Rentrée judiciaire 2017-2018 : Le Président du Faso en appel au respect des décisions de justice


Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a présidé le lundi 2 octobre 2017 à Ouagadougou, l’audience solennelle de rentrée judiciaire 2017-2018 sur le thème : « Les rapports entre les juridictions communautaires africaines et les juridictions nationales ».
A l'issue de la cérémonie, le Président du Faso s'est exprimé sur le thème de cette rentrée.
Le Président du Faso a expliqué que ce thème est un appel à l’Etat burkinabè et non au gouvernement uniquement car, dira-t-il, « le constat général c’est de voir quels sont les rapports que nous devons avoir entre les juridictions nationales et les juridictions communautaires ».
Selon le chef de l'État, « il apparaît que cela doit être des rapports de coopération beaucoup plus que des rapports de conflit. Cela signifie qu’il y a un intérêt majeur à ce que nous essayons de faire en sorte de pouvoir non seulement définir les normes et les compétences de chaque juridiction afin d’éviter des conflits inutiles qui se posent entre ces différents types de juridiction puisqu’il s’agit de crédibiliser la justice aussi bien au plan national qu’au plan communautaire ».
Le Président du Faso a expliqué que ce thème est aussi adressé à l’ensemble des pays membres des organisations communautaires comme la CEDEAO, l’UEMOA et l’OHADA, dont le Burkina Faso fait partie, afin qu’au niveau des chefs d’Etat, ils puissent faire en sorte que les décisions de justice prises au niveau communautaire puissent être appliquées parce que l’objet de la création de ces instances communautaires est de favoriser l’intégration.
« Si nous-mêmes nous ne crédibilisons pas ces instances, il est évident
qu’elles n’ont pas de sens. L’intérêt d’une décision de justice c’est qu’elle soit appliquée. Donc, c’est une interpellation qui a été faite aux chefs d’Etat; nous en prenons acte et nous verrons au cours de nos prochaines réunions avec les différents chefs d’Etat comment nous pourrons prendre des engagements dans ce sens pour permettre de crédibiliser nos institutions communautaires », a ajouté le Président Roch Marc Christian KABORE.
Le chef de l'État à profité du micro des hommes de média pour souhaiter une bonne rentrée judiciaire 2017-2018 aux juges et aux magistrats et leur dire que c'est une « occasion d’introspection pour voir ce qui a déjà été fait, les insuffisances, ce que nous devons faire pour améliorer la justice dans notre pays sur l’année à venir »
Il les a exhortés à travailler à être en phase avec leur peuple parce que la Justice qui est rendue l’est au nom du peuple burkinabè. « Nous devons travailler à ce que les décisions de justice participent non seulement à la consolidation de la paix sociale, mais également au renforcement du tissu social dans notre pays », a réaffirmé le Président Roch Marc Christian KABORE.
Il a également profité de l’occasion pour lancer un appel à l’ensemble des Burkinabè : « Il faut que quelque part, nous fassions confiance à notre justice et que conformément à ce que tout le monde a demandé, nous respections également l’indépendance de la justice pour laisser les juges et les magistrats trancher en toute quiétude, en tout respect des droits des uns et des autres de manière à ce que nous puissions sortir grandis dans la consolidation de l’Etat de droit et de la démocratie dans notre pays ».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

1ère édition du « Coup de pédale du Président du Faso » : Yacouba YAMEOGO remporte le trophée

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a assisté de bout en bout, dans la matinée du dimanche 1er octobre 2017 à Ouagadougou, à la première édition de la course cycliste dénommée « Coup de pédale du Président du Faso.
Cette compétition qui s’est courue sur une distance de 79,2 kilomètres à laquelle ont pris part 120 coureurs venus de 35 clubs du Burkina Faso a été remportée par Yacouba YAMEOGO de l’ASFA Groupe FADOUL, à la vitesse moyenne de 30, 638 km/h.
Il a reçu des mains du Président Roch Marc Christian KABORE à qui il a dédicacé un maillot, le trophée, la somme de 700 000 F CFA et un prix spécial du Président du Faso d’un million de francs CFA.
Le deuxième, Daniel KABORE de l’USFA, a reçu 545 000 F CFA des mains du chef du gouvernement, Monsieur Paul Kaba THIEBA et le troisième, Abdoulaye SOKONDO, du Groupe Tan Aliz, a eu droit à 400 000 FCFA à lui remis par le Ministre des Sports et des Loisirs, Monsieur Taïrou BANGRE . Les sept autres suivants au classement ont aussi reçu des prix allant de 85 000 F CFA à 25 000 F CFA.
Deux prix spéciaux d’une valeur de 200 0000 F CFA pour le plus jeune et le plus âgé des coureurs et des primes du même montant ont été également distribués.
Selon le Secrétaire permanent des Engagements nationaux et des Programmes d’Urgence, Monsieur Boukaré COMPAORE dont l’institution est le maître d’œuvre de cette compétition, « au-delà du sport en général dont nous reconnaissons les facteurs de paix et d’unité nationale, à travers le cyclisme, c’est le vécu quotidien de millions de femmes et d’hommes qui enfourchent leurs vélos par les villes et les campagnes avec courage et détermination pour faire reculer la pauvreté qui est magnifié ».
A l’issue de la course, le chef de l’Etat, a expliqué les raisons qui ont prévalu à l’organisation du Coup de pédale du Président du Faso : « Le vélo, c’est le sport dans lequel le Burkina Faso excelle et s’est fait connaître aussi bien au plan sous régional qu’international. Nous organisons chaque année le Tour du Faso qui est un grand évènement du cyclisme mondial parce qu’il est suivi maintenant un peu partout. Il était tout à fait normal que je sois présent pour témoigner tous mes encouragements aussi bien à la fédération du cyclisme qu’aux cyclistes pour leur engagement ».
Le Président du Faso a ensuite expliqué que « le cyclisme est un travail qui est individuel et collectif, mais qui fait appel à la persévérance, à l’effort et à l’engagement. C’est pour cela qu’il était important que pour cette première édition, j’ai pris soin moi-même d’être présent pour signifier l’attachement que j’ai à ce sport parce que nous tous qui sommes là, à notre temps de jeunesse, on a toujours suivi le cyclisme lorsque les compétitions se déroulaient à Ouagadougou ».
S’adressant aux coureurs, le Président Roch Marc Christian KABORE leur a dit qu’il voudrait encore une fois les féliciter tous et les encourager à se « préparer pour le Tour du Faso où nous aurons à compétir avec d’autres pays pour qu’encore une fois, le Burkina sorte vainqueur de cette compétition ».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Visite médicale annuelle : Les retraités auscultés gratuitement

L’épouse du Président du Faso, Madame Sika KABORE a procédé le vendredi 29 septembre 2017 à Ouagadougou, au lancement officiel de la visite médicale annuelle gratuite. Une opération initiée au profit des pensionnaires de la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS) et de la Caisse Autonome de Retraite des Fonctionnaires (CARFO), notamment les retraités et les conjoints survivants de retraités. C’était en présence du Ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale et de son collègue de la Santé.
Les personnes du troisième âge étaient mobilisées au sein de l’Hôpital de District sanitaire de Bogodogo, à la faveur du lancement officiel de la visite médicale annuelle gratuite organisée à leur profit. Dans la bonne humeur des retrouvailles, ils ont assisté à la remise d’un lot de matériels médico-techniques d’une valeur de 45 millions de F CFA. La remise officielle a été faite par l’épouse du Président du Faso, Madame Sika KABORE, qui a indiqué qu’« il s’agit d’un acte de solidarité à l’endroit de nos aînés ». Elle dit prêter sa voix aux personnes concernées par cette opération pour remercier le gouvernement pour « l’effort qu’il fait en leur faveur à travers le ministère de la Fonction publique ».
Des efforts que Monsieur Félix YAMEOGO, président de l’Association nationale des Retraités du Burkina voudrait voir s’étendre à la prise en charge totale ou partielle des maladies découvertes lors de la visite médicale annuelle.
Les pathologies les plus récurrentes à cet âge sont, de l’avis du professeur Hervé TIENO, le diabète, la prostate chez les hommes, les maladies cardio-vasculaires notamment l’hypertension, etc.
Pour ce dernier « la visite médicale annuelle pour les personnes du
3ème âge est très importante parce que c’est l’occasion de faire le point de l’état de santé des personnes intéressées ».
Après le lancement officiel, Madame Sika KABORE et les membres du gouvernement présents ont suivi les explications du Pr Hervé TIENO sur le processus de prise en charge des retraités lors des visites annuelles.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Lutte contre les fistules obstétricales : L’épouse du Président du Faso s’engage

L’épouse du Président du Faso, Madame Sika KABORE a présidé dans la matinée du jeudi 28 septembre 2017 à Ouagadougou, la cérémonie d’ouverture du Congrès panafricain sur les fistules obstétricales. Ce congrès a pour thème : « Fistules obstétricales : Les communautés s’engagent pour une réduction significative de ce fléau ».
Deuxième du genre, cette rencontre internationale a été organisée par la Fondation RAMA et ses partenaires.
En initiant ces assises de Ouagadougou, les organisateurs du présent congrès espèrent atteindre une grande partie de ceux qui peuvent agir contre une résurgence de cette maladie.
Dans son discours d’ouverture, le ministre de la Santé, le Professeur Nicolas MEDA a salué la tenue de ce congrès. Il a souligné l’adhésion du gouvernement burkinabè à la lutte contre ce fléau qui constitue un « problème de santé publique ». Le Ministre MEDA a dressé un tableau peu reluisant de la situation des fistules obstétricales au Burkina Faso avec environ « 800 nouveaux cas chaque année ».
S’exprimant à l’issue de la cérémonie, l’épouse du chef de l’Etat a remercié la Fondation RAMA pour le « travail qu’elle effectue en termes de soutien et de prise en charge des femmes victimes de fistules obstétricales ».
« Il s’agit de créer à l’issue de ce congrès, un cadre de concertation entre les ONG inscrits dans cette lutte dans les pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de voir comment est-ce qu’elles peuvent agir, avoir une unité d’actions pour pouvoir très rapidement éliminer ce fléau », a ajouté Madame Sika KABORE.
« Ce sont là des attentes louables pour permettre aux femmes d’être des acteurs de développement aux côtés des hommes, a-t-elle précisé.
Selon la présidente du Congrès panafricain sur les fistules obstétricales, « la prévalence de la fistule est forte dans les pays subsahariens et nous vivons les mêmes problèmes d’accès difficile des femmes aux formations sanitaires ».
Au terme de la cérémonie, Madame Marie Louise COMPAORE, épouse du ministre de la Sécurité, a été faite Ambassadrice de bonne volonté pour la lutte contre les fistules obstétricales au Burkina Faso.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

SAMAO 2017 : Les ministres des Mines reçus par le Président du Faso

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience ce vendredi 29 septembre 2017, une délégation des ministres en charge des mines présents à Ouagadougou dans le cadre de la Semaine des Activités minières de l’Afrique de l’Ouest (SAMAO).
La délégation conduite par Madame Aïssatou Sophie GALADIMA, Ministre des Mines et de la Géologie de la République du Sénégal a été introduite auprès du chef de l’Etat par le Ministre burkinabè des Mines et des Carrières, Monsieur Oumarou IDANI.
Madame Aïssatou Sophie GALADIMA a expliqué à la presse que l’objet de leur visite était de « remercier et gratifier le chef de l’Etat pour les avoir reçus malgré son calendrier très chargé », mais aussi, dira-t-elle « pour rendre hommage au peuple burkinabè pour cette belle invitation et pour tout ce que nous avons reçu comme honneur depuis notre arrivée sur cette terre burkinabè ».
Selon la Ministre GALADIMA, l’Afrique connaît de nos jours un boum minier et le continent noir « constitue aujourd’hui le berceau de l’humanité, mais également la terre nourricière en termes de ressources naturelles et en termes de mines. Donc il y a un boum d’exploitation ».
La Ministre sénégalaise des Mines et de la Géologie pense donc que « ce qui nous réunit, c’est de voir comment les économies africaines vont tirer profit de cette exploitation des ressources minières ». Sans présager des conclusions qui seront faites aujourd’hui, a-t-elle relevé, « nous pensons que de plus en plus, les retombées iront vers les populations, que les retombées vont booster l’économie africaine ».
La Ministre sénégalaise était accompagnée des ministres en charge des mines du Niger, de la vice-ministre du Ghana et des représentants des ministres du Maroc et du Mali, tous pays invités à cette 2e édition de la SAMAO qui prendra fin le samedi 30 septembre 2017.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso