La Task Force « aura pour mission de faciliter la mise en œuvre du Schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO », déclare le Président du Faso

Le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE, a présidé la cérémonie d’installation de la Task Force de la CEDEAO le vendredi 20 mai 2016. Cette force constituée d’une équipe de sept personnes, aura pour mission de travailler à l’avènement d’une véritable intégration économique sous régionale.

Quatre discours, plus la remise de la lettre de mission à chaque membre de la Task Force ont ponctuée la cérémonie d’ouverture.

Dans son allocution, le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Monsieur Marcel De SOUZA, tout en rappelant que l’une des missions de la CEDEAO est la promotion de l’intégration économique dans la sous-région ouest africaine, a indiqué que le schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO constitue « le principal outil de réalisation » de cet objectif. C’est pourquoi, il a adressé ses remerciements au Président du Faso dont le pays a été choisi comme leader dans la promotion de la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace communautaire pour ses efforts qui ont abouti à l’installation de la Task Force. 

Cette force, composée de 7 membres est un organe consultatif de la CEDEAO et a pour rôle, de l’avis de Monsieur Marcel De SOUZA, de veiller à l’avènement d’une « véritable intégration économique » entre les pays membres. 

Prononçant le discours d’installation officielle, Roch Marc Christian KABORE a signifié que malgré « les efforts et les résultats encourageants, l’effectivité de la libre circulation reste un défi à relever pour tous les pays de la CEDEAO notamment, en termes de lutte contre certaines entraves et pratiques anormales, à l’intérieur comme aux frontières des Etats membres ».

Pour le chef de l’Etat, la Task Force  « aura pour mission ultime de faciliter la mise en œuvre du Schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO ».

 A ce titre,indique le Président du Faso, « ses membres ici présents auront la lourde tâche de faire le plaidoyer pour une mise en œuvre effective du Schéma de libéralisation des échanges et, le cas échéant, d’arbitrer les cas de litiges pouvant naître de sa mise en œuvre entre les Etats ».

Pour signifier que la mission à eux confiée est bien comprise, le Général Salou DJIBO, président de la Task Force, a, dans son mot d’acceptation de la mission, rassuré que lui et son équipe « s’engagent à approfondir et à réaliser l’intégration économique en Afrique de l’Ouest ». 

La cérémonie a connu la présence de présidents d’institutions, de membres du gouvernement, d’autorités militaires et paramilitaires, de corps diplomatiques accrédités au Burkina Faso.

Des chansonniers traditionnels s’engagent à véhiculer le message de paix du Président du Faso

Le Président du Faso S.E.M. Roch Marc Christian KABORE a accordé une audience à l’association des chansonniers traditionnels de Ouagadougou le 19 mai 2016 à la Présidence du Faso.

Selon le porte-parole de l’association, Monsieur Akom Moumouni  OUEDRAOGO, il s’est agi de féliciter le Président du Faso pour sa « brillante » élection  à la tête du Burkina Faso suite à l’élection présidentielle de novembre 2015. « Les membres de l’association ont profité réitérer leur engagement et leur détermination à accompagner le Président du Faso à véhiculer son message de paix à travers tout le pays. Il a été question pour nous de faire savoir au Président du Faso que dorénavant cette musique traditionnelle sera un vecteur pour la paix. Ce sont des grandes figures de la musique traditionnelle qui sont représentées ici et dès que nous quittons la Présidence du Faso, nous allons nous atteler à véhiculer un message de paix au nom du Président du Faso », a déclaré Monsieur OUEDRAOGO, à l’issue de l’audience.

Le groupe CANOPY international réaffirme sa volonté au Président du Faso de construire deux centrales solaires pour le Burkina Faso

Le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience le 19 mai 2016 à Ouagadougou, le président du groupe CANOPY international Monsieur Fabrizio NASTRI.

A l’issue de l’audience, Monsieur NASTRI  a confié avoir évoqué avec le Président du Faso de deux importants projets de constructions de centrales solaires pour le Burkina Faso. «  Nous tenons d’abord à remercier le Président du Faso et son gouvernement pour le soutien et la confiance qu’ils ont bien voulu placés à CANOPY et à son partenaire BIOTHERM pour la construction de deux grandes centrales solaires pour le Burkina. Ces deux grandes centrales d’une capacité de 17 MGW chacune permettront au Burkina Faso d’augmenter ses capacités de production électrique de 20% et donc de diminuer les délestages dont souffrent les populations. Ces centrales permettront de réduire la dépendance électrique du pays, qui aujourd’hui, importe une partie de son  énergie des pays voisins. La réalisation de ces deux projets permettra également de réduire le coût de l’énergie au Burkina Faso, de réduire la facture électrique pour les populations et pour le gouvernement, puisque l’énergie solaire aujourd’hui est devenue fiable et surtout économique. Nous travaillons avec le gouvernement sur ces deux projets depuis un certain temps ; nous avons pratiquement  finalisé les différents accords et nous serons à mesure de démarrer très prochainement les travaux. Ces travaux vont débuter avant la fin de l’année, dès que les accords seront signés, et dès que les autorisations et les études environnementales seront validées par les autorités. Les centrales seront mises en service en 2017 », a expliqué Monsieur NASTRI.

Le président du groupe CANOPY a également indiqué avoir réaffirmé au président du Faso, la volonté, la capacité et la diligence du groupe et de son partenaire BIOTHERM à financer et à construire les centrales rapidement. Il a aussi rassuré le chef de l’Etat quant au bon déroulement des discussions qui ont lieu avec les principaux ministères concernés : ministère en charge des finances et celui en charge de l’énergie.

« C’est CANOPY, BIOTHERM avec d’autres partenaires qui vont financer la construction des centrales à hauteur de 35 milliards de F CFA et cela ne pèsera pas sur le budget de l’Etat. A terme, nous vendrons l’énergie à la SONABEL dans le cadre d’un contrat de vente d’électricité à long terme, c’est-à-dire 25 ans. A l’issue de cette période de 25 ans, nous allons transférer les centrales à la SONABEL avec toutes les technologies, une formation des équipes de la SONABEL afin de lui permettre de reprendre l’exploitation de ces centrales », a aussi fait savoir Monsieur NASTRI qui se félicite de ce partenariat public-privé.

Selon son président, CANOPY est un groupe international principalement basé dans plusieurs pays africains. Le groupe développe de grandes centrales solaires comme celles qui seront construites au Burkina précisément dans les localités de  Pa et Kodeni. CANOPY est très actif dans l’électrification rurale ainsi que dans les écoles, les centres de santé, les commerces, les voiries, les maisons d’habitations, etc.

La Directrice du département Afrique subsaharienne de la Fondation Konrad Adenauer reçue en audience par le Président du Faso

Le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE, a reçu en audience, la Directrice du département Afrique subsaharienne de la Fondation Konrad Adenauer, Madame Andrea E. OSTHEIMER, le mercredi 18 mai 2016 en fin d’après-midi.  

A l’issue de l’audience, Madame Andrea E. OSTHEIMER a exprimé toute sa satisfaction pour le bon déroulement de la transition pacifique au Burkina Faso. « Je suis au Burkina Faso pour la première fois et c’était une très bonne occasion pour avoir un entretien avec Son Excellence Monsieur le Président du Faso. La transition pacifique au Burkina Faso est un exemple pour notre fondation qui a toujours eu des activités ici. Cela est vraiment encourageant », s’est-elle félicitée. 

La Directrice du département Afrique subsaharienne de la Fondation Konrad Adenauer veut orienter les activités de la fondation au Burkina Faso vers la formation professionnelle des jeunes. « On continue avec nos activités, avec cependant une réorientation vers le secteur économique, plus précisément dans le domaine de la formation professionnelle. Tout le monde ne peut pas être fonctionnaire. Je pense qu’il est important de former les gens à faire des choses plus manuelles parce que cela participe au développement de l’économie. Je veux parler de la formation professionnelle qui est très pratique », a soutenu Madame OSTHEIMER.

Le PDG du groupe ADDAX et ORYX Energies compte agrandir sa société au Burkina Faso

Le Président Directeur Général (PDG) du groupe ADDAX et ORYX Energies, Monsieur Jean Claude Raymond GANDUR a été reçu en audience par le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE le mercredi 18 mai 2016. Il a échangé avec le chef de l’Etat sur les perspectives de son groupe au Burkina.

« Nous sommes venus remercier le Président du Faso pour l’accueil toujours très chaleureux que nous avons eu dans ce pays depuis plus de 20 ans. C’était l’occasion de le remercier pour le travail qu’il fait pour pouvoir redresser le pays et aider les opérateurs économiques à réussir leur mission », a déclaré Monsieur Jean Claude Raymond GANDUR à sa sortie d’audience. 

Selon Monsieur GANDUR, le groupe ADDAX et ORYX Energies participe aux efforts des autorités dans la lutte contre le chômage. « Notre mission est aussi de créer des emplois, ce n’est pas seulement pour gagner de l’argent, c’est aussi pour créer des emplois. Nous avons à peu près 300 employés aujourd’hui dans le groupe au Burkina. Nous avons réussi à avoir une direction qui est entièrement africaine. C’est la politique aussi du groupe, pour dire qu’on ne vient pas avec l’armada d’expatriés, mais on donne la chance aux nationaux ou à des ressortissants de pays limitrophes de venir s’installer, de montrer leur talent et de développer nos affaires », a-t-il expliqué.

Le PDG du groupe ADDAX et ORYX Energies visiblement satisfait du taux de croissance économique du Burkina Faso, compte développer son groupe en vue de satisfaire les populations dans leur quête de sources d’énergies. « Nous voulons continuer à grandir. Vous êtes un pays qui a une très belle croissance, 6%. Ça veut dire qu’il faut accompagner cette croissance avec de nouvelles stations-services, augmenter la quantité de gaz disponible pour les foyers », a conclu Monsieur Jean Claude Raymond GANDUR.