Energie solaire : Le Président du Faso inaugure « la plus grande centrale hybride fuel-solaire du monde » à Essakane

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a inauguré la centrale solaire de la mine d’or d’Essakane de 15 Mégawatts, le 16 mars 2018 à Essakane  dans la région du Sahel . Considéré comme « la plus grande centrale hybride fuel-solaire du monde », ce projet va générer 40 emplois directs durant la phase d’exploitation et un pourcentage de ses revenus sera dédié au développement local.
L’inauguration de la centrale solaire de la mine d’or d’Essakane a mobilisé une foule des grands jours qui a réservé un accueil chaleureux au Président du Faso.
Cette cérémonie a été essentiellement marquée par une série de discours. Le Gouverneur de la région du Sahel, le Colonel major Peggy Hyacinthe YODA a exprimé sa « profonde » gratitude au Président du Faso pour sa présence sur le site minier d’Essakane qui accueille pour la première fois un chef d’Etat.
Le président et chef de direction d’IAMGOLD Corporation, société exportatrice de la mine d’or d’Essakane, Monsieur Stephen LETWIN, s’est réjoui de la présence du Président du Faso pour inaugurer sur le site minier d’Essakane « la plus grande centrale hybride fuel-solaire du monde ».
Selon Monsieur LETWIN, la centrale solaire construite, ajoutera 15 Mégawatts au 57 Mégawats actuels produits par la centrale au fuel du site et ce projet va générer 40 emplois directs durant la phase d’exploitation et un pourcentage de ses revenus sera dédié au développement local. En outre, la centrale solaire permettra une réduction de près de 18 500 tonnes de CO2 et une économie de 6 millions de litres de fuel par an.
La Directrice générale d’Essakane Solar SAS, Madame Emma Marie Blanche KANTIONO, partenaire d’IAMGOLD a indiqué que pour la première fois à Essakane, « de l’électricité est produite sans fumée, sans bruit, sans poussière seulement à partir de l’énergie du soleil ». Elle a ensuite souligné que l’électricité renouvelable dédiée aux industriels offre des avantages économiques et environnementaux majeurs.
Dans son discours d’inauguration, le Ministre de l’Énergie, Monsieur Bachir Ismaël OUEDRAOGO a indiqué que le Président du Faso, dans son programme de société a fait des énergies renouvelables l’une des priorités de sa politique de développement pour répondre aux énormes besoins des populations ainsi que du secteur public et privé. « Cet apport des producteurs indépendants est d’une grande importance et l’initiative d’Essakane est à saluer à plus d’un titre, car cette énergie pourrait profiter aux populations environnantes pour peu que l’État et Essakane s’accordent dans un partenariat « gagnant-gagnant » », a affirmé le Ministre de l’Énergie.
Pour Monsieur Bachir Ismaël OUEDRAOGO, le projet Essakane Solar vient impulser une dynamique nouvelle dans le secteur minier et énergétique du Burkina et va en droite ligne du programme gouvernemental de développement de l’énergie solaire, un volet important du Plan national de Développement économique et social (PNDES). Il a invité le secteur minier et les grandes industries à emboîter le même pas « afin de faire de notre pays, un leader en matière d’énergie solaire ».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

 

Renforcement de la citoyenneté : Un identifiant unique électronique pour chaque Burkinabè

La salle de conférences de Ouaga 2000 a abrité le jeudi 15 mars 2018, la cérémonie d’ouverture de l’atelier de réflexion sur la mise en place d’un identifiant unique de la personne au Burkina Faso. Dans le but de définir un schéma précis et consensuel de la mise en place d’un identifiant unique, cet atelier réunit pendant deux jours des experts nationaux et ceux venus du Rwanda, de l’Inde et de l’Estonie. La cérémonie d’ouverture a été placée sous la présidence du Président du Faso, représenté par Monsieur Simon COMPAORE, Ministre d’Etat auprès de la Présidence du Faso.
Les travaux de 48 heures qui ont débuté ce matin, devraient permettre un partage d’informations entre les acteurs de l’identification et conforter une position commune pour la mise en œuvre de l’identifiant unique. Ils devraient également déboucher sur une feuille de route consensuelle pour la mise en œuvre de l’identification unique. La mise en place de ce système facilitera la centralisation à travers une seule base de données, de l’ensemble des éléments d’identification des personnes résidentes ou étrangères au Burkina Faso. Ce qui permettra, selon Madame Hadja Fatimata OUATTARA/SANOU, à l’Etat de faire des économies substantielles. Pour illustrer ses propos, elle indique que « la revue des listes électorales au Burkina Faso coûte à elle seule, environ 7 milliards de FCFA…La mise en place de l’identifiant unique à travers une seule base de données consolidée éviterait à l’Etat la répétition de la révision des listes électorales et d’économiser d’énormes moyens ».
Autre avantage de l’identifiant unique, selon la ministre burkinabè du Développement de l’Economie numérique et des Postes est que c’est un « facteur de sécurité, un outil de transparence et de développement économique et social ».
Le Ministre d’Etat, Monsieur Simon COMPAORE qui représentait le chef de l’Etat s’est réjoui de la tenue de cet atelier qui va « définir des orientations stratégiques tout en s’inspirant des meilleures pratiques internationales pour proposer une vision partagée et adaptée aux besoins et aux spécificités nationales ». Se prononçant sur l’utilité de l’identifiant unique, le Ministre Simon COMPAORE a souligné qu’il servira « dans le déploiement du e-gouvernement notamment pour établir les actes administratifs, de l’état-civil à la carte d’électeur, en passant par la carte professionnelle, les impôts, la sécurité sociale, le permis de conduire, etc. ». Il a aussi noté que ce nouvel outil facilitera le travail des services de la protection civile et des forces de sécurité tout en leur permettant un gain de temps.
La Banque mondiale par la voix de Madame Aguiratou SAWADOGO/TINTO s’est voulue rassurante sur sa disponibilité à accompagner le pays des Hommes intègres « à travers le plaidoyer, la mobilisation des ressources et le renforcement des capacités des acteurs pour l’atteinte des objectifs de développement du projet d’identification numérique ».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Sommet de l’Alliance solaire internationale : Le Président du Faso dresse un bilan satisfaisant de la rencontre de New Delhi

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE est rentré en début d’après–midi du mardi 13 mars 2018 de New Delhi en Inde où il a pris part le 11 mars dernier au premier Sommet fondateur de l’Alliance solaire internationale (ASI). Un Sommet au cours duquel, le chef de l’Etat a décliné sa vision sur cette initiative de vulgarisation de l’énergie solaire et de lutte contre le changement climatique.
En 2016, le Burkina Faso a signé l'accord cadre qui créait l’Alliance solaire internationale(ASI). New Delhi a été la première rencontre pour sceller la mise en place de cet instrument de coopération dans le domaine solaire. Il était important que «le Burkina Faso qui a un bon gisement solaire puisse être présent parce que nous avons été un des premiers membres fondateurs de cette alliance, pour réaffirmer le choix que nous avons opéré de transformer et de faire en sorte que l'énergie solaire puisse représenter environ 30% de l'énergie utilisée dans notre pays », a confié le Président du Faso à la presse.
L'ASI se veut un cadre de coopération, a expliqué le chef de l’Etat, « un cadre où ceux qui ont des gisements solaires d'une part et ceux qui ont les technologies, puissent faire en sorte de rechercher les financements pour appuyer les transformations nécessaires ». C'est pourquoi, a-t-il fait remarquer, « nous avons dit que si au niveau de l'ASI, nous mettons ensemble nos moyens financiers et nos intelligences, nous pourrons faire en sorte que le secteur soit un véritable vecteur de transformation économique et social de notre pays tout en luttant contre les changements climatiques qui sont aujourd'hui un fléau important au niveau mondial dont les répercussions se sentent au niveau national ».
Le Président Roch Marc Christian KABORE a saisi l’occasion de son séjour à New Delhi pour rencontrer le Premier ministre indien. Une rencontre qui nous a permis de « faire le bilan de la coopération exemplaire qui existe entre nos deux pays, a déclaré le chef de l’Etat, et de dégager des pistes nouvelles sur lesquelles cette coopération va se consolider notamment dans le domaine de l'énergie solaire, la santé, la production de produits pharmaceutiques ».
En marge du sommet de l’Alliance solaire internationale, le Président du Faso a également échangé avec le Président du Ghana sur des questions qui préoccupent les deux pays.
Premièrement, a dit le Président Roch Marc Christian KABORE, « sur la question de l'interconnexion qui accuse un retard de plusieurs mois côté ghanéen. Après une longue discussion, le Ghana s'est engagé à tout mettre en œuvre pour que d'ici la mi-avril, cette interconnexion de 50 mégawatts puisse être opérationnelle ».
Le second point de notre entrevue, a-t-il poursuivi, est la question du chemin de fer entre le Ghana et le Burkina Faso. Nos ministres sont en train de mener des échanges sur la question et lorsque nous sommes arrivés à New Delhi, nous avons rencontré des opérateurs de chemin de fer qui étaient en discussion avec le Ghana et nous avons souhaité que nous puissions mettre en commun ces discussions de manière à « tirer le meilleur profit du choix que nous ferons concernant celui qui va procéder à la mise en place du chemin de fer ».
Enfin, les deux chefs d’État ont échangé autour de la question du pipeline pour le transport des hydrocarbures depuis le port de Tema jusqu'au Burkina Faso. « Il s'agit là d'un projet pour lequel il faut que les équipes se rencontrent de manière à consolider notre vision ».
Avant de quitter New Delhi, le Président du Faso a rencontré des industriels et des hommes d'affaires, qui travaillent déjà au Burkina Faso, notamment ceux qui ont livré les bus qui vont servir à l'université. « Nous avons aussi rencontré Exim Bank pour voir avec cette structure de financement comment elle peut nous accompagner avec des industriels et des opérateurs dans la réalisation d'un certain nombre de projets », a conclu le Président Roch Marc Christian KABORE.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Des hommes d’affaires indiens reçus par le Président du Faso à New Delhi ce lundi 12 mars

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a accordé des audiences à des hommes d’affaires indiens issus de divers secteurs d’activités dans l’après-midi du lundi 12 mars 2018 à New Delhi en présence de l’Ambassadeur du Burkina.
À l’issue de l’audience, l’Ambassadeur Amadou TRAORE a indiqué que les hommes d’affaires qui ont été reçus par le Président du Faso étaient de trois catégories.
« Le premier groupe était constitué de responsables de sociétés indiennes qui sont attributaires de marchés au Burkina Faso sur financement du gouvernement indien pour la réalisation d’un certain nombre de projets. Ainsi, dans le cadre du projet 1000 logements sociaux qui doit être piloté par une société indienne, il a été question de voir comment accélérer la concrétisation de ce projet et une promesse a été donnée par la partie indienne dans ce sens », a-t-il affirmé.
Monsieur Amadou TRAORE a expliqué que le deuxième groupe comprenait une société qui a été attributaire du marché de livraison de bus aux universités et grandes écoles du Burkina Faso. Cette société a déjà fourni 135 bus. Elle a approché le Président du Faso pour lui souhaiter la bienvenue et l’assurer que les bus complémentaires seront livrés dans les meilleurs délais.
La troisième catégorie d’hommes d’affaires que le Président du Faso a reçu, selon l’Ambassadeur, était constituée de groupes d’investisseurs qui sont intéressés par les opportunités qu’offre le Burkina Faso dans divers domaines, notamment l’aviation civile, la santé et l’énergie solaire.
Le Président Roch Marc Christian KABORE a également accordé une audience au groupe Exim Bank de l’Inde qui finance de nombreux projets au Burkina Faso. « Ils sont venus dire leur satisfaction de la coopération qui existe entre le Burkina Faso et le groupe Exim Bank et exprimer leur disponibilité à financer de nouveaux projets dans notre pays, notamment dans le domaine de l’énergie solaire », a fait savoir l’Ambassadeur TRAORE.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le Président du Faso et son homologue du Ghana s’entretiennent à New Delhi


L’entretien entre le Président du Faso et le Président de la République du Ghana a porté sur les relations de bon voisinage, a souligné le Ministre Monsieur Alpha BARRY.
Il a précisé que les deux Présidents ont parlé non seulement du chemin de fer entre leurs pays, mais aussi de la situation entre les éleveurs peulh burkinabè qui sont dans la partie Nord du Ghana. « Il y a beaucoup de conflits avec les populations locales. Il s’agissait au cours des échanges de voir comment le Ghana peut créer des zones pastorales pour permettre à ces éleveurs de pouvoir travailler tranquillement », a-t-il affirmé.
Cette rencontre entre les deux chefs d’État a été aussi mise à profit pour évoquer toutes les perspectives de la coopération, notamment la commission mixte qui doit se tenir très bientôt et aussi les questions de partage des bassins et des cours d’eau entre le Burkina Faso et la République du Ghana.
« Le Président du Ghana s’est montré disposé à examiner assez rapidement toutes les questions qui ont été mises sur la table par le Président Roch Marc Christian KABORE ; côté burkinabè, nous sommes disposés, que ce soit dans le cadre de la grande commission mixte de coopération ou dans d’autres cadres, pour examiner aussi les questions mises sur la table par le Ghana », a dit Monsieur Alpha BARRY.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso