L’ONG Lutheran World Relief lève le voile sur ses activités


Le Président Directeur Général de l’ONG Lutheran World Relief, l’Ambassadeur Daniel SPECKHARD est allé présenter au Président du Faso, les activités de son organisation le vendredi 6 octobre 2017. C’était en présence de l’Ambassadeur des Etats-unis d’Amérique, Monsieur Andrew YOUNG.
L’ONG Lutheran World Relief travaille au Burkina Faso depuis 1986 à travers une assistance en période de crise alimentaire et à travers un appui logistique pour la production. Son premier responsable, Monsieur Daniel SPECKHARD a abordé avec le chef de l’Etat, le bilan de leurs activités au Burkina Faso et les projets à venir. Il a souligné que l’ONG intervient dans le monde rural dans les zones du Nord, de l’Est et du Centre pour améliorer la productivité et le revenu des petits fermiers. Il les accompagne pour le renforcement de leur résilience face aux changements climatiques et leur facilite l’accès aux ressources financières.
Lutheran World Relief, selon son PDG, renforce les « capacités des coopératives à mettre sur le marché des produits de bonne qualité qui vont leur permettre d’obtenir de bons revenus ». De son regard, leurs zones d’intervention connaissent « un réel changement, une amélioration des revenus pour les hommes et les femmes ».
L’Ambassadeur Daniel SPECKHARD a également présenté au Président du Faso un nouveau programme dénommé « Projet Sésame » d’un montant de 14 milliards de F CFA qui va « permettre d’aider plus d’un demi-million de personnes dans les zones rurales, avec pour objectif global d’appuyer le Burkina Faso à produire du sésame de haute qualité qui pourra être effectivement exporté sur le marché international ». À cet effet, l’ONG entend travailler avec les petits fermiers, les autorités locales, les coopératives et les acheteurs. « Cela va générer jusqu’à 150 milliards de F CFA en termes de revenus des exportations », a assuré l’Ambassadeur Daniel SPECKHARD.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Les médaillés du championnat de Karaté-Do reçus par le Président du Faso

La Fédération burkinabè de Karaté-Do conduite par son président, Monsieur Oumarou YUGO, est allée présenter le jeudi 5 octobre 2017 au Président du Faso, les médaillés du dernier tournoi international de Karaté qui s’est tenu au Bénin.
Après leur participation au tournoi international de karaté en août dernier au Bénin d’où ils sont revenus avec 8 médailles d’or, 8 médailles d’argent et 11 médailles de bronze, les athlètes burkinabè ont été félicités et encouragés par le chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE. Cette compétition avait mis aux prises les combattants des arts martiaux venus du Burkina, du Ghana, du Bénin, du Niger, du Nigéria et du Togo.
Cette audience a également été l’occasion de présenter au Président du Faso les grandes lignes du programme de la fédération. Selon son président, Monsieur Oumarou YUGO, la Fédération burkinabè de Karaté-Do a dans son agenda, l’ouverture de la saison le dimanche 8 octobre 2017, un conseil de gestion et les Opens de Ouagadougou qui vont regrouper en janvier 2018 « six Nations ouest africaines et une dizaine d’autres Nations pour préparer le championnat TIKA zone en avril au Burkina Faso ».
La rencontre avec le chef de l’Etat a été saisie par la fédération pour plaider la cause de cette discipline pour plus de soutien de la part des autorités.
Le plaidoyer a été sans doute efficace puisque la fédération a reçu en plus du soutien financier, la promesse de décoration le 11 décembre prochain de tous les médaillés. « Être décoré par sa Nation est la plus grande reconnaissance d’un sportif », a conclu Monsieur Oumarou YUGO.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

 

Mémorial Thomas SANKARA : Le Président du Faso apporte sa contribution


Le stade municipal Issoufou Joseph CONOMBO de Ouagadougou a abrité le lundi 2 octobre 2017, le lancement officiel de la campagne de souscription populaire pour le Mémorial Thomas SANKARA. Cette cérémonie a été également marquée par la commémoration des 30 ans de l’assassinat du Président Thomas SANKARA. Le Président du Faso, le Premier ministre, le président de l’Assemblée nationale, des présidents d’institution et des membres du gouvernement, ont assisté à cette cérémonie en présence du parrain, l’ancien chef de l’Etat ghanéen, Monsieur John Jerry RAWLINGS.
Pour financer la construction du mémorial Thomas SANKARA, le comité international mis sur pied à cet effet a emprunté une méthode chère au père de la Révolution : l’effort populaire. Ainsi la campagne lancée ce lundi 2 octobre 2017 a été placée sous le signe de la « participation au financement du Mémorial en souscrivant à ce projet populaire pour un homme du peuple ». L’initiative a mobilisé des écrivains, des cinéastes, des artistes, des compagnons de lutte du père de la Révolution de 1983 et l’Etat burkinabè qui assure au projet un soutien technique, à travers une dizaine de départements ministériels.
Selon le président du comité international pour le Mémorial Thomas SANKARA, le Colonel-Major Bernard SANOU, « ce projet est né de la volonté de fédérer plusieurs initiatives à travers le monde, visant à honorer et à promouvoir la pensée politique et les actions de la Révolution burkinabè de 1983 ». L’ancien compagnon du leader de la Révolution a souligné qu’au-delà de magnifier le leadership du Président Thomas SANKARA, le mémorial une fois érigé sera un lieu de souvenir et d’éducation pour les jeunes générations.
Dans un discours fort ovationné par le public, le président d’honneur du comité international pour le Mémorial Thomas SANKARA, Monsieur John Jerry RAWLINGS, a rappelé les combats du père de la Révolution burkinabè pour l’environnement et l’éducation, ainsi que « son ambitieuse politique agricole ». Il a lancé un appel aux Burkinabè et aux amis du Burkina Faso à contribuer chacun pour le financement du mémorial.
Après avoir glissé sa contribution dans l’urne, le chef de l’Etat burkinabè, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a fait noter qu’il « était important que nous puissions reconnaître au père de la Révolution qui a été un modèle de combativité, qui a développé des valeurs dans ce pays, de pouvoir être reconnu et que sa mémoire puisse traverser les âges et les Nations ».
Selon les organisateurs, le peuple nigérien a déjà envoyé une contribution d’un million de F CFA. Les contributions peuvent se faire à travers des virements bancaires, le transfert par téléphonie mobile ou directement dans les urnes apprêtées à cet effet.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Rentrée judiciaire 2017-2018 : Le Président du Faso en appel au respect de l’indépendance de la justice


Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, garant de l’indépendance du pouvoir judiciaire, a présidé le lundi 2 octobre 2017 à Ouagadougou, l’audience solennelle de rentrée judiciaire 2017-2018 placée sous le thème : « Les rapports entre les juridictions communautaires africaines et les juridictions nationales ».
L’audience solennelle était dirigée par Madame Thérèse TRAORE/SANOU, présidente du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM).
Dans son rapport sur le thème, Monsieur Mathias NIAMBA, conseiller à la Cour de Cassation, a fait cas des nombreuses organisations communautaires du continent africain avec comme conséquence, la cohabitation entre elles.
Dès lors, « la cohabitation, voire la coexistence entre juridictions nationales et juridictions communautaires issues de plusieurs organisations communautaires devient inévitable », a-t-il précisé. Il s’interroge alors de savoir si ces rapports seront de nature conflictuelle ou de collaboration.
Monsieur NIAMBA a fait l’état des lieux des relations dans l’un ou l’autre cas, puis proposer des solutions envisageables pour ce qui est des rapports conflictuels entre les juridictions communautaires et les juridictions nationales, notamment la fusion de toutes les organisations existantes aujourd’hui afin d’en créer une seule qui prendrait en compte l’ensemble des préoccupations des différentes organisations. « Ainsi, la Cour de Justice unique prévue par l’Union africaine à l’instar de la Cour de Justice de l’Union européenne, permettra sans doute une application uniforme du droit des organisations communautaires », a-t-il conclu.
Quant au bâtonnier de l’Ordre des Avocats du Burkina Faso, Maître Mamadou SAVADOGO, il a d’abord marqué son étonnement sur le choix du thème, car le juge national et le juge communautaire ont « en commun un objet professionnel qui est l’application d’une même règle de droit ». Malheureusement, a-t-il déploré, « pour ce qui nous a été donné de voir, le juge national et le juge africain ont des rapports très conflictuels ».
Pour lui, en interrogeant la règle de droit, leurs rapports sont beaucoup plus fusionnels qu’ils n’en ont l’air. Il s’agit de rapport de collaboration dont la qualité permettra une bonne et harmonieuse application du droit communautaire et des rapports de complémentarité qui visent à permettre l‘effectivité et l’efficacité du droit communautaire. « Je nourris l’espoir a-t-il conclu, que cette rentrée va s’inscrire sous le sceau du dialogue des juges internes et communautaires de type fructueux » afin que l’intégration soit possible ainsi que le développement économique et social.
Dans sa réquisition, le procureur général, a fait deux observations se visant à l’enrichissement du débat à savoir l’obligation pour les Etats d’appliquer les décisions de la justice communautaire d’une part et d’autre part, à laisser l’interprétation des lois nationales par les instances nationales et celles communautaires par les juridictions communautaires.
Le Président du Faso, garant de l’indépendance du pouvoir judiciaire a, dans une déclaration à la presse, demandé le « respect de l’indépendance de la justice pour laisser les juges et les magistrats trancher en toute quiétude, en tout respect des droits des uns et des autres de manière à ce que nous puissions sortir grandis dans la consolidation de l’Etat de droit et de la démocratie dans notre pays».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Mémorial Thomas SANKARA : Le Comité international fait le point au Président du Faso

Le Comité international du projet de Mémorial Thomas SANKARA, conduit par son président d?honneur, Monsieur John Jerry RAWLINGS, ancien Président du Ghana a été reçu en audience le lundi 2 octobre 2017 par le Président du Faso. La délégation est venue faire le point du processus de mobilisation des ressources nécessaires à la construction du mémorial.
A la sortie de l?audience, le président d?honneur du Comité international pour le Mémorial Thomas SANKARA a laissé le soin, à l?ancien président de l?Assemblée nationale ivoirienne, le Pr Mamadou KOULIBALY, pour situer l?objet de cette visite chez le Président Roch Marc Christian KABORE.
Face aux journalistes, Monsieur KOULIBALY a indiqué que le Comité international pour le Mémorial Thomas SANKARA séjourne à Ouagadougou dans le cadre du lancement de la dynamique de mobilisation de fonds pour la construction du Mémorial dédié au père de la Révolution burkinabè. Cette audience a servi de cadre pour solliciter les conseils du Président du Faso, mais aussi lui faire le point du processus de collecte de fonds nécessaires à l?érection de cette infrastructure du souvenir. « Le Président du Faso nous a assurés que l?Etat burkinabè prendra sa place entière dans ce projet », s?est félicité Monsieur Mamadou KOULIBALY.
Pour lui, ce mémorial devrait, au-delà des générations actuelles, faire pérenniser le combat du Président SANKARA qui concernait « la rédemption africaine, la renaissance africaine, la libération du continent africain, ce combat que nous essayons de continuer tous avec la bénédiction de tous les Africains ».
Madame Nathalie YAMB, également membre du Comité international a embouché la même trompette pour dire que le combat du Président SANKARA symbolise « nos espoirs, nos ambitions, nos luttes. C?est un combat commun et nous espérons pouvoir apporter un peu de nos savoir-faire pour permettre à ce projet de décoller » s?est-elle engagée.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso