Le Président du Faso accorde une interview à la chaîne de télévision égyptienne DCM/TV

Au terme de sa visite d’amitié et de travail en République Arabe d’Egypte, le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a accordé le vendredi 9 juin 2017, une interview à la chaîne de télévision égyptienne, DCM/TV. La journaliste a abordé deux thèmes majeurs au cours de cet entretien avec le Président du Faso : les centres d’intérêt de la coopération bilatérale entre le Burkina et l’Egypte et la lutte contre le terrorisme.
Parlant de la coopération bilatérale entre la République Arabe d’Egypte et le Burkina Faso, le chef de l’Etat a dit qu’il est important que « nous développons la coopération Sud-Sud ». Dans ce cadre, a-t-il indiqué, « nous proposons d’abord l’investissement dans les ressources humaines car nous avons besoins de former nos cadres dans les domaines de la santé et de la recherche scientifique, et en la matière, l’Egypte peut nous offrir cette prestation ».
Selon le Président Roch Marc Christian KABORE, le Burkina Faso a un grand besoin en matière d’infrastructures dans l’éducation, un secteur très porteur dans lequel l’Egypte peut investir. Sans oublier, a-t-il ajouté, des potentialités à explorer dans le domaine « des barrages, les infrastructures routières, l’énergie et surtout l’énergie solaire, l’investissement dans la transformation du coton qui peut augmenter la plus-value de cette matière dont le Burkina Faso est un grand producteur ».
Le secteur minier est également très porteur au Burkina Faso. Le chef de l’Etat a invité les investisseurs égyptiens et burkinabè à s’informer sur les possibilités qui existent de part et d’autre. « Pour renforcer les relations commerciales, il est nécessaire que les investisseurs s’informent sur les potentialités des différents pays. C’est le premier handicap que nous devons briser en faisant en sorte que les hommes d’affaires burkinabè puissent venir voir les potentialités de l’Egypte et vice versa. Une fois ce handicap brisé, on pourra renforcer efficacement cette coopération commerciale entre nos deux pays ».
Pour une mise en œuvre diligente des accords, « nous avons instruit les ministres des Affaires étrangères à tenir rapidement une commission mixte entre les deux pays pour établir le cadre formel dans lequel nous allons tenir cette coopération », a affirmé le Président du Faso. Il a par ailleurs profité de cette tribune pour dire aux hommes d’affaires égyptiens qu’il « existe un code d’investissement très attractif au Burkina Faso ».
Abordant le volet sécuritaire, le Président Roch Marc Christian KABORE a parlé de la coopération militaire qui existe déjà entre l’Egypte et le Burkina. Il a fait comprendre qu’il est aussi important que nous « travaillons à faire en sorte que nos agences de renseignements soient en contact pour échanger régulièrement les informations. Le Burkina Faso a subi beaucoup d’attaques, une situation qui influence beaucoup l’économie ». Par conséquent, pour mieux protéger le territoire, notre pays a « déployé ses forces de défense et de sécurité dans le Nord » et pour une lutte efficace contre le terrorisme, « nous travaillons en synergie avec les pays de la sous-région pour plus d’efficacité ».
Pour terminer l’entretien, le chef de l’Etat a confié que « nous devons unir nos efforts pour venir à bout de ce fléau. En plus, nous devons former l’élite musulmane pour que véritablement les prêches portent sur les fondamentaux de l’Islam et des valeurs que cette religion véhicule, une religion de paix, d’amour et de tolérance ».

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Afreximbank soutient le PNDES à hauteur de 1,6 milliards de dollars

Peu avant son départ du Caire au terme de sa visite d’amitié et de travail en Egypte, le Président du Faso a reçu en audience en début de matinée du samedi 10 juin 2017, le président de la Banque africaine d’Import-Export (Afreximbank), Monsieur Benedict ORAMAH.
Le soutien au Plan national de Développement économique et social (PNDES) et la revue des domaines de coopération ont été les sujets abordés au cours de cet entretien.
A l’issue de l’audience, Monsieur Benedict ORAMAH s’est confié à la presse en ces termes : « Nous allons accompagner le PNDES à hauteur de 1,6 milliards de dollars. Les secteurs concernés sont le coton, la construction de parcs industriels et de zones économiques spéciales, et d’autres projets, notamment des parcs logistiques qui sont très importants dans le cadre de notre stratégie de commerce intra africain. Nous avons également abordé la question des relations entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso ».
En vue d’accompagner le financement des investissements, Afreximbank a mis en place « des facilités dans le cadre de son programme Egypte-Afrique qui permet de renforcer les liens entre l’Egypte et le reste de l’Afrique », a précisé Monsieur ORAMAH.
Selon le président d’Afreximbank, ce programme va accompagner le Burkina Faso qui compte « mettre en place des projets d’électrification rurale, des projets pour améliorer le système de santé en partenariat avec des entreprises égyptiennes ».

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

L’Ambassadeur du Kazakhstan en Egypte reçu par le Président du Faso

Le Président Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience dans l’après-midi du vendredi 9 juin 2017 au Caire, l’Ambassadeur de la République du Kazakhstan en Egypte. Monsieur Arman ISSAGALIYEV était porteur d’un message de son Président au chef de l’Etat.
A sa sortie d’audience, le diplomate kazakh a confié qu’il est venu transmettre « une invitation officielle de son Président au chef de l’Etat burkinabè pour participer au Sommet de l'Organisation de la Conférence islamique (OCI) qui aura lieu en septembre prochain dans son pays ».
Selon Monsieur Arman ISSAGALIYEV, son pays compte beaucoup sur « la participation du Burkina du Faso à cette conférence en vue de consolider les liens d’amitié et de fraternité ».
L’Ambassadeur kazakh pense qu’au plan de la coopération bilatérale, son pays et le Burkina Faso pourraient échanger leurs expériences dans de nombreux domaines.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le Président du Faso visite les Pyramides de Giseh

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE poursuit son séjour au bord du Nil en Egypte. Dans la matinée du vendredi 9 juin 2017, le chef de l’Etat a visité les pyramides de Gizeh, en compagnie des membres de sa délégation.
La première étape de cette sortie a été la visite d’une chambre de sépulture dans l’une des pyramides. Cette excursion présidentielle sur la nécropole de Gizeh s’est poursuivie par l’explication des différents symboles que revêt ce site emblématique. Le chef de l’Etat s’est également rendu au pied du sphinx, qui est une statue monumentale constituée du visage humain d'un pharaon et du corps très allongé d'un lion.
Au terme de sa visite guidée, le Président du Faso a exprimé son admiration pour ces chefs d’œuvres qui sont le symbole même de l’intelligence des hommes du passé.
« Quand vous regardez ces édifices, vous vous demandez comment l’homme a pu les bâtir. Je voudrais saluer ici l’avance que le peuple égyptien avait. Nous sommes dans le domaine des mathématiques, c’est le domaine des réalisations à une époque où il n’y avait pas de grues pour poser des pierres les unes sur les autres. Et quand vous voyez l’intérieur des pyramides, il a été creusé sur du granite, chose qui montre la solidité de l’édifice », a confié le Président Roch Marc Christian KABORE.
Selon lui, il fallait avoir une vision futuriste pour construire de tels monuments. Et cela est à saluer : « Quand vous regardez ces œuvres, cela ressemble à de la folie, mais c’est la folie des uns qui fait le bonheur des autres. Puisqu’à l’époque c’était une folie, mais aujourd’hui les pyramides sont devenues une entrée de devises pour le pays ». Cependant, le site fait l’objet de menaces terroristes et les entrées de devises se font de plus en plus rares.
Le chef de l’Etat a donc saisi l’occasion de cette visite pour déplorer le
fait que le site des pyramides de Gizeh, jadis très fréquenté, soit devenu un site quasiment désert du fait de ces attaques terroristes. « Lors de notre entretien, le Président Abdel Fattah AL SISSI m’a dit qu’au plan touristique, ce site rapportait à l’Egypte, une somme de 8 milliards de dollars par an. On ne peut que souhaiter que la stabilité et la lutte contre le terrorisme portent ses fruits pour permettre à l’Egypte de pouvoir jouer son rôle d’antan et montrer les œuvres des hommes ».
Les pyramides du site du Giseh ont 4500 ans d’âge. Elles sont classées au patrimoine mondial de l'humanité depuis 1979. Les trois plus grandes et plus célèbres des pyramides d'Egypte sont celles de Khéops, Khéphren et Mykérinos.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le Président du Faso rassure les Burkinabè d’Egypte : votre droit de vote en 2020 sera respecté

En marge de la visite d’amitié et de travail qu’il effectue en Egypte, le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a rencontré dans l’après–midi du jeudi 8 juin 2017, la communauté burkinabè vivant dans ce pays.
La première personne à prendre la parole au cours de cette rencontre a été l’Ambassadeur du Burkina Faso en République Arabe d’Egypte, Monsieur Gnama Henri BACYE qui a tout d’abord exprimé ses remerciements au chef de l’Etat pour ce déplacement au Caire. Selon lui, la communauté burkinabè d’Egypte peut être estimée à environ un millier de personnes et est composée essentiellement d’étudiants.
L’Ambassadeur Gnama Henri BACYE a par la suite émis le vœu que la mise en œuvre du « Plan national de Développement économique et social (PNDES) apporte à notre pays et au peuple burkinabè, un mieux-être ».
A la suite de l’intervention du représentant du Président du Faso en Egypte, le porte-parole de la communauté, Monsieur Ould ZOUNGRANA, a égrené un chapelet de difficultés auxquelles ils sont confrontés, dont l’épineux problème de la reconnaissance des diplômes des étudiants arabophones. Au nombre des préoccupations énumérées, on peut citer également la mise en place d’un système de formation en français au bénéfice des étudiants formés en arabe, les nominations des arabophones en qualité d’Ambassadeur et leur intégration dans le corps diplomatique, l’établissement de relations avec l’enseignement supérieur égyptien, les problèmes de bourses et d’établissement des documents administratifs. Des préoccupations « toutes pertinentes » selon le Président Roch Marc Christian KABORE qui, avant de donner des éléments de réponses, leur a fait un bref exposé sur la situation nationale.
Au plan politique, a dit le Président du Faso, « nous avons mis en place une Commission constitutionnelle qui est en train de travailler sur la
nouvelle Constitution et cette Commission a fait un premier travail pour le soumettre à l’appréciation avant d’être proposé en referendum au peuple burkinabè ».
La mise en place du Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité nationale (HCRUN) dont l’objectif est d’examiner plus de 5000 dossiers sur les crimes politiques et économiques depuis 1960 jusqu’au moment de l’insurrection populaire en vue de rétablir la vérité, la justice et la réconciliation des Burkinabè, l’organisation des élections municipales partielles, ont fait l’objet d’éléments d’informations donnés par le chef de l’Etat. « Je peux vous affirmer que la démocratie au Burkina Faso se porte bien », s’est félicité le Président Roch Marc Christian KABORE.
Au plan économique, le Président du Faso a parlé du Plan national de Développement économique et social, ce nouveau référentiel de développement du pays. A ce sujet, a-t-il rassuré, « tout est en train de se mettre en route pour sa mise en œuvre effective afin de réaliser les objectifs de développement dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’eau potable et l’assainissement, de l’agriculture, des infrastructures, etc. »
« Nous avons également initié de grands projets dans le domaine des mines, des infrastructures routières, et ces différents points ont fait l’objet d’échanges avec les hommes d’affaires égyptiens afin de les convaincre des opportunités que leur offre le Burkina Faso », a ajouté le chef de l’Etat.
Les revendications sociales, les attaques terroristes ralentissent le processus de développement du pays, a fait remarquer le Président du Faso. Selon lui, le gouvernement a pris l’engagement de poursuivre le dialogue avec les syndicats pour trouver des solutions à leurs préoccupations.
Abordant le volet sécuritaire, le Président du Faso est revenu sur les « attaques terroristes que le Burkina Faso a subies dès janvier 2016. Des attaques perpétrées au nom de l’extrémisme religieux, au nom de
l’Islam qui est une religion de paix et de respect des autres ». « Nous avons pris nos responsabilités et aujourd’hui, je peux dire que dans le sahel burkinabè, nos forces de défense et de sécurité assurent avec détermination, la sécurisation de notre pays. La lutte contre le terrorisme est une lutte de longue haleine qui doit impliquer chaque Burkinabè. La lutte contre le terrorisme est une lutte de longue haleine qui nécessite une synergie d’actions entre les différents pays », a expliqué le Président du Faso.
Aux préoccupations de ses compatriotes, le chef de l’Etat a pris l’engagement que le gouvernement mettra tout en œuvre pour trouver des solutions. Aussi, leur a-t-il demandé de se comporter de manière à faire honneur à notre pays partout où ils seront. « Vous êtes les Ambassadeurs du Burkina à l’étranger », leur a-t-il rappelé
Avant de prendre congé de ses compatriotes, le Président Roch Marc Christian KABORE a rassuré les Burkinabè vivant en Egypte que tout est mis en œuvre pour leur participation effective aux élections de 2020.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso