Le PDG du groupe ADDAX et ORYX Energies compte agrandir sa société au Burkina Faso

Le Président Directeur Général (PDG) du groupe ADDAX et ORYX Energies, Monsieur Jean Claude Raymond GANDUR a été reçu en audience par le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE le mercredi 18 mai 2016. Il a échangé avec le chef de l’Etat sur les perspectives de son groupe au Burkina.

« Nous sommes venus remercier le Président du Faso pour l’accueil toujours très chaleureux que nous avons eu dans ce pays depuis plus de 20 ans. C’était l’occasion de le remercier pour le travail qu’il fait pour pouvoir redresser le pays et aider les opérateurs économiques à réussir leur mission », a déclaré Monsieur Jean Claude Raymond GANDUR à sa sortie d’audience. 

Selon Monsieur GANDUR, le groupe ADDAX et ORYX Energies participe aux efforts des autorités dans la lutte contre le chômage. « Notre mission est aussi de créer des emplois, ce n’est pas seulement pour gagner de l’argent, c’est aussi pour créer des emplois. Nous avons à peu près 300 employés aujourd’hui dans le groupe au Burkina. Nous avons réussi à avoir une direction qui est entièrement africaine. C’est la politique aussi du groupe, pour dire qu’on ne vient pas avec l’armada d’expatriés, mais on donne la chance aux nationaux ou à des ressortissants de pays limitrophes de venir s’installer, de montrer leur talent et de développer nos affaires », a-t-il expliqué.

Le PDG du groupe ADDAX et ORYX Energies visiblement satisfait du taux de croissance économique du Burkina Faso, compte développer son groupe en vue de satisfaire les populations dans leur quête de sources d’énergies. « Nous voulons continuer à grandir. Vous êtes un pays qui a une très belle croissance, 6%. Ça veut dire qu’il faut accompagner cette croissance avec de nouvelles stations-services, augmenter la quantité de gaz disponible pour les foyers », a conclu Monsieur Jean Claude Raymond GANDUR. 

Des promoteurs immobiliers du Burkina disposés à accompagner le Président du Faso

Le Président du Faso S.E.M. Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience une délégation du syndicat national des promoteurs immobiliers du Burkina conduite par son président, Monsieur Julien OUEDRAOGO le 17 mai 2016 à Ouagadougou.

 Selon Monsieur OUEDRAOGO, il s’est agi d’abord de saluer et de féliciter le Président du Faso pour son élection à la tête du Burkina et ensuite, aborder avec lui, la question de la promotion de l’immobilier au Burkina.

« Nous avons informé le Président du Faso que tous les promoteurs immobiliers vont accompagner le gouvernement dans la construction des logements sociaux et des  logements économiques. Nous avons aussi rassuré le Président du Faso et le gouvernement quant à la qualité des logements sociaux. C’est depuis 2006 que nous avons construit des logements sociaux dans le quartier de Rimkieta et ceux qui y habitent sont jusque-là satisfaits. La qualité n’y fait pas défaut », a confié Julien OUEDRAOGO.

Au sujet des logements sociaux du quartier Bassinko, dépourvus d’eau, d’électricité et de voierie, le président du syndicat national des promoteurs immobiliers du Burkina a indiqué que la réalisation de ces aspects relève de l’Etat, la construction des logements étant de leur ressort.

Sur une éventuelle baisse du coût des logements sociaux, Monsieur OUEDRAOGO a souligné que cela n’est pas à l’ordre du jour pour l’instant dans la mesure où les coûts de construction des matériaux n’ont pas cessé d’augmenter alors que le prix des logements sociaux est  resté stationnaire depuis 2006 et cela dans un souci d’aider la population.

Julien OUEDRAOGO a également confié que le chef de l’Etat les a rassurés quant à la poursuite de la construction  de logements  sociaux dans tout le Burkina.

Des acteurs du secteur informel reçus par le Président du Faso

Le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE a reçu le mardi 17 mai 2016 en audience, une délégation de la Fédération  nationale des associations du secteur informel.

 Selon le président national de la fédération, Monsieur Lassané KABORE, leurs échanges avec le chef de l’Etat ont porté sur la place et le rôle de ce secteur dans le processus de développement du pays. « Le Président du Faso parle du secteur informel dans son programme, donc il est de notre devoir de venir lui dire qu’il y a une fédération qui existe et qui peut l’accompagner pour une bonne exécution de ce programme », a-t-il expliqué. 

La Fédération nationale des associations du secteur informel dispose d’un plan stratégique qui a été mis en place  pour la période 2016-2018. Monsieur KABORE fait remarquer que ce plan comporte trois points essentiels à savoir la professionnalisation du secteur informel, la mise en place d’un fonds de garantie et la formalisation du secteur informel. 

Les acteurs du secteur informel sortent satisfaits de cette audience après avoir partagé leurs ambitions avec le chef de l’Etat : l’accompagner dans la mise en œuvre de son programme de développement pour le bien-être des Burkinabè. 

Avec le Président du Faso, les architectes du Burkina plaident pour leur implication dans tout le processus de construction

Une délégation du Conseil de l’Ordre des Architectes du Burkina conduite par sa présidente, Madame Valérie F. SANOU/GOUNGOUNGA a été reçue en audience dans la matinée du lundi 16 mai 2016 par le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE. Les architectes ont parlé avec le chef de l’Etat de leur implication dans le processus de construction, de la conception à la finition du bâtiment.

Le Conseil de l’Ordre des Architectes du Burkina a, au cours de cette audience avec le Président KABORE, évoqué les difficultés rencontrées par la corporation. De ces difficultés, Madame Valérie F. SANOU/GOUNGOUNGA a souligné entre autres le non-respect de l’article 29 du Code de l’Urbanisme et de la Construction qui stipule : « Toute construction soumise à permis de construire doit faire appel à un bureau d’études d’architecture ou à un architecte agréé, et/ou au service technique chargé de la construction territorialement compétent pour l’établissement du projet architectural ». 

A cela, s’ajoute « le problème de la non prise en compte par le Code des marchés publics, de l’architecte dans le suivi du processus de construction. Cette situation rend difficile la responsabilisation des acteurs lors de la survenue de situations dommageables tels les effondrements de bâtiments », de l’avis de la présidente du Conseil de l’Ordre des Architectes du Burkina

Pour mieux jouer leur partition, les architectes demandent à être associés au processus d’obtention du permis de construire et à l’obtention du certificat de conformité. 

Par ailleurs, l’Ordre des Architectes du Burkina, à en croire sa présidente, assure le Secrétariat permanent de la Conférence des Ordres de l’UEMOA. 

Cependant, déplore-t-elle, l’Ordre n’a pas encore de siège et l’audience a été l’occasion pour les architectes de demander l’intercession du Président du Faso pour leur faciliter l’obtention d’un terrain pour l’érection d’un siège. 

En vue de s’ouvrir aux populations et se faire connaître davantage, l’Ordre des Architectes du Burkina qui compte plus de 100 membres inscrits, organise ses journées portes ouvertes du 3 au 9 octobre 2016 sous le patronage du Président Roch Marc Christian KABORE.

Les Etats-Unis d’Amérique revisitent leurs domaines de coopération avec le Burkina Faso

L’Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique au Burkina Faso, Son Excellence Tulinabo MUSHINGI a été reçu en audience dans la matinée du lundi 16 mai 2016 par le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE. 

Les échanges entre le chef de l’Etat et le diplomate américain  ont porté sur la coopération bilatérale entre les deux pays et sur des questions d’actualité. « Nous avons passé en revue la coopération entre les Etats-Unis d’Amérique et le Burkina Faso. Je viens de terminer le circuit des rencontres avec les ministres où j’ai demandé à chacun d’eux d’exposer ses priorités ; je leur ai également exposé les priorités du gouvernement américain. Il s’est agi donc avec le Président du Faso de rendre compte de mes différentes réunions avec tous les ministres et voir comment nous allons continuer à travailler ensemble », a confié Tulinabo MUSHINGI à sa sortie d’audience. 

L’Ambassadeur MUSHINGI a également rendu compte au Président KABORE de son déplacement à Djibo dans la région du Nord en compagnie du ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure. Un déplacement au cours duquel il s’est rendu sur le site d’accueil des réfugiés maliens. Tulinabo MUSHINGI se félicite de la parfaite cohabitation entre ces réfugiés et les populations locales et remercie le gouvernement burkinabè pour le soutien apporté à ces déplacés : « Je remercie le gouvernement burkinabè d’avoir accueilli tous ces réfugiés et de continuer à les supporter. Il y a encore environ 30.000 réfugiés maliens  sur le  territoire burkinabè dont 12.000 dans le camp de Mentao. Nous y avons vu le degré de  coopération entre la population autochtone et les réfugiés, une coopération qui se passe bien et j’en ai remercié le gouvernement burkinabè ».

Pour terminer, l’Ambassadeur américain a fait savoir qu’il a aussi abordé avec le Président Roch Marc Christian KABORE, la question des élections municipales qui se tiendront dans une semaine et du projet de referendum portant sur la modification de la Constitution.