Coopération Burkina Faso-Etats-Unis : Des Sénateurs américains apprécient les efforts du peuple burkinabè

(Ouagadougou, 8 avril 2018). Le Président du Faso Roch Marc Christian KABORE a eu une séance de travail dans l’après-midi du dimanche 8 avril 2018 avec cinq sénateurs américains. La délégation, composée de quatre sénateurs démocrates et d’un sénateur républicain, conduite par Christopher COONS a exprimé sa gratitude et sa satisfaction au Président du Faso et au peuple burkinabè pour les efforts fournis au quotidien afin de faire face au terrorisme et aux nombreux défis de développement. Le sénateur COONS a expliqué qu’ils sont venus comprendre le peuple burkinabè et d’où lui vient sa force pour relever les multiples défis qu’il rencontre. Il a cité en guise d’exemple la réaction des Forces de défense et sécurité et de la population face aux attaques terroristes. Le chef de la délégation américaine a ajouté qu’ils ont aussi discuté avec le Président du Faso du Plan national de développement économique et social (PNDES) pour lequel des appuis prioritaires pourraient être apportés à des secteurs comme l’agriculture, l’énergie, l’éducation, la santé. Christopher COONS a positivement apprécié la conduite du Millenium challenge compact qui a été exemplaire à plus d’un titre, et salué le leadership du Président du Faso et de la Première dame dans la lutte contre le VIH Sida. DCRP/PREFASO

SANTE PUBLIQUE ROCH MARC CHRISTIAN KABORE SALUE LA SORTIE DE SIX NOUVEAUX CHIRURGIENS DENTISTES

(Ouagadougou, 6 avril 2018) Le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a présidé ce soir à l’Université Ouaga 1 Professeur Joseph Ki-Zerbo, la cérémonie de sortie de six nouveaux chirurgiens-dentistes, entièrement formés au Burkina Faso. Ce sont deux jeunes dames et quatre jeunes hommes qui viendront grossir le rang des chirurgiens-dentistes du Burkina Faso. Ils ont reçu leurs parchemins devant les plus hautes autorités du Burkina Faso, au premier rang desquels Roch Marc Christian Kaboré qui a fait le déplacement du temple du savoir de Zogona. Le déplacement du Chef de l’Etat, témoignage de son attachement pour un enseignement supérieur de qualité, a été salué par le président de l’Université, le professeur Rabiou Cissé, et par le Ministre en charge de l’éducation nationale, Stanislas Ouaro. L’ouverture de l’UFR odontologie, dirigée par le Professeur Claudine Lougué, qui a donné ses premiers fruits à travers la sortie de la première promotion, est un hymne à la fois à la volonté de davantage « nationaliser » la formation universitaire, et de renforcer la coopération universitaire sous-régionale. En effet, des enseignants venus de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et de l’Université Cocody d’Abidjan, ont permis de valider le cursus. Après avoir prêté le serment d’Hippocrate, les lauréats ont été priés de se mettre au service de la population burkinabè et d’adhérer à l’ordre de leur profession, garant de l’éthique et de la déontologie. S’adressant aux hommes et femmes de médias à l’issue de la cérémonie, Roch Marc Christian Kaboré a exprimé toute sa satisfaction de voir ces nouvelles compétences arriver sur le terrain. Il a par ailleurs traduit la reconnaissance du peuple burkinabè au peuple japonais, dont un important don de matériel a permis de renforcer les équipements de la clinique bucco-dentaire de l’université. Cette première promotion avait pour parrain l’ambassadeur du Japon au Burkina Faso, Masato Futaishi. DCRP/Préfaso

Coopération Burkina-Mali : Le Premier ministre malien fait le bilan de sa visite au Président du Faso

En séjour au Burkina pour une visite d’amitié et de travail de 48 heures, le Premier ministre de la République du Mali, Monsieur Soumeylou Boubèye MAÏGA, a été reçu en audience par le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, le mardi 3 avril 2018 en début de soirée. Monsieur MAÏGA a été introduit auprès du Président du Faso par son homologue burkinabè, Monsieur Paul Kaba THIEBA. À l’issue de leurs échanges avec le chef de l’État, les deux Premiers ministres ont co-animé une conférence de presse au cours de laquelle ils ont expliqué le sens de cette visite d’amitié et de travail qui a permis de « revisiter la coopération bilatérale, sous régionale dans tous les domaines ». « Le Mali et le Burkina Faso sont liés par la géographie, l’histoire, la culture et par une communauté de destin », a expliqué le Premier ministre Paul Kaba THIEBA. Il est ressorti au cours de la conférence de presse, qu’outre un tête-à-tête entre les deux Premiers ministres, des travaux en commissions ont permis aux deux pays d’évoquer les questions sécuritaires, le renforcement de la coopération entre les gouvernements sur des questions de développement et d’intérêts réciproques. S’agissant particulièrement des questions sécuritaires, les deux pays sont confrontés à la même menace, à savoir le terrorisme, ont rappelé les deux chefs de gouvernement. « Nous nous devons donc dans l’adversité, en tant que frères, de renforcer nos liens, de renforcer nos moyens au sein de structures comme le G5 Sahel, mais également au niveau bilatéral pour pouvoir faire face à la menace à laquelle nous sommes confrontés », a affirmé Monsieur Paul Kaba THIEBA. Les deux chefs de gouvernement ont instruit les ministres concernés par la lutte contre le terrorisme, les Gouverneurs des régions frontalières, les Hauts Commissaires et Préfets de mener à l’échelle décentralisée des concertations régulières, des échanges d’informations sur la problématique. Les deux pays envisagent également de s’appuyer sur le développement comme autre méthode de lutte contre le phénomène terroriste. La vision des deux Premiers ministres est que ce sont souvent « la désespérance, l’injustice, les iniquités, la pauvreté et les frustrations qui exposent quelque fois les populations à l’emprise des  forces du mal », ont-ils souligné. C’est ainsi que sur proposition du Premier ministre Soumeylou Boubèye MAÏGA, il sera envisagé la mise en place d’une zone économique spéciale triangulaire Sikasso-Bobo-Dioulasso-Bouaké. Cette zone « serait une sorte d’îlot » dans lequel pourraient être expérimentées différentes sortes d’actions de développement en faveur des populations des trois pays en termes de petites et moyennes entreprises, d’infrastructures logistiques, etc. La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le Secrétaire exécutif de l’OTICE présente au Président du Faso son prix reçu de l’Association américaine pour l’avancement de la Science

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience, le Secrétaire exécutif de l’Organisation du Traité sur l’Interdiction complète des Essais nucléaires (OTICE), Monsieur Lassina ZERBO dans la matinée du 03 avril 2018 à Ouagadougou. Il est venu présenter au chef de l’Etat, son prix reçu de l’Association américaine pour l’avancement de la Science. A sa sortie d’audience, Monsieur ZERBO a indiqué qu’il a d’abord exprimé au Président du Faso, « toutes ses pensées » aux familles et aux victimes de la double attaque terroriste qui a eu lieu le 02 mars 2018 à Ouagadougou. Ensuite, j’ai remercié le chef de l’Etat pour tout ce qu’il fait pour « accompagner non seulement ce que je fais en tant que Burkinabè sur le plan international, mais également pour ce qu’il fait pour la promotion des cadres burkinabè à l’international. J’ai eu l’occasion de lui présenter le prix que je viens de recevoir de l’Association américaine pour l’avancement de la science », a expliqué le Secrétaire exécutif de l’OTICE. Selon Monsieur Lassina ZERBO, avec ce prix, c’est de voir comment on peut à travers la Science et la Diplomatie, faire avancer les politiques de développement. Concernant les « avancées sur les grands projets de développement que le Burkina peut avoir, même si les politiques sont menées au niveau du ministère des Affaires étrangères à partir de la Présidence du Faso et du Premier ministère, il faut que cela soit accompagné par la base scientifique qui peut servir à donner les arguments nécessaires pour accompagner ces politiques. C’est à cela que servent la Science et la Diplomatie scientifique », a indiqué le Secrétaire exécutif de l’OTICE. Le fait d’obtenir ce prix m’amène à « ancrer cela dans l’esprit des jeunes au Burkina et dans la sous-région pour voir comment on peut travailler ensemble et avoir un cadre qui permette de mieux faire ce que l’on faisait avant », a ajouté Monsieur Lassina ZERBO. Le Secrétaire exécutif de l’OTICE pense que le fait d’être scientifique à la base et diplomate avec son travail dans une organisation qui est axée sur la science au service des politiques de non-prolifération des essais nucléaires lui a certainement valu ce prix. Selon lui, l’Association américaine pour l’avancement de la science est l’une des plus ancienne au monde et compte 120.000 membres qui essaient d’influencer ou d’avoir un impact sur les politiques de développement, sur des questions de paix et de sécurité aux Etats-Unis et dans le monde. C’est une institution non partisane qui travaille avec des experts scientifiques de haut niveau. La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le Président du Faso visite des chantiers de bitumage de routes et de voiries dans la ville de Bobo-Dioulasso

En fin de séjour à Bobo-Dioulasso où il a présidé la clôture de la 19ème édition de la Semaine nationale de la Culture, le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a visité dans la matinée du samedi 31 mars 2018, des infrastructures routières en construction dans la ville de Sya. Accompagné par le ministre en charge des infrastructures, Monsieur Eric BOUGOUMA, cette visite guidée a permis au chef de l’Etat de constater l’état d’avancement des travaux. La rue Philipe Zinda KABORE à l’arrondissement 1, la voie d’accès à l’Institut des Sciences de la Santé de Bobo-Dioulasso (INSSA), les voies de desserte dudit institut sont les chantiers qui ont été visités par le Président Roch Marc Christian KABORE et sa délégation.  Le chef de l’Etat a, aux pas de courses constaté de visu, l’état d’avancement des travaux. Des taux d’exécution qui lui ont donné satisfaction. « Je me félicite de la célérité dans l'exécution de cette mission qui fait qu’aujourd'hui à Bobo-Dioulasso, les populations sont satisfaites des travaux qui ont été faits. Elles souhaitent par ailleurs qu'on puisse faire plus pour améliorer la qualité de la circulation », a confié le Président du Faso à l’issue de la visite. Le bitumage de la voie d’accès à l’INSSA avait été une promesse faite aux étudiants par le chef de l’Etat. « Je suis venu rendre cette visite parce que le bitumage de cette voie était parmi les préoccupations que les étudiants avaient posées en son temps et j'avais pris l'engagement que cette route sera bitumée mais aussi, l'institut sera clôturé et l'intérieur sera aménagé.  Je me plais à revenir à Nasso afin que les étudiants sachent que nous honorons nos engagements», a fait remarquer le Président Roch Marc Christian KABORE. Le désenclavement est une question qui est centrale à notre pays et ce sont des activités qui nécessitent beaucoup d'argent mais, a rassuré le chef de l’Etat, « cette année 2018 verra la réalisation de nombreux chantiers dans ce sens pour le désenclavement, notamment les zones où la production agricole est importante. Nous allons travailler à améliorer la qualité de notre réseau routier ». Interrogé sur la construction d’échangeurs dans la ville de Sya, le chef de l’Etat a été on ne peut plus clair sur la nécessité d’ériger une telle infrastructure qui demande la mobilisation de grands moyens. « L'échangeur avait effectivement été une option envisagée, mais en même temps nous devons voir de façon pratique si sa réalisation améliore de façon très significative les choses. Si nous prenons l'argent de l'échangeur, nous pouvons faire beaucoup plus de choses pour les populations que d'investir de façon coûteuse dans un instrument dont l'efficacité n'est pas encore ressentie. C'est pourquoi, je dirai que des échangeurs seront faits à Bobo, mais cela sera fonction de la réalité du terrain ». Pour lui, il serait plus opportun d’« utiliser les moyens qui sont à notre disposition pour faire en sorte que les nouveaux quartiers puissent avoir du goudron, toute chose utile pour les populations que d'investir dans un monument qui est beau certes, mais qui ne va pas apporter grand-chose dans l’amélioration de la circulation dans la ville », a-t-il conclu. La Direction de la Communication de la Présidence du Faso