16e session ordinaire du CLNS-IST : Le Président du Faso préside personnellement les travaux

Le Président du Faso, président du CNLS-IST, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a procédé à l’ouverture de la 16e session ordinaire du Comité national de Lutte contre le Sida et les Infestions sexuellement transmissibles (CNLS-IST), dans la matinée du vendredi 14 juillet 2017 à Ouagadougou.
Dans son adresse aux membres de cette structure faitière de lutte contre la pandémie du Sida et les IST, le chef de l’Etat a fait le bilan des résultats engrangés au cours de la période 2014-2016.
Ainsi, a-t-il dit,« les dernières statistiques indiquent une baisse du taux de prévalence de 0,9% à 0,8% entre 2014-2016 » et le nombre de personnes infectées et prises en charge sur le plan médical est passé « de 77 648 personnes dont 51 946 femmes en 2015 à 82 837 dont 57 976 femmes en 2016 »avec« seulement 69% des personnes vivant avec le VIH (PV-VIH) qui sont sous traitements anti-retro-viraux (ARV) ».
Il asouligné que « bien que des progrèsimportantsaient été enregistrés en matière de prévention, de prise en charge et de soutien aux personnes infectées et affectées par le VIH/SIDA, le VIH/SIDA représente toujours une menace pour l’humanité en général et pour le Burkina en particulier ». C’est pourquoi, le Plan national de Développement économique et social (PNDES) l’a inscrit parmi les priorités pour le renforcement du capital humain.
Le Président du Faso a saisi l’opportunité de la présente session pour saluer l’engagement soutenu des différents acteurs de la réponse nationale qui ont toujours joué un rôle primordial dans la riposte par des actions salvatrices sur le terrain.
Il a renouvelé sa gratitude aux partenaires techniques et financiers qui accompagnent le gouvernement dans la lutte pour un mieux-être des populations au quotidien et leur a exprimé sa reconnaissance pour « les engagements pris au cours de la table ronde des bailleurs de fonds pour le financement du Cadre stratégique national de lutte contre le Sida et les IST 2016-2020 etle Plan d’urgence pour l’accélération de la réponse nationale 2017-2018tenu le 23 juin 2017 à Ouagadougou ».
Le chef de l’Etat a dit son espérance de voir des efforts supplémentaires fournis en vue de combler le gap de financement de ce Plan qui prend en compte l’élimination de la transmission du VIH-SIDA de la mère à l’enfant ; l’initiative ALL-IN qui cible les adolescents et les jeunes dans le monde des PV-VIH en intégrant la promotion de la santé sexuelle et reproductive, la lutte contre la consommation des substances psychotropes et la capacitation-habilitation des jeunes.
Tout en appelant les différents acteurs à accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre de ces différentes initiatives, le Président Roch Marc Christian KABORE a réaffirmé son engagement et celui du gouvernement à ne ménager aucun effort pour jouer pleinement leur partition.
La présente session devra examiner et approuver le bilan de la mise en œuvre du Plan national multisectoriel 2016 ainsi que les orientations du Plan national 2017.

Le Président du Faso inaugure un nouveau pôle chirurgical à l’Hôpital Saint Camille de Ouagadougou

La Direction générale de l’Hôpital Saint Camille de Ouagadougou (HOSCO) a organisé, sous la Présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE et du Nonce apostolique, Monseigneur Piergiorgio BERTOLDI, la cérémonie d’inauguration de son nouveau pôle chirurgical, le vendredi 14 juillet 2017 à Ouagadougou.
Organisée à l’occasion de la fête de Saint Camille DE LELLIS, la cérémonie d’inauguration du pôle chirurgical de l’Hôpital Saint Camille a été marquée par une série d’allocutions, la bénédiction des locaux, la coupure du ruban, la visite des blocs opératoires et la signature du livre d’or par le Président du Faso.
Le Père Provincial des religieux Camilliens du Burkina Faso, Père Gaëtan KABORE et le Directeur général de l’Hôpital Saint Camille de Ouagadougou (HOSCO), Père Paul OUEDRAOGO, ont tour à tour, salué la présence effective du Président du Faso à cette cérémonie. S’adressant au chef de l’Etat, ils ont indiqué que c’est « un grand signe et un grand acte de votre choix préférentiel pour les pauvres et les malades, qui constituent pour vous une grande priorité parmi les nombreuses priorités de votre programme national ».
Ils ont ensuite, assuré que leurs prières sontpour le chef de l’Etat, son gouvernement et toute la Nation : « Dieu vous accompagne dans votre mission pour le bien être de tout le peuple burkinabè ».
Le Directeur général de l’hôpital a, pour sa part, confié que la nouvelle bâtissecomporte 44 lits d’hospitalisation, une salle de réveil et une salle de réanimation à 6 lits, de même que des annexes techniques, pour une valeur totale d’investissement estimée à deux milliards de F CFA.
Le Père Paul OUEDRAOGO a signifié que « la présente infrastructure a les éléments de base pour démarrer en fin septembre comme prévu », même si, a-t-il dit, il y a un gap financier de 650 000 000 de F CFA à rechercher pour que le pôle chirurgical soit « pleinement fonctionnel ».
Ils ont, par ailleurs, remercié Madame Rosella ANNIGONI, Consule honoraire du Burkina Faso à Florence en Italie pour avoir « financé entièrement le rez-de-chaussée du bâtiment ». Ces remerciements ont été humblement acceptés par Madame ANNIGONI, qui a, dans son intervention, dit avec beaucoup d’émotions, avoir « fait depuis plusieurs années du Burkina Faso son pays ».
Le Ministre de la Santé, Monsieur Nicolas MEDA, a, dans son discours officiel d’inauguration rappelé, la place privilégiée que la question de la santé occupe dans le programme du Président Roch Marc Christian KABORE, avant d’adresser ses félicitations à l’équipe médicale de Saint Camille : « Personnel de santé de l’Hôpital Saint Camille, je tiens à vous saluer solennellement et à vous remercier pour tout ce que l’hôpital a eu à faire. Chaque fois que le secteur public ralentit, l’Hôpital Saint Camille a toujours été là pour le soutenir ».
Après les différentes allocutions, le Nonce apostolique, Monseigneur Piergiorgio BERTOLDI a procédé à la bénédiction de l’infrastructure par la prononciation d’une oraison et l’aspersion du bâtiment avec de l’eau bénite.
Les derniers actes de la cérémonie ont été marqués par la coupure du ruban par le chef de l’Etat, la visite guidée du pôle chirurgical et la signature du livre d’or par le Président Roch Marc Christian KABORE.
Avant de quitter l’hôpital, le Président du Faso a joyeusement salué l’action des Camilliens et l’Eglise Catholique, qui ont apporté leurs contributions à l’amélioration de la santé des Burkinabè.
« La réalisation de ce pôle chirurgical va permettre de prendre en charge plus de malades dans différentes pathologies. Je voudrais aussi dire que cette réalisation est une victoire sur la maladie. Je salue aussi notre Consule à Florence pour son engagement, parce que ce n’est pas la première fois qu’elle agit dans ce domaine au Burkina Faso et particulièrement à l’Hôpital Saint Camille. Ce que nous souhaitons, c’est que la pratique de Saint Camille vis-à-vis des malades puisse continuer à inspirer la communauté camillienne au Burkina Faso et à être toujours aux côtés des pauvres, des malades et des nécessiteux », a déclaré le Président Roch Marc Christian KABORE.
Répondant à une question relative au gap à rechercher, le chef de l’Etat a promis une contribution du gouvernement et a lancé un appel pour une participation plus largedes populations, parce que « nous y avons tous intérêt ».

Coopération Burkina Faso-Japon : L’ambassadeur en charge de la TICAD reçu par le Président du Faso

Le Président Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience l’Ambassadeur, Représentant du gouvernement du Japon en charge de la paix et de la stabilité internationale de la Conférence internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD), Monsieur Yoshifumi OKAMURA, le jeudi 13 juillet 2017 à Ouagadougou.
Le diplomate japonais a dit être venu s’entretenir avec le chef de l’Etat sur les questions de renforcement des relations diplomatiques entre les deux pays.
« Aujourd’hui, la préoccupation majeure est non seulement de renforcer la relation entre nos deux pays, mais aussi voir ensemble comment travailler dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et les difficultés que rencontrent les populations du Sahel », a précisé Monsieur OKAMURA.
Il a ajouté avoir eu avec le Président du Faso, des discussions « bien profondes » sur les voies et moyens devant permettre aux deux pays de travailler pour le développement et la stabilité politique de la région sahélienne.
S’agissant de la Conférence internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD), il s’est réjoui du fait que le Président Roch Marc Christian KABORE ait pu prendre part à la TICAD VI tenue à Nairobi au Kenya en 2016. Monsieur Yoshifumi OKAMURA a confié qu’une « TICAD ministérielle » aura lieu le mois prochain et un agenda pourrait être communiqué sur le Sommet de la TICAD VII qui aura lieu en 2019 au Japon.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

L’Institut géographique du Burkina sollicite le patronage du chef de l’Etat pour la célébration de ses 40 ans

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a reçu en audience dans la matinée du jeudi 13 juillet 2017, le Ministre des Infrastructures, Monsieur Eric BOUGOUMA et le Directeur général de l’Institut géographique du Burkina (IGB), Monsieur Abdoulaye BELEM.
A l’issue de l’audience, le Ministre des Infrastructures a confié que leur visite s’inscrit dans le cadre de la célébration des 40 ans de l’Institut géographique du Burkina (IGB). A cet effet, « nous sommes venus solliciter le patronage de Son Excellence Monsieur le Président du Faso pour la célébration des 40 ans de l’IGB, ce qu’il a bien voulu accepter », a expliqué Monsieur BOUGOUMA.
La délégation a saisi cette occasion pour remettre au chef de l’Etat, une carte topographique géante du Burkina Faso. « C’est une carte générale du Burkina Faso, imprimée à l’échelle du 300 millième. Elle fait ressortir les limites administratives, le réseau routier, le réseau hydrographique, tous les villages administratifs et un certain nombre d’éléments topographiques », a précisé le Directeur général de l’IGB, Monsieur Abdoulaye BELEM.
Avec le concours du Ministère des Infrastructures, l’IGB ambitionne réaliser une carte identique « au sol, dans la cour de la Présidence du Faso afin de permettre aux visiteurs de pouvoir admirer les merveilles sur l’ensemble du territoire national ».

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Coopération entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso : Le Président du Faso salue l’excellence des liens entre les deux pays.

A la veille de la 6e Conférence au Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) entre le Burkina Faso et la République de Côte d’ivoire, le Président du Faso s’est entretenu avec des journalistes des deux pays. Il s’agit des journalistes de Sidwaya, de Fraternité Matin, du quotidien Le Pays et de L’Intelligent d’Abidjan. Sans langue de bois, le chef de l’Etat a abordé entre autres, les questions de développement, de justice, des liens de coopération qui unissent les deux pays : le Burkina Faso et la République de Côte d’Ivoire.
Le Président Roch Marc Christian KABORE est revenu sur la qualité des relations entre les deux pays. Il a salué cette coopération exemplaire qui embrasse « tous les domaines aussi bien au plan économique, au plan politique, qu’au plan de la coopération sécuritaire ». Le chef de l’Etat a aussi confié que lors des prises de décisions importantes dans les grands ensembles auxquels les deux pays appartiennent, lui et son homologue ivoirien privilégient la concertation afin d’harmoniser leurs points de vue.
La dernière Conférence au Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) s’est tenue à Yamoussoukro, la capitale politique de la Côte d’Ivoire du 25 au 29 juillet 2016. La rencontre avait été sanctionnée par la signature de 13 accords relatifs entre autres à l’énergie, les hydrocarbures, l’autoroute Abidjan-Ouagadougou, la poste, l’enseignement supérieur et la recherche scientifique.
Selon le Président du Faso, « la mise en œuvre de ces accords se déroule bien », malgré quelques difficultés mineures. Il s’est voulu rassurant quant à la volonté politique de part et d’autre de conclure ces accords.
« Les points importants sur lesquels nous sommes tenus de poursuivre les discussions portent sur des projets structurants tels que l’autoroute Ouagadougou-Abidjan. C’est également des questions qui sont relatives au chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Tambao. Ce sont des questions relatives à l’approvisionnement en énergie électrique et en hydrocarbure », a indiqué le Président Roch Marc Christian KABORE.
Il a précisé que les échanges durant le 6e TAC permettront justement de faire le point de l’évolution de ces questions, d’identifier les goulots d’étranglement en vue de trouver des solutions durables.
Revenant sur les détails des projets structurants, le Président du Faso a noté que « le chemin de fer est confronté au problème de la réhabilitation de la voie entre Abidjan, Ouagadougou-Kaya ». Ce projet est marqué par l’intervention d’un opérateur privé. Les ministres des Transports entretiennent des discussions avec ce dernier pour faire avancer le dossier, mais cela n’exclut pas que « les chefs d’Etat s’impliquent directement dans la discussion avec le groupe Bolloré autour de cette question pour nous éviter déjà la dégradation continue de la voie entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso », a indiqué le chef de l’Etat burkinabè.
« Concernant Tambao, vous savez que ce projet a connu des difficultés du côté du Burkina du fait du non-respect des engagements de la part de celui qui avait eu le projet. Nous sommes aujourd’hui en procès sur ce dossier. Par conséquent, pour nous, l’urgence est la réhabilitation de la voie pour permettre que de façon continue et fluide, nous puissions poursuivre le transport de nos produits », a détaillé le Président du Faso.
Se prononçant sur le projet de l’autoroute, le chef de l’Etat a fait remarquer qu’en Côte d’Ivoire, la question de l’autoroute a une évolution importante. Le Burkina Faso a effectivement inscrit ce programme dans ses priorités. « Nous avons déjà fait l’étude technique de faisabilité de Ouagadougou jusqu’à Bobo-Dioulasso. L’UEMOA finance une partie de l’étude sur Abidjan jusqu’à Bobo-Dioulasso. Maintenant, je dois pouvoir dire que nous avons inscrit dans le cadre du Partenariat Public-Privé (PPP) le démarrage des travaux entre Ouagadougou et Koudougou. Déjà, nous avons procédé à la pré-sélection des entreprises qui pourront faire ce travail et après, nous pourrons passer à la sélection à travers l’examen des propositions et signer ce partenariat qui va permettre de démarrer cette première partie », a informé le chef de l’Etat.
Le Président Roch Marc Christian KABORE s’est également exprimé sur la libre circulation des personnes et des biens entre les deux pays. Pour lui, il faut arriver à concilier les questions de sécurité avec la libre circulation des personnes et des biens. L’exécutif burkinabè a pris l’engagement de réduire de 8 à 5 le nombre de postes de contrôle. La question est actuellement en examen par « une commission nationale de sécurité routière qui est présidée par le Premier ministre qui doit travailler à la prise de cette décision. Soyez assurés que malgré les questions de sécurité qui sont posées, nous allons travailler à alléger progressivement ces contrôles de manière à assurer cette fluidité », a rassuré le Président du Faso.
Le chef de l’Etat burkinabè s’est également prononcé sur l’occupation de certaines forêts ivoiriennes par les ressortissants burkinabè, notamment le Mont Péko. Il a révélé que « beaucoup de concertation ont été menées entre le Burkina Faso et la République de Côte d’ivoire à ce sujet ». Ces échanges ont permis de faire partir les occupants illégaux du Mont Péko et de les réinstaller en Côte d’ivoire. Certains désirent revenir dans leur pays d’origine. Toutes ces questions doivent être « traitées avec beaucoup de responsabilité », souligne le Président du Faso.
Abordant le menu du prochain TAC, le Président Roch Marc Christian KABORE informe que la priorité sera de faire le point des engagements pris. Les participants auront également à rediscuter des projets structurants, « notamment l’autoroute, le chemin de fer, et également la question d’approvisionnement électrique et en hydrocarbure ».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso