès scientifique du service de santé des armées tout en souhaitant plein succès à vos travaux.
Je vous remercie.