Clôture du 5ème Sommet UA-UE sur des engagements forts

Le 5ème Sommet Union africaine-Union européenne qui a réuni plus de 80 délégations a clos ses travaux ce jeudi 30 novembre 2017 à Abidjan, en présence du Président Roch Marc Christian KABORE. Après 48 heures de travaux, les chefs d’Etat et de gouvernement africains et européens sont parvenus à des résultats qui donnent espoir aux populations des deux continents. Face à l’ampleur des préoccupations de part et d’autre, de fortes décisions ont été prises et les populations n’attendent que la concrétisation. Le président en exercice de l’Union africaine (UA) qui a présidé la cérémonie de clôture a aussitôt invité le président de la Commission de l’UA à lire son discours. Monsieur Moussa Faki MAHAMAT a d’abord « rassuré les jeunes quant à l’engagement des dirigeants à ne pas décevoir leur espoir car cela reviendrait en vérité à mettre en danger l’avenir du continent africain ». Monsieur MAHAMAT a pour cela, invité les chefs d’Etat et de gouvernement à mettre en œuvre, les engagements et les décisions de ce Sommet. Pour lui, une « Afrique prospère sera non seulement au bénéfice des populations africaines, mais aussi au bénéfice de nos voisins européens ». Après le président de la Commission de l’UA, Monsieur Alassane OUATTARA a pris la parole en tant que hôte du Sommet pour remercier toutes les délégations qui ont honoré la Côte d’Ivoire à travers leur participation. Il a aussi salué les « conclusions pertinentes auxquelles sont parvenus les participants qui ouvrent un nouveau partenariat dans les trois années à venir ». De ce partenariat, le Président ivoirien retient l’engagement pris pour renforcer l’éducation des filles, la lutte contre l’insécurité sous toutes ses formes, la mise en place d’une zone de libre-échange avec l’accès au marché européen, la lutte contre l’immigration clandestine qui occasionne le départ massif des jeunes vers l’Europe dans des conditions désastreuses ; ce qui cause des drames, notamment des traitements inhumains sur les migrants. Par conséquence, Monsieur Alassane OUATTARA pense que sans attendre, des actions vigoureuses doivent être prises contre les réseaux de passeurs qui sont à la base de ces drames, par des enquêtes afin de situer les responsabilités. En attendant, il s’est dit satisfait de la mise en œuvre d’un mécanisme de suivi pour la matérialisation des engagements pris au profit des jeunes. Pour lui, il y a lieu d’espérer et les dirigeants doivent se donner les moyens pour relever les défis. A la suite du Président Alassane OUATTARA, c’est au Professeur Alpha CONDE qu’est revenu l’honneur de prononcer le discours officiel de clôture. Comme ses prédécesseurs, le président en exercice de l’UA a condamné les violences contre les migrants et a affirmé que les dirigeants ont pris bonne note des cris de cœur de la jeunesse africaine. Il a annoncé la mise en place immédiate d’une commission d’enquête de l’Union africaine et de l’Union européenne, avec la participation des Nations unies sur les atrocités commises contre ces migrants par des « trafiquants d’êtres humains ». Il a aussi fait l’annonce de la création dans chaque pays d’une force spéciale pour lutter contre le phénomène. Le Professeur Alpha CONDE a enfin salué le consensus qui s’est dégagé sur l’ensemble des décisions prises et qui a abouti à une « déclaration conjointe sur la situation des migrants en Libye ». La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le Président togolais reçu par le Président du Faso

Présent à Abidjan dans le cadre du 5ème Sommet Union africaine-Union européenne, le Président Faure GNASSINGBE du Togo a été reçu en audience par le Président Roch Marc Christian KABORE. Les deux chefs d’Etat se sont entretenus en tête à tête peu après l’ouverture officielle du Sommet. La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Ouverture officielle du Sommet UA-UE à Abidjan : l’immigration au centre des interventions

Le 5ème Sommet Union africaine-Union européenne a officiellement débuté ce mercredi 29 novembre 2017 à Abidjan en présence de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement des deux continents dont le Président Roch Marc Christian KABORE. « Investir dans la jeunesse pour un avenir durable », tel est le thème de ce Sommet, mais la question de l’immigration a dominé les allocutions qui ont ponctué la cérémonie d’ouverture. Le Président Alassane OUATTARA de Côte d’Ivoire a introduit la séance d’ouverture en sa qualité d’hôte du Sommet. Après avoir remercié ses pairs qui ont fait le déplacement d’Abidjan, il a déploré cette immigration sauvage qui touche la jeunesse africaine. Le chef de l’Etat ivoirien a invité les jeunes à ne pas « se lancer à l’aventure au péril de leur vie ». En rapport avec le thème, le Président OUATTARA a invité ses pairs à prendre des décisions qui rassurent la jeunesse. Les autres intervenants ont également mis l’accent dans leur discours sur l’immigration en dénonçant ces images choquantes qui ont fait le tour du monde ces jours ci. Ces « traitements inhumains en Libye » doivent être condamnés, ont estimé le Secrétaire général des Nations unies et le président en exercice de l’Union africaine pour qui il s’agit « d’actes inacceptables ». A cette rencontre de haut niveau, les attentes sont fortes et les dirigeants africains et européens sont invités à prendre des décisions fortes au sortir de leur rencontre. La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

5ème Sommet UA-UE : Le Président du Faso est arrivé à Abidjan

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE en compagnie de son épouse est arrivé ce mercredi 29 novembre 2017 à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire pour prendre part au 5ème Sommet Union africaine-Union européenne. Le chef de l’Etat a été accueilli à sa descente d’avion par le vice-président ivoirien, Monsieur Daniel Kablan DUNCAN, les Ambassadeurs du Burkina Faso près la République de Côte d’Ivoire, du Royaume de Belgique par ailleurs Représentante permanente auprès de l’Union européenne et celui auprès de l’Union africaine. Après un bref entretien au salon présidentiel, le Président du Faso a été conduit à son pied à terre avant de prendre part à l’ouverture officielle du Sommet aux côtés de ses pairs. Ce Sommet qui réunit des chefs d’Etat d’Afrique et d’Europe autour du thème « Investir dans la jeunesse pour un avenir durable » se tient pour la première fois en Afrique subsaharienne. La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Energies renouvelables : Les Présidents burkinabè et français inaugurent la centrale solaire de Zagtouli

Le Président de la République française, Son Excellence Monsieur Emmanuel MACRON, a clos sa visite officielle de trois jours au Burkina Faso par l’inauguration ce mercredi 29 novembre 2017 dans la matinée, en compagnie du Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, de la centrale solaire photovoltaïque de Zagtouli, à l’Ouest de Ouagadougou. L’élément majeur de cette cérémonie en plus de l’inauguration, c’est l’annonce faite par le Président du Faso dans son discours inaugural, du lancement du « Plan solaire dénommé « Yeelen » qui signifie lumière et qui va permettre d’installer et de démarrer courant 2018, une autre centrale solaire de 40 mégawatts à Ouagadougou, 10 mégawatts au total dans trois villes moyennes et 700 nouveaux villages à électrifier ». S’agissant de la centrale solaire photovoltaïque de Zagtouli, le chef de l’Etat a souligné qu’elle est la traduction concrète de l’engagement de l’Etat burkinabè en matière d’énergie, d’exploiter de façon rationnelle ses « ressources naturelles en vue de produire une énergie plus verte, moins coûteuse et destinée à soutenir l’industrie et l’économie nationales ». Un engagement rendu possible pour la centrale solaire de Zagtouli grâce à l’appui des partenaires que sont l’Union européenne (UE) et l’Agence française de Développement (AFD). « C’est le lieu au-delà du financement de cette centrale solaire, de saluer le soutien qu’elles apportent de façon remarquable à tous les projets de développement de notre pays », a témoigné le Président KABORE. Le Président du Faso a rappelé que le Burkina a pris la ferme résolution de mettre tout en œuvre pour exploiter l’une de ses principales ressources naturelles qu’est le soleil. « En effet, a-t-il souligné, notre pays bénéficie d’un important gisement solaire avec le rayonnement de 5,5 kilowatts heure par mètre carré et par jour. D’où mon engagement à accroître l’offre d’énergie et à inscrire le pays dans la logique de l’exploitation de ce gros potentiel solaire afin de faire du mix-énergétique une réalité concrète à même de contribuer à la réduction des coûts de production de l’énergie électrique ». Pour clore son propos, le chef de l’Etat a exprimé sa gratitude, celle du gouvernement et du peuple burkinabè au Président MACRON et au peuple français pour « l’amitié, la solidarité et le vent nouveau qui souffle sur la coopération entre les deux Nations ». Pour le Président Emmanuel MACRON, l’inauguration de la centrale solaire de Zagtouli est celle de l’image d’une Afrique qui s’engage vers des solutions durables, écologiques, à la fois au bénéfice concret et immédiat des populations et de l’agenda global climat. Il a salué « l’achèvement d’un projet qui illustre l’exemplarité du Burkina Faso ». Selon le Président de la République française, la centrale solaire de Zagtouli est un pas important vers le développement économique et a été réalisée dans les meilleurs standards internationaux grâce à la synergie d’actions entre l’expertise européenne et locale. « Zagtouli illustre aussi le savoir-faire burkinabè, celui de la SONABEL qui a démontré sa capacité à piloter un projet d’envergure qu’elle exploitera bientôt. Celui aussi des entreprises burkinabè qui ont été actives sur le chantier ». Le troisième élément fort de ce projet de Zagtouli, c’est sa dimension climat, a ajouté le Président MACRON. « Zagtouli démontre qu’au sahel, il est possible de concilier efficacité économique et lutte contre le réchauffement climatique ». D’une capacité de 33 mégawatts crêtes, composée de 129 600 panneaux solaires ayant chacun une capacité de 260 watts crêtes, cette centrale solaire a été érigée sur 60 hectares et constitue la plus grande en Afrique de l’ouest, selon le Directeur général de la Société nationale burkinabè d’électricité (SONABEL), Monsieur François de Salles OUEDRAOGO. Elle permettra annuellement au Burkina Faso, d’injecter par une production de 56 gigawatts heures, soit 5% du réseau national interconnecté et de réduire de 26 000 tonnes sa consommation de carbone. La centrale solaire de Zagtouli a coûté la somme de 47 millions 500 mille euros. La Direction de la Communication de la Présidence du Faso