A près de 60 ans, Bernadette OUEDRAOGO foule pour la première fois le sol du Burkina Faso

La doyenne de la communauté burkinabè de Madagascar est arrivée à Ouagadougou ce lundi 27 février 2017. Lors du séjour du Président du Faso sur la grande île, dans le cadre du 16eme Sommet de la Francophonie en novembre 2016, elle avait exprimé son souhait de decouvrir la terre de ses ancêtres. Aujourd’hui c’est chose faite.
Les parents et amis de Bernadette OUEDRAOGO avaient de la peine à contenir leur émotion à son arrivée à l’aéroport international de Ouagadougou. Le regard humide, les mains tremblantes, elle tombe dans les bras de son frère aîné qu’elle n’a pas revu depuis 51 ans. Les mots s’effacent pour laisser place à des larmes qui perlent sur les visages. Tout à tour elle étreint longuement ses amis et parents venus l’accueillir.
Quand Bernadette OUEDRAOGO retrouve ses mots, c’est pour traduire sa reconnaissance au Président du Faso qui a tenu sa promesse. “Je remercie le Président du Faso grâce à qui ce jour a été possible. C’est un homme de parole. Je suis vraiment très contente je n’ai pas les mots pour décrire mon émotion. Cela fait très longtemps que j’ai attendu ce jour-là. Maintenant que je suis là je suis vraiment très contente », a-t-elle lâché avec du tremolo dans la voix.
Née à Madagascar, d’un père burkinabè et d’une mère malgache, Bernadette OUEDRAOGO, qui frôle aujourd’hui la soixantaine, n’avait jamais foulé la terre de ses ancêtres. Elle a saisi l’occasion de la rencontre du Président du Faso avec la communauté burkinabè vivant à Madagascar en novembre 2016, pour exprimer son rêve de découvrir le pays de son père. Sensible à cette sollicitation, le Président Roch Marc Christian KABORE avait promis prendre les dispositions utiles pour rendre ce sejour possible.
Le programme de son séjour prévoit des audiences avec les autorités du pays dont le chef de l’Etat, des visites au village de son père, et des excursions touristiques. Bernadette OUEDRAOGO et son fils Bruno Roland RAZAFINDRAIBE séjourneront au Burkina du 27 Février au 27 mars 2017.

Coopération bilatérale : Une délégation du Parlement allemand chez le Président du Faso

Une délégation du Bundestag, le Parlement allemand, conduite par Monsieur Uwe KEKERITZ, membre du Bundestag et du comité de Coopération économique et du Développement, a été reçue en audience par le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, en début d’après-midi du lundi 27 février 2017. La délégation a été introduite auprès du chef de l’Etat par le président de l’Assemblée nationale du Burkina, Monsieur Salifou DIALLO.
Avec le chef de l’Etat burkinabè, la délégation du Bundestag a évoqué plusieurs sujets dont le développement socio-économique, la production agricole et les questions de sécurité.
« Nous avons évoqué différents thèmes avec le Président du Faso, notamment le développement économique et social, le développement du secteur agricole avec l’approvisionnement en produits alimentaires pour la population. Nous avons parlé aussi de la gestion de l’eau et de la situation sécuritaire », a expliqué Monsieur Uwe KEKERITZ.
La présence de la délégation du Bundestag au Burkina Faso a pour objectif selon Monsieur Uwe KEKERITZ de mieux connaître le pays des Hommes intègres ainsi que les projets soutenus par l’Allemagne. « Nous souhaitons avec ce voyage nous informer sur la situation réelle du Burkina Faso. Nous entendons beaucoup de messages positifs venant de votre pays, et voulons savoir en effet quelle était la situation, quel était le développement positif de votre pays. Regarder de près quels sont les projets que soutient l’Allemagne dans cette coopération avec le Burkina Faso. Nous souhaitons nous renseigner sur la réalité des faits », a-t-il avancé.
Le Bundestag a des liens de coopération avec l’Assemblée nationale burkinabè qu’il compte intensifier selon le porte-parole de la délégation. « Nous avons une coopération avec le Burkina Faso et avec le Parlement, l’Assemblée nationale du Burkina Faso. Nous avons créé un groupe parlementaire des pays francophones qui s’informe et rentre en contact régulièrement avec les représentants des Parlements du Mali et du Burkina Faso. Nous essayons de mettre en place des groupes d’amitié entre les parlementaires de nos pays respectifs, et nous espérons par-là, intensifier la coopération étroite entre nos Parlements. Nous espérons qu’à l’avenir, nous pourrons encore renforcer cette coopération entre les Parlements », a soutenu Monsieur Uwe KEKERITZ.

 

L’Allemagne renforce son soutien dans les secteurs de l’agriculture, de la formation professionnelle et des sports

Le Ministre fédéral de la Coopération de la République fédérale d’Allemagne, le Docteur Gerd MULLER a été reçu en audience par le Président du Faso, le lundi 27 février 2017, à Ouagadougou. L’entretien a porté sur le renforcement de la coopération dans trois secteurs clés de développement.
Le Docteur Gerd MULLER a fait le choix d’une tenue traditionnelle en Faso Dan Fani pour cette audience au cours de laquelle il a justement été question de la transformation du coton burkinabè. Le Ministre Gerd MULLER annonce la mobilisation des investissements privés de la part d’entreprises allemandes pour « que le coton blanc ne soit pas exporté en balles vers l’Europe et l’Asie, mais transformé » afin de créer plus d’emplois au profit des jeunes. Dans le but de renforcer les capacités des jeunes burkinabè pour qu’ils puissent répondre aux attentes du monde professionnel, la République fédérale d’Allemagne entend, selon son ministre, « réaliser des investissements dans le secteur de la formation professionnelle ».
Dans cette nouvelle dynamique de la coopération, le pays d’Angela MERKEL a inscrit, comme objectif prioritaire, l’augmentation de la productivité dans le secteur agricole. Le Docteur MULLER en est convaincu : « nous pourrons doubler le rendement de riz par hectare avec toutes les innovations disponibles et avec l’expertise et le savoir-faire de votre population ».
Les échanges entre l’Allemagne et le Burkina Faso vont concerner également le secteur des sports. Une bonne collaboration entre les fédérations de football des deux pays est en vue.
Concernant la question de la sécurité, le Burkina Faso a trouvé une oreille attentive auprès de l’Allemagne, qui participe déjà dans une mission au Mali, et soutient le pays des Hommes intègres dans la lutte contre le terrorisme.
Le Docteur Gerd MULLER a souligné que le renforcement des liens de coopération avec le Burkina Faso fait suite à la voie démocratique tracée par le Président du Faso et son peuple.

Le Directeur général pour la Coopération internationale et le développement à la Commission européenne chez le Président du Faso

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience Monsieur Stefano MANSERVISI, Directeur général pour la Coopération internationale et le développement à la Commission européenne ce lundi 27 février 2017.
A sa sortie d’audience, Monsieur MANSERVISI a dit qu’il est venu au Burkina Faso pour soutenir le FESPACO : « J’ai participé à l’ouverture du FESPACO et à différentes manifestations dont j’ai eu l’honneur d’être le parrain ». Sa présence à Ouagadougou, a-t-il expliqué, s’inscrit dans le cadre du soutien que « la Commission européenne apporte depuis 1969 à cet évènement ».
Pour lui, ce n’est pas qu’un évènement, le FESPACO, c’est une « preuve qui souligne l’importance de la culture au Burkina Faso ; une culture qui crée des emplois, la cohésion sociale et qui crée aussi le rayonnement du pays ».
Le Directeur général pour la Coopération internationale et le développement à la Commission européenne a fait savoir qu’il travaille pour relancer la coopération avec le Burkina Faso, avec la culture comme « facteur de création d’emplois et de cohésion sociale ». A cet effet, plusieurs rencontres avec les différents acteurs culturels du pays ont été initiées.
Monsieur MANSERVISI dit avoir aussi « saisi cette occasion avec le chef de l’Etat, pour faire l’état de mise en œuvre de la coopération entre l’Union européenne et le Burkina Faso ». Ce point selon lui, s’inscrit dans le cadre de la Conférence des donateurs pour la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES). Il a ainsi rappelé que l’Union européenne a promis un « effort de 800 millions d’euros, tous instruments confondus ».
Monsieur Stefano MANSERVISI a de ce fait salué les réformes entreprises par le chef de l’Etat, le gouvernement pour la « reconstruction du tissu social et pour avancer dans la justice et la sécurité ». Cette visite selon lui, a « précisément permis d’avoir un échange de vue sur l’état de la sécurité du pays, notamment dans le Nord et de voir quelles sont les initiatives que le Président du Faso et le gouvernement sont en train de prendre et dans quelle mesure on peut s’inscrire en partenaire, dans le cadre du G5 Sahel, dans le cadre plus bilatéral et sous régional ». La sécurité est un problème qui « touche tous les pays de la sous-région et des moyens ont été mobilisés pour prendre en compte tous les aspects de la sécurité, notamment, la sécurisation des frontières », a-t-il indiqué.

 

Ouverture de la 57e Conférence scientifique du Collège Ouest africain des Chirurgiens sous la présidence du chef de l’Etat

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a présidé la cérémonie officielle d’ouverture de la 57e Conférence scientifique du Collège Ouest africain des Chirurgiens (WACS), dans la matinée du lundi 27 février 2017.
C’est suivant un cérémonial de procession des membres du WACS vêtus de leur toge de couleur ocre, que le Président du Faso a fait son entrée dans la salle des Banquets de Ouaga 2000. Puis, la cérémonie a débuté par l’exécution de l’Hymne national suivi de celui du WACS au cours de laquelle le chef de l’Etat a reçu des mains du président du WACS, le Professeur Akinyinka O. OMIGBODUN, une toge et une distinction honorifique.
Cette cérémonie d’ouverture a également été marquée par des discours et des messages des différents collèges de chirurgiens invités à la 57e Conférence.
Premier à intervenir à la tribune, le président du Comité local d’organisation, le Professeur Jean LANKOANDE, a félicité le Président Roch Marc Christian KABORE pour « sa politique visant à rendre accessibles les soins de santé ».
Embouchant la même trompette, le président du WACS a pour sa part, remercié le chef de l’Etat burkinabè « pour avoir accepté de patronner la Conférence ». A en croire le Professeur Akinyinka O. OMIGBODUN, le WACS « se fortifie de plus en plus et sa contribution à la santé du peuple est indéniable ». Selon lui, le thème de la Conférence « Financement des soins de santé en chirurgie en Afrique sub-saharienne » est « soigneusement choisi car si les aspects financiers sont résolus, la plupart des problèmes insurmontables vont disparaître ».
Dans son discours d’ouverture, le Président Roch Marc Christian KABORE qui a indiqué que la pertinence du thème n’est plus à démontrer, « note avec satisfaction que le Collège ouest-africain des chirurgiens s’est imposé comme un véritable outil de promotion du développement sanitaire au profit de chacun de nos quinze (15) Etats membres, en offrant notamment aux chirurgiens de l’espace communautaire, un cadre de modernisation et de développement de la chirurgie ».
De ce fait, il s’est dit « attentif aux réflexions qui seront menées » au cours de cette 57e Conférence et a fait savoir que « le gouvernement et le peuple burkinabè sont résolument engagés pour assurer le renforcement du capital humain dans le domaine de la santé, pilier fondamental de notre action ».
La cérémonie officielle d’ouverture de la 57e Conférence scientifique du Collège Ouest africain des Chirurgiens a connu la présence du Moro Naba Baongho.