Le Président du Faso rencontre ses compatriotes vivant à New York

Avant de quitter New York, le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a rencontré la communauté burkinabè vivant dans cette ville américaine dans l’après–midi du vendredi 22 septembre 2017.
Sacrifiant à la tradition d’échanger avec ses compatriotes lors de ses déplacements à l’étranger sur la situation nationale, le chef de l’Etat a, au cours cette rencontre salué leur mobilisation pour la circonstance.
Cet entretien a également été l’occasion pour nos compatriotes vivant à New York d’exposer au Président du Faso, les préoccupations qui sont les leurs. Après une brève explication de la situation qui prévaut au pays, le chef de l’Etat a exhorté les Burkinabè vivant à New York à être des Ambassadeurs de leur pays à travers des comportements exemplaires.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le Président du Faso reçu en audience par le Secrétaire général de l’ONU

Au lendemain de son intervention à la tribune des Nations unies dans le cadre du débat général de la 72eme session ordinaire de l’Assemblée générale, le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a été reçu en audience dans l’après–midi du vendredi 22 septembre 2017 par le Secrétaire général de cette institution, Monsieur Antonio GUTERRES.
Avec le Secrétaire général de l’ONU, le Président Faso a abordé les sujets relatifs à l’actualité internationale. Le chef du l’Etat a aussi salué le thème de la 72eme session et la qualité des différents messages livrés à la tribune de cette prestigieuse institution.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Burkina day à New York : Le Président du Faso préside la cérémonie d’ouverture

Au dernier jour de son séjour à New York dans le cadre de la 72eme session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations unies, le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a présidé dans la matinée du vendredi 22 septembre 2017, la cérémonie d’ouverture de Burkina day. Rencontre d’échanges entre opérateurs économiques burkinabè et investisseurs américains, cet événement a été organisé par le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’Extérieur et l’Ambassade du Burkina Faso aux Etats unis d’Amérique.
Pour la circonstance, la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina présente avec une forte délégation a procédé à un partage d’expériences et expliqué les opportunités d’affaires qu’offre le pays des hommes intègres à leurs homologues américains.
Dans son discours introductif, le Président du Faso a salué l’organisation de cette rencontre économique qui vise à « faire connaître le Burkina Faso à travers ses potentialités d’investissement. Cette manifestation permet également aux opérateurs économiques et aux hommes d’affaires américains d’être mieux informés sur la situation nationale aussi bien au plan politique, économique que sécuritaire ».
Selon le chef de l’Etat, « il est évident que plus on connaît les défis et les atouts d’un pays, plus on a l’assurance d’investir dans ce pays ».
Véritable opération de charme pour « vendre la destination Burkina », le Président Roch Marc Christian KABORE a présenté à son auditoire, le Plan national de Développement économique et social (PNDES) élaboré par le Burkina Faso, socle aujourd’hui de tous les projets et programmes de développement.
« Sur le plan économique, a-t-il déclaré, « le PNDES est un plan inclusif que nous avons soumis à la communauté internationale et aux hommes d’affaires. Il s’est agi d’un exercice qui a eu un grand succès à Paris, en décembre 2016. C’est un plan cohérent qui vise à booster l’économie de notre pays. A travers ce programme ambitieux, le Burkina Faso offre diverses opportunités d’investissement ».
Poursuivant son allocation, le chef de l’Etat a énuméré les différents secteurs porteurs, à savoir l’eau à travers la construction de barrages, l’éducation, les routes, la transformation des produits agricoles pour augmenter la plus-value de ce secteur, la santé où il faut relever le niveau du plateau technique au profit des populations, le domaine de l’énergie et des mines, les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, etc.
Abordant la question sécuritaire, le Président du Faso a vigoureusement condamné « les attaques terroristes perpétrées dans le pays ». Cependant, a-t-il rassuré, « nous prenons toutes les dispositions qu’il faut pour sécuriser les investisseurs et leurs biens au Burkina Faso afin de leur assurer un environnement serein des affaires ».
Une série d’audiences qui a permis aux différents groupes d’investisseurs de présenter leurs projets au chef de l’Etat a mis fin à la rencontre.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le PNUD salue les efforts du Burkina Faso dans la lutte pour la réduction des inégalités de revenus

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a participé le jeudi 21 septembre 2017 à New York, à un panel de haut niveau jumelé au lancement officiel du rapport « Inégalités de revenus en Afrique subsaharienne : Tendances divergentes, déterminants et conséquences ». Organisée par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), cette rencontre avait pour objectif de présenter les résultats d’une étude menée dans plusieurs pays sur les inégalités de revenus en Afrique subsaharienne. Les résultats de cette enquête présentent le Burkina Faso comme un modèle en matière de lutte pour la réduction des inégalités de revenus.
Invité à partager l’expérience du Burkina Faso, le Président Roch Marc Christian KABORE a d’entrée, « remercié le PNUD pour l’aimable invitation qui lui a été adressé à prendre part à cette cérémonie symbolique, mais combien importante de lancement de l’ouvrage sur les inégalités de revenus en Afrique sub-saharienne ». Il s’agit d’un évènement majeur auquel le Burkina Faso « se réjouit d’être associé, et dont je voudrais féliciter les initiateurs », a indiqué le Président du Faso.
Pour le chef de l’Etat, « le choix de l’Afrique subsaharienne pour une telle analyse est d’autant plus pertinente que celle–ci abrite la plupart des pays les moins avancés dont les populations vivent en dessous du seuil de pauvreté. Cette pauvreté dont les femmes et les enfants sont les principales victimes, surtout en milieu rural, et qui est exacerbée notamment par des pesanteurs socio-culturelles et l’effritement de l’esprit de solidarité, toute chose qui contribue à amplifier les écarts et les inégalités de tout genre ».
L’exemple du Burkina Faso a fait école selon les résultats de cette étude. Partageant l’expérience de son pays, le chef de l’Etat a expliqué qu’au Burkina Faso, « nous avons pris la pleine mesure des inégalités de revenus ».
Cependant a-t-il prévenu, « au regard de la complexité et du caractère multidimensionnel du phénomène, le gouvernement a, dans une approche holistique, initié d’ambitieux programmes visant au-delà de ces inégalités, à créer les conditions d’un développement durable et profitable à tous, surtout au plus vulnérable que sont les femmes et les jeunes. Certes des difficultés existent, mais nous avons la conviction que nos efforts ne seront pas vains ».
Le Burkina Faso connait certes une avancée significative en matière de réduction d’inégalité de revenus par rapport à de nombreux pays, mais, a ajouté le Président Roch Marc Christian KABORE , « cette marque de reconnaissance ne doit pas être prise comme une fin en soi, mais comme une interpellation à faire plus, mieux et plus vite. C’est du reste l’engagement que j’ai pris avec le peuple burkinabè et que je suis déterminé à tenir ».
Aussi, a-t-il rassuré l’assistance de l’engagement ferme et déterminé de son pays à « œuvrer pour un renforcement de cette coopération afin d’assoir les bases d’un développement durable ».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le Président du Faso et la Secrétaire générale de l’OIF échangent sur le financement de la force conjointe du G5 Sahel

La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Madame Michaëlle JEAN a été reçue en audience par le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE le jeudi 21 septembre 2017 à New York. La patronne de l’OIF est venue aborder avec le chef de l’Etat, la question de la mobilisation des ressources pour l’opérationnalisation de la force conjointe du G5 Sahel.
Selon Madame Michaëlle JEAN qui s’exprimait à l’issue de son entretien, « la mobilisation en faveur de la force multinationale de lutte contre le terrorisme est au cœur des priorités de l’Organisation internationale de la francophonie ».
L’OIF veut s’assurer que la communauté internationale comprenne que l’enjeu de l’opérationnalisation de cette force n’est pas seulement pour « la sécurité des pays du G5 Sahel comme le Burkina Faso, ou encore d’une sous-région ou d’un continent, mais un enjeu de sécurité mondiale ».
« Avec les chefs d’Etat des pays du G5 Sahel dont l’OIF est partenaire, a-t-elle-poursuivi, nous avons convenu d’une stratégie pour convaincre, pour persuader, pour faire en sorte que très vite, les moyens techniques et financiers soient rassemblés pour que cette force puisse vraiment venir en renfort pour ce combat extrêmement important dans la lutte contre ces organisations criminelles et terroristes, contre la déstabilisation des pays de la région, pour permettre aux populations de s’engager sur la voie du développement en toute quiétude et avec une stabilité réelle qui permettra vraiment l’essor de ces pays ».
En terme d’appui à la force conjointe du G5 Sahel, Madame Michaëlle JEAN a dit que « l’OIF apporte tout un dispositif pour soutenir les centres d’éveil, les centres de collette des données, les centres d’analyse et de renseignement qui sont émergents dans les pays du G5 Sahel ».
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso