Attaques terroristes : « Notre engagement et notre détermination ne doivent pas être prises à défaut », dixit Monsieur Maman Sambo SIDIKOU

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a reçu en audience le lundi 5 mars 2018, le Secrétaire permanent du G5 Sahel. Monsieur Maman Sambo SIDIKOU est venu traduire sa solidarité au peuple burkinabè suite aux attaques du vendredi 2 mars dernier.
« L’expression communauté de destin connaît aujourd’hui sa signification la plus claire », a souligné Monsieur Maman Sambo SIDIKOU, car selon lui, à travers le Burkina Faso, c’est l’ensemble des pays du G5 Sahel qui ont été attaqués. Il a indiqué également que le mode opératoire et les armes utilisées traduisent « un degré de sophistication qui nous rappelle qu’il y a une internationalisation du terrorisme à laquelle il faut faire face ». Et pour y faire face avec efficacité, le Secrétaire permanent du G5 Sahel propose une fusion et une plus grande corrélation des Forces de Défense et de Sécurité qui facilitent le partage des renseignements. « Il y a des instruments qui sont en train d’être mis en place au niveau du G5 Sahel, il faut accélérer cela. Il faut faire en sorte qu’on sache qui va où, qui fait quoi parce que ce combat l’exige », s’inquiète Monsieur Maman Sambo SIDIKOU.
Il a aussi noté qu’il faut informer les populations à la base de sorte à « renforcer leur résilience et leur capacité à refuser l’embrigadement, à refuser que leurs enfants soient victimes de groupes qui les amènent vers l’inhumanité ».
Enfin, le Secrétaire permanent du G5 Sahel a salué le professionnalisme des Forces de Défense et de Sécurité burkinabè qui ont promptement réagi pour limiter les dégâts.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Conférence internationale de haut niveau sur le G5 sahel à Bruxelles : 414 millions d’euros annoncés

414 millions d’euros ont été annoncés ce vendredi 23 février 2018 par les pays membres du G5 Sahel lors de la Conférence internationale de haut niveau tenue au siège de la Commission européenne à Bruxelles en Belgique en présence du chef de l’État burkinabè. Avec ce montant, le budget de la Force conjointe du G5 Sahel est désormais bouclé pour permettre son opérationnalisation.
Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a pris part à cette Conférence aux côtés de ses pairs des pays membres du G5 Sahel, à savoir les Présidents Mahamadou ISSOUFOU du Niger, président en exercice du G5 Sahel, Ibrahim Boubacar KEÏTA du Mali, Idriss DEBY ITNO du Tchad et Mohamed Abdel AZIZ de la Mauritanie. Tous les cinq chefs d’Etat sont venus à Bruxelles pour sonner la mobilisation de la communauté internationale pour un financement pérenne de la Force conjointe pour lutter contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière.
Outre les dirigeants du G5 Sahel, la Conférence de Bruxelles a vu la participation de trente-deux chefs d’État et de gouvernement parmi lesquels le Président français Emmanuel MACRON, les Premiers ministres belges et luxembourgeois et soixante délégations dont l’Union européenne, l’Union africaine, l’Organisation des Nations unies. Des partenaires comme le Japon, le Canada et les pays du Golf étaient également présents à cette Conférence dont l’objectif est le financement de la phase de démarrage de la force conjointe du G5 Sahel.
A l’issue de la réunion, 414 millions d’euros ont été annoncés pour cette opérationnalisation de la Force conjointe pour l’année 2018. L’Union européenne qui s’était prononcée pour 50 millions d’euros est allée plus loin avec 176 millions d’euros.
La Conférence de Bruxelles s’est également penchée sur des questions de développement au Sahel. Pour cela, une autre rencontre de haut niveau est prévue fin juin pour mobiliser des fonds.
L’opérationnalisation de la Force conjointe du G5 Sahel permettra de déployer 5000 soldats des cinq pays membres pour combattre les groupes armés terroristes.
La gestion des ressources de la Force conjointe du G5 Sahel sera assurée par un Fonds fiduciaire mis en place par les chefs d’État et un mécanisme de coordination.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Conférence internationale de haut niveau sur le G5 Sahel : Le Président du Faso est arrivé à Bruxelles

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE est arrivé en début de soirée du lundi 22 février 2018 à Bruxelles en Belgique pour prendre part à la Conférence de haut niveau sur le G5 Sahel. Co-organisée par la Commission de l’Union européenne, l'Union africaine, les Nations unies et les pays du G5 Sahel, la rencontre de Bruxelles va servir de cadre à une levée de fonds pour le financement de la force conjointe du G5 Sahel.
C’est à 17 heures 50 minutes (16 heures 50 minutes T.U) que le Pic du Nahouri a atterri sur le tarmac de l’aéroport privé Aviapatner de Bruxelles. Le Président Roch Marc Christian KABORE a été accueilli au bas de la passerelle par l’Ambassadeur du Burkina Faso en Belgique et auprès de la Commission de l’Union européenne, Madame Jacqueline Marie ZABA /NIKIEMA, le personnel de l’ambassade, le délégué du Conseil supérieur des Burkinabè de l’Étranger/section Belgique, des membres de l’Association des Burkinabè de Belgique et ceux d’Amsterdam, le corps diplomatique du groupe Afrique de l’Ouest accrédité en Belgique et des membres du gouvernement burkinabè déjà présents à Bruxelles.
Quelques heures après leur arrivée à Bruxelles, les chefs d’Etat des pays membres du G5 Sahel se sont entretenus à huis clos en prélude à la rencontre de haut niveau prévue pour se tenir demain vendredi 23 février 2018 au siège de la Commission de l’Union européenne.
Il est également inscrit dans l’agenda du Président du Faso, des entretiens avec des partenaires au développement du Burkina Faso.
La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le Président du Faso accorde une audience à la Société Saint Vincent de Paul

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a accordé une audience dans la matinée du jeudi 22 février 2018 à Ouagadougou, à une délégation de la Société Saint Vincent de Paul (SSVP), conduite par son président international Monsieur Renato LIMA de OLIVEIRA.
Selon Monsieur Renato LIMA de OLIVEIRA, la Société Saint Vincent de Paul est une organisation caritative catholique présente dans 150 pays à travers le monde dont 41 en Afrique y compris le Burkina Faso.
Il a expliqué avoir débuté sa tournée dans six pays africains par le Burkina Faso pour l’excellent travail fait par le Conseil national Saint Vincent de Paul burkinabè. « Nous avons besoin du soutien du gouvernement pour davantage venir en aide au plus démunis. Notre entretien avec le Président du Faso était excellent et il nous a promis de nous soutenir en vue de nous permettre de mieux aider les pauvres », a-t-il ajouté.
Ainsi, cette organisation de charité présente dans 13 diocèses burkinabè a volé au secours des victimes de différents événements survenus dans le pays telles que les inondations, l’explosion qui a eu lieu en juillet 2014 dans le quartier Larlé de Ouagadougou, l’attaque terroriste du café Aziz Istanbul en août 2017, etc. De même une centaine d’enfants nécessiteux sont pris en charge à Pouytenga dans le Kouritenga et des logements sociaux sont gracieusement bâtis pour des indigents. Tout ceci dans la discrétion absolue, a indiqué Monsieur Justin ZINKONE, président national de la Société Saint Vincent de Paul du Burkina Faso.
Au cours de son séjour de 72 heures au Burkina Faso, le président international de la Société Saint Vincent de Paul va s’entretenir avec des groupes de jeunes, tenir des rencontres avec le clergé, participer à des séances de prières, etc.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Journée des légumineuses : Le Président du Faso livre ses sentiments

À l’issue de la cérémonie commémorative sur la Journée des légumineuses, le Président du Faso s’est prononcé sur l’importance de cette manifestation. « La célébration de la Journée des légumineuses n’est pas uniquement burkinabè. Le Burkina Faso a été à la base d’une conférence qui a demandé à ce qu’au plan international, il soit institué cette Journée internationale des légumineuses. La FAO a endossé l’idée, il reste aux Nations unies de prendre la dernière décision ». Pour le Président du Faso, « la Journée des légumineuses a plusieurs objectifs : sécurité alimentaire et nutritionnelle, création d’emplois pour les jeunes et les femmes. Et ces objectifs sont majeurs pour tout gouvernement dans le monde et en particulier au Burkina Faso. Je voudrais ajouter que depuis 2016, que ce travail a commencé, il y a eu des bénéfices qui ont intéressé nos producteurs. Il y va de leurs intérêts. Maintenant, le gouvernement doit travailler à lever un certain nombre d’obstacles pour donner plus d’ampleur au travail dans le domaine des légumineuses. Il s’agit de l’eau et de sa disponibilité, la question des infrastructures routières pour transporter les produits et par conséquent l’écoulement de ces produits ». Lorsqu’on vient ici à Koumbané, poursuit le Président Roch Marc Christian KABORE, « on découvre l’adversité dans laquelle les producteurs travaillent. On peut s’apercevoir que sur plus de 50 hectares, le travail effectué sur les cultures de niébé, de petits pois et d’arachide, rapporte beaucoup. À titre d’exemple, c’est près de 200.000 FCFA par hectare qui sont rapportés dans la production du niébé et cela est une bonne chose. Nous avons intérêt à faire en sorte que la Journée des légumineuses ne soit pas simplement du folklore, mais que cela corresponde à un enrichissement de nos producteurs ». Avant de finir avec les journalistes, le chef de l’Etat a « remercié le Directeur général de la FAO qui a accepté venir célébrer cette journée, ainsi que le président de la Confédération mondiale des légumineuses et les a rassurés que le Burkina Faso continuera à être à la pointe de ce combat ». Au sujet du barrage de Toubo où il y a un enlisement, le Président du Faso a rassuré que « des instructions ont été immédiatement données au ministre de l’eau pour que dans le courant de 2018, on fasse une étude pour voir comment on peut remettre ce barrage dans les meilleures conditions pour la production ici à Koumbané ». La Direction de la Communication de la Présidence du Faso.