Économie : la représentante résidente du FMI reconnaît les avancées du PNDES

(Ouagadougou, 25 juillet 2018). Le président Roch Marc Christian Kaboré a reçu cet après–midi en audience la représentante résidente, département Afrique, du Fonds monétaire international (FMI), Mame Astou Diouf-Sow. En fin de mission dans notre pays, elle est venue faire ses adieux au chef de l’Etat et passer en revue les réalisations de ces dernières années et discuter des perspectives.

Cet entretien avec le président du Faso a été l’occasion pour Madame Diouf-Sow, entre autres, de faire le point de la mise en œuvre du Plan national de Développement économique et Social (PNDES) qui connait un taux de réalisation satisfaisant. « Toutes ces revues ont montré des avancées significatives et des retombées économiques », a fait remarquer la représentante résidente du FMI, avant de saluer la croissance continue malgré les chocs que le pays a connus, ainsi que la mobilisation des recettes et le renforcement des fondamentaux macroéconomiques.
Sous la direction de Mame Astou Diouf-Sow, le FMI a également initié au Burkina Faso, des programmes qui sous-tendent cette croissance, notamment l’assistance technique qui vise à aider les autorités locales dans la mise en œuvre des reformes.
Avant de quitter notre pays, la représentante résidente du FMI a souhaité au gouvernement burkinabè, du succès dans l’exécution des différents programmes dont le dernier a été entamé en mars dernier.
Direction de la Communication de la présidence du Faso

Lutte contre le cancer en Afrique : un séminaire des premières dames en août prochain à Ouagadougou

(Ouagadougou, 25 juillet 2018) – L’épouse du Président du Faso, Madame Sika Kaboré, a annoncé au cours d’une conférence de presse, ce mercredi dans la matinée, la tenue les 1er et 2 août prochain d’un séminaire régional de haut niveau sur la promotion de la sensibilisation à la lutte contre le cancer et les programmes de plaidoyer dans les Etats membres du groupe Afrique de l’Organisation de la coopération islamique (OCI).
Cette rencontre de haut niveau, selon Madame Sika Kaboré, par ailleurs présidente de la Fondation Kimi qui intervient dans la lutte contre le cancer, verra la participation d’une dizaine de ses consœurs du Benin, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Gabon, de la Gambie, de la Guinée, de la Guinée-Bissau, du Mali, du Mozambique, du Niger, du Nigéria, du Sénégal, de la Sierra Leone, du Tchad et de l’Ouganda.
L’épouse du président soudanien sera également l’invitée de ce séminaire, dont l’objectif est de renforcer les capacités des Premières dames en matière de leadership et de plaidoyer, pour la promotion de la sensibilisation à la lutte contre le cancer et les programmes de plaidoyer dans les pays membres du groupe Afrique de l’OCI, a précisé Mme Kaboré.
Ce séminaire sous-régional, auquel prendront également part des experts et des représentants d’organisations de la société civile investis dans la lutte contre le cancer, permettra de présenter l’état des lieux de la maladie, d’identifier les voies et moyens par lesquels les Premières dames pourront renforcer leur leadership dans la lutte, et de les informer sur les opportunités et les meilleures pratiques dans la recherche de financement.
Il sera aussi l’occasion de partager les meilleures pratiques régionales dans les domaines de la tenue des registres, de la planification et du contrôle du cancer.
Au Burkina Faso, selon le Docteur Charlemagne Ouédraogo, les registres hospitaliers nationaux dénombre 2000 cas de cancer chaque année.
Au cours de la conférence, Mme Sika Kaboré a souligné que le Qatar soutient le Burkina Faso en vue d’implanter un centre de radiothérapie, qui devrait être fonctionnel en mi 2019.

Commémoration de l’an 4 du crash du vol AH 5017 d’Air Algérie : le Président du Faso a déposé une gerbe de fleurs à la mémoire des 116 victimes


(Ouagadougou, 24 juillet 2018). Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a présidé cet après-midi, la cérémonie commémorative du 4e anniversaire du crash du vol AH 5017 d’Air Algérie, qui avait occasionné la mort de 116 passagers, dans la nuit du 23 au 24 juillet 2014.

La cérémonie commémorative du 4e anniversaire du crash du vol AH 5017 d’air Algérie, teintée d’une grande émotion, a été essentiellement marquée par le dépôt d’une gerbe de fleurs par le Président du Faso, le dévoilement d’une stèle à la mémoire des victimes du crash et la lecture des noms des victimes.
Dans les discours ayant précédé les actes commémoratifs, les intervenants ont traduit toute la peine qui est la leur, depuis la disparitions de leurs proches.
Evoquant la tragédie, la présidente de l’Association des familles des victimes basée en France, Sandrine Tricot, a indiqué que c’est une partie de ces familles qui est partie à jamais et que cette déchirure restera longtemps gravée dans leur chair.
Le représentant de l’Association des parents des familles burkinabè des victimes du crash (AFAVIC), Christophe Sandwidi, a déclaré que ce 4e anniversaire revêt une importance particulière à travers l’inauguration de la stèle demandée par les familles des victimes, pour perpétuer la mémoire de leurs proches. Pour lui, cette stèle est un lieu de souvenir, de recueillement, de fédération des cœurs et d’interpellation des acteurs du transport aérien.
Pour sa part, le Président Directeur général d’Air Algérie a indiqué que depuis le début du drame, la compagnie est restée à l’écoute des familles pour les soutenir. Il a remercié le gouvernement burkinabè pour la stèle qui contribuera à adoucir les cœurs des familles.
Le ministre des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière, Vincent Dabilgou a rappelé les péripéties du drame et a fait observer une minute de silence. Il a fait savoir aux familles des victimes que le gouvernement partage leur douleur et a souhaité que la stèle entretienne le respect et l’admiration pour tous ceux qui sont morts dans ce malheureux crash.

Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Forum des leaders religieux et traditionnels sur le dividende démographique : un espoir pour l’Afrique, selon le Président du Faso

(Ouagadougou, 24 juillet 2018) – Le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a ouvert ce mardi en milieu de matinée, les travaux du forum sous-régional sur l’engagement des leaders religieux et traditionnels de l’Afrique francophone et du Tchad, pour la santé et le développent, en vue de la capture du dividende démographique. Le thème de ces quarante-huit heures de réflexion sur la contribution des coutumiers et religieux à la planification familiale est : « Bénéficier du dividende démographique : les leaders religieux et coutumiers de l’Afrique de l’Ouest francophone et du Tchad s’engagent ». 

Dans son adresse aux participants, le Président du Faso a souligné que leur engagement aux côtés des gouvernants est un espoir que l’Afrique sera au rendez-vous de la réalisation de la transition démographique, si porteuse de paix, de progrès et de cohésion sociale. Il a souhaité une plus forte implication de toutes les composantes des nations africaines dans cette entreprise aux conséquences politiques, économiques, sociales, culturelles et religieuses.
Pour ce qui le concerne, Roch Marc Christian Kaboré a réaffirmé l’engagement du gouvernement burkinabè à soutenir toutes les initiatives tendant à contribuer à l’amélioration du bien-être matériel, moral et spirituel des populations africaines. Le chef de l’Etat burkinabè s’est aussi fait le devoir de relayer les conclusions du présent forum à la prochaine rencontre des chefs d’Etat africains sur ces problématiques.
Evoquant la pertinence du thème, le parrain de ce forum, le Moro Naba Baongo, empereur des Mossé du Burkina Faso, a fait observer que si par le passé, il n’y a de pouvoir que d’hommes, les problèmes socio-économiques actuels sont tels que force est de reconnaitre que la puissance ne réside plus dans le seul fait du nombre, mais plutôt dans la qualité de la population. En effet, selon les statiques, à l’horizon 2025 la population africaine, la plus dynamique au monde, représentera plus de 25% de la population mondiale avec environ 12,1 millions de jeunes âgés de 15 à 34 ans sur le marché de l’emploi.
Aussi, le Moro Naba s’est-il engagé, au nom de l’ensemble de ses pairs des neufs autres pays membres de l’Alliance, à soutenir les actions en matière de santé maternelle et infantile, de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles, et pour la réalisation de l’Agenda 2063 de l’Union africaine.
En reconnaissance à l’ensemble de son œuvre en faveur du bien-être des populations burkinabè, notamment sa frange juvénile et féminine « dans le respect des valeurs morales et éthiques », le Président Roch Marc Christian Kaboré a reçu une distinction des mains du Moro Naba Baongo, au nom de l’ensemble des leaders religieux e coutumiers du Burkina Faso.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le commandant de la force Barkhane dresse le bilan de sa mission

(Ouagadougou, 23 juillet 2018). Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a reçu en audience en fin de soirée, le commandant de la force Barkhane en fin de mission, le général de Division Bruno Guibert
A l’issue de l’entretien, le général Guibert a indiqué qu’il a été reçu dans le cadre de son départ à la tête de l’opération Barkhane après un an de mission, et présenté au chef de l’Etat son successeur, le général Frédéric Blachon. Il a ajouté que la force Barkhane étant en appui de la force conjointe du G5 Sahel, il était normal et important de rencontrer le Président du Faso.
Selon le commandant sortant, l’opération Barkhane va se poursuivre jusqu’à ce que la menace terroriste soit contenue, si possible éradiquée avec l’appui de la force conjointe du G5 Sahel et des armées nationales qui sont impliquées.
Le général Guibert dresse un bilan très positif de son passage à la tête de l’opération Barkhane dans les domaines de la lutte anti-terroriste, l’appui aux forces partenaires, la protection des populations et l’appui au développement.
Le commandant sortant de la force Barkhane estime qu’il n’y a plus aujourd’hui de sanctuaires réels pour les terroristes, et l’ennemi n’est plus capable de conduire d’opérations coordonnées de grande ampleur
Le général Guibert dit également avoir noté un engagement très fort des armées du G5 Sahel, qui ont déjà mené six opérations conformément à la volonté des chefs d’Etat du G5 Sahel d’avoir une force qui soit rapidement efficace.

Direction de la communication de la Présidence du Faso