L’Ambassadeur du Royaume d’Espagne en fin de mission fait ses adieux au Président du Faso

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a reçu en audience dans la matinée du jeudi 02 mars 2017, l’Ambassadeur du Royaume d’Espagne au Burkina Faso avec résidence à Bamako au Mali, Monsieur José Maria Matres MANSO. En fin de mission, il est venu faire ses adieux au chef de l’Etat.
Interrogé par la presse à l’issue de l’audience, Monsieur José Maria Matres MANSO a confirmé qu’il est en train de quitter définitivement le Burkina et le Mali : « Aujourd’hui je suis venu à Ouagadougou pour faire mes adieux au Président du Faso qui m’a accueilli comme toujours avec une hospitalité extrême, avec une amitié profonde. Et, je suis vraiment fier de cet accueil du chef de l’Etat burkinabè et je lui souhaite tout le meilleur durant son mandat ».
Bien que n’ayant pas de représentation permanente au Burkina Faso, « nous suivons les affaires burkinabè avec beaucoup d’attention et d’intérêt.  La présence espagnole au Burkina Faso est récente et le fait de ne pas avoir de représentation permanente à Ouagadougou, ralenti un peu nos relations, mais elles existent », a dit le diplomate espagnol avant de préciser que son pays a ses « plans de coopération avec le Burkina Faso au sein de l’Union européenne ».
Toutefois, pour une coopération plus dynamique selon Monsieur José Maria Matres MANSO, « au niveau bilatéral, il faudra que l’Espagne ouvre prochainement une représentation permanente ; à partir de ce moment-là, on pourra établir des programmes de coopération. Je pense surtout à la coopération au développement. Mais, il y’a d’autres secteurs de coopération bilatérale qui sont très importantes, surtout le domaine de la sécurité. A ce sujet, l’Espagne est très engagée au niveau de l’Union européenne ».
Selon Monsieur MANSO, « les gouvernements burkinabè et espagnol sont en train de concevoir une base de coopération sur les questions de sécurité. Il y a aussi d’autres secteurs tels les échanges économiques et commerciaux… Notre bureau depuis Abidjan en République de Côte d’Ivoire suit ces échanges, nous avons même organisé une visite d’hommes d’affaires espagnols au Burkina Faso ».
Avant de prendre congé du chef de l’Etat, Monsieur José Maria Matres MANSO a une fois de plus « remercié le Président du Faso pour l’accueil réservé au Secrétaire d’Etat espagnol aux Affaires étrangères il y a quelques mois lors de sa visite à Ouagadougou. J’espère que les autorités de mon pays feront le déplacement de Ouagadougou pour renforcer la coopération et l’amitié entre le Burkina Faso et l’Espagne ».

La Guinée-Bissau remercie le Président du Faso pour son implication dans le retour de la paix et la stabilité

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a accordé une audience au président de l’Assemblée nationale populaire de la Guinée-Bissau, Monsieur Cipriano CASSAMA, le jeudi 02 mars 2017 à Ouagadougou.
A l’issue de l’audience, Monsieur CASSAMA a confié que le Président du Faso est un ami personnel et leur amitié date de l’époque où le chef de l’Etat était président de l’Assemblée nationale et lui, président de groupe parlementaire. « Je suis venu rendre une visite de courtoisie au Président du Faso. J’ai profité l’informer de la situation politique en Guinée- Bissau en ce moment. En plus d’être président de l’Assemblée nationale populaire, je suis aussi président de l’Union parlementaire africaine (UPA) et vice-président du Comité Inter parlementaire (CIP) de l’UEMOA. A ces titres, je suis venu remercier le Président du Faso pour avoir accepté, avec mon frère Salifou DIALLO, d’accueillir une centaine de députés et plus de 40 chefs de parlement, en novembre 2017 à Ouagadougou. C’est une rencontre très importante et cela nécessitait que je vienne remercier le chef de l’Etat et demander ses conseils en tant qu’ancien parlementaire. Bientôt, le Secrétaire général de l’UPA viendra travailler avec les autorités de l’Assemblée nationale pour préparer cette réunion très importante dans le pays des Hommes intègres », a indiqué Monsieur Cipriano CASSAMA.
Le président de l’Assemblée nationale populaire de la Guinée- Bissau, a estimé que les relations entre son pays et le Burkina Faso sont « très bonnes ». Selon Monsieur CASSAMA, le Président du Faso est un « homme sage, très bien respecté » au Burkina, à l’UEMOA, à la CEDEAO, à l’UA et « très bien connu » au Nations unies. « Je l’ai aussi remercié pour tout ce qu’il a fait pour que la Guinée-Bissau retrouve la paix et la stabilité », a déclaré le président de l’Assemblée nationale populaire de la Guinée- Bissau.

 

FESPACO 2017 : Le couple présidentiel offre un dîner aux professionnels du cinéma

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE et son épouse ont offert un dîner aux professionnels du cinéma présents dans la capitale burkinabè dans le cadre de la 25e édition du Festival panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO), dans la soirée du 1er mars 2017.
Ce dîner a connu la présence du Premier ministre, Monsieur Paul Kaba THIEBA, des présidents d’institution, des membres du gouvernement, du corps diplomatique accrédité au Burkina. Réalisateurs, comédiens et autres acteurs du monde du cinéma, venus d’Afrique et d’ailleurs se sont retrouvés au bord de la piscine du palais présidentiel dans une ambiance conviviale pour ce rendez- vous avec le couple présidentiel. La soirée a été essentiellement marquée par des prestations musicales magistralement entretenues par les artistes burkinabè TALL Mountaga, NANA Bibata et BOMOGO de Nobéré.
Ce diner offert par le Président du Faso est une forme de reconnaissance du chef de l’Etat aux efforts fournis par les professionnels du cinéma dans la promotion du 7e Art en Afrique.
Débutée le 25 février 2017, la 25e édition du FESPACO se déroule sous le thème « Formation et métier du cinéma et de l’audiovisuel » et a comme pays invité d’honneur, la Côte d’Ivoire. Elle refermera ses portes le 4 mars prochain.

 

Une délégation des instances de régulation de l’UEMOA et de la Guinée Conakry s’entretient avec le Président du Faso

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience, ce mardi 28 février 2017, une délégation des instances de régulation de l’UEMOA et de la Guinée Conakry. Monsieur Ibrahim SY SAVANE, président de la Haute Autorité de la Communication audio-visuelle de la Côte d’Ivoire, a conduit la délégation.
L’ancien Ministre de la Communication de la Côte d’Ivoire, Monsieur Ibrahim SY SAVANE, s’est confié aux medias à sa sortie d’audience. Il a indiqué qu’il s’agissait d’une visite de courtoisie au cours de laquelle la délégation a présenté la plate-forme des instances de régulation de la sous-région, en mettant l’accent sur ses enjeux et ses projets. « Nous avons dit que la plate-forme était un espace cohérent pour échanger sur certaines questions qui se posent à l’ensemble de nos pays », a précisé le chef de la délégation des instances de régulation de l’UEMOA, avant de souligner la nécessité pour eux de mutualiser leurs moyens. « Nous lui avons expliqué que notre idée était au niveau sous régional de renforcer nos stratégies, d’avoir des échanges pour être plus forts ensemble », a dit Monsieur Ibrahim SY SAVANE.
Les défis auxquels sont confrontées les instances de régulation de la communication dans la sous-région ont également été abordés lors de cette audience. Il s’agit selon leur porte-parole du « défi du numérique. La multiplication des medias dont certains sont soit difficiles, soit impossibles à réguler ».
Ces défis concernent aussi « les moyens logistiques et financiers qui permettent aux instances de régulation de faire leur travail dans de bonne condition », révèle Monsieur SY SAVANE. Pour lui, la plate-forme des instances de régulation de l’UEMOA doit s’accorder sur un minimum de standard car, selon ses mots, « le régulateur a pour vocation de favoriser la liberté et non à essayer d’interrompre le flux d’informations. Sauf que si l’anarchie s’installe, même cette liberté peut disparaître pour tout le monde. Donc le bon éditeur, le bon producteur et le régulateur sont du même côté.  L’exigence, c’est comment lier la liberté d’expression avec une forme de régulation flexible, mais vigilante qui permette au secteur de se développer ».
La délégation a informé le Président du Faso de la tenue à Ouagadougou le jeudi 2 mars prochain, de la réunion de la plate-forme. Le Président Roch Marc Christian KABORE leur a prodigué des conseils sur l’importance de mutualiser leurs moyens « qui ne sont pas extensibles à l’infini ».

Lutte contre le terrorisme : Le Comité interparlementaire de l’UEMOA va jouer sa partition

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a accordé dans la matinée du mardi 28 février 2017, une audience à une délégation du Comité interparlementaire de l’Union économique et monétaire Ouest–africaine, (CIP-UEMOA), conduite par son président, Monsieur Lancina DOSSO.
A sa sortie d’audience, le chef de la délégation a expliqué à la presse, qu’il s’agit d’une visite de courtoisie au cours de laquelle le Comité interparlementaire de l’UEMOA a présenté ses vœux « de santé et de longévité » au Président du Faso et de « prospérité » pour le Burkina Faso.
La délégation des parlementaires de l’UEMOA a saisi l’occasion pour exprimer sa solidarité avec le peuple burkinabè suite aux attaques terroristes qui ont eu lieu, dans la nuit du lundi 27 au mardi 28 février 2017 dans le Nord du pays. « Ce qui s’est passé hier est désolant. Nous avons présenté au Président, tous nos vœux de sorte que ce type de situation ne se répète plus. Et que Dieu nous protège », a déclaré Monsieur Lancina DOSSO.
S’exprimant sur la contribution des parlementaires de l’espace UEMOA dans la lutte contre le terrorisme dans la sous-région, Monsieur DOSSO a expliqué que c’est un phénomène mondial et qu’il appartient aux parlementaires de « sensibiliser les populations pour se mobiliser et faire en sorte que ces terroristes, partout où ils se trouveront, soient dévoilés pour que les autorités puissent prendre les décisions qui s’imposent ».
Il a du reste affirmé qu’une intensification dans la lutte contre ce fléau est prévue dans les hémicycles de l’espace UEMOA. Il cite par exemple les lois adoptées par chaque Etat membre de l’Union dans la répression des actes terroristes. « Je sais qu’en Côte d’Ivoire, des lois ont été adoptées pour la répression de ce fléau ; il en est de même pour le Burkina Faso et tous les pays de l’UEMOA », s’est réjoui Monsieur DOSSO avant d’ajouter qu’il « y aura une collaboration franche entre les Etats et une mise en commun des moyens pour combattre le terrorisme ».