Des patrons de sociétés minières exposent leurs préoccupations au Président du Faso

Le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE, a reçu le lundi 20 juin 2016, une importante délégation de responsables de sociétés minières accompagnés par le président de la Chambre des mines, Monsieur Elie Justin OUEDRAOGO. Au cœur des échanges avec le chef de l’Etat, la contribution des compagnies minières au développement du Burkina Faso.
« L’industrie minière est une industrie qui contribue au développement social, communautaire et économique du Burkina Faso. Nous sommes des grands partenaires du gouvernement et de la population. Nous avons pu discuter avec le Président du Faso, des contraintes et des enjeux que les compagnies minières font face aujourd’hui. Nous nous réjouissons de cette rencontre qui a été positive pour les deux partenaires que sont le Burkina et les compagnies minières », a déclaré à l’issue de l’entretien, Monsieur Benoit DESORMAUX, Président Directeur Général de la société minière SEMAFO et chef de la délégation.
Selon Monsieur DESORMAUX, le contexte économique mondial est peu reluisant pour les industries minières de nos jours et la situation est assez préoccupante. C’est pourquoi il a plaidé pour que les changements qui vont s’opérer au niveau du code minier burkinabè puissent tenir compte de ces différents enjeux dans le contexte international.

 

Roch Marc Christian KABORE satisfait de sa participation aux 10e Journées européennes de Développement

Le Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian KABORE, a participé, du 14 au 18 juin 2016 à Bruxelles en Belgique, aux 10e Journées européennes de Développement (JED).
A son retour au Burkina Faso en début d’après-midi du samedi 18 juin 2016 à l’Aéroport international de Ouagadougou, Roch Marc Christian KABORE a fait à la presse nationale, le bilan de son voyage qu’il juge satisfaisant.
Le séjour à Bruxelles dans le cadre des 10è Journées européennes de Développement (JED), a été l’occasion selon Roch Marc Christian KABORE, de rencontres bilatérales avec des partenaires au développement du Burkina Faso. « Ce fut une occasion pour nous à l’ouverture de pouvoir faire le point sur la situation politique, économique et sécuritaire du Burkina Faso et également montrer les grandes pistes du Programme national de Développement économique et social (PNDES) de notre pays. Ce fut également l’occasion de participer à un panel avec le Président de Centrafrique et la vice-présidente de l’Union européenne sur les préoccupations d’aujourd’hui qui sont celles de partenariat, de développement, d’emploi des jeunes. Une nouvelle vision est en train de se dessiner au niveau de l’Union européenne qui est d’abord de tenir compte des priorités des pays afin d’en apporter des financements. Le second point est qu’il faut désormais lier le développement à la sécurité parce que sans sécurité, il n’y a pas d’investissements, pas d’emplois encore moins de développement », a indiqué le chef de l’Etat.
Selon le Président du Faso, les partenaires ont accordé une oreille attentive aux préoccupations exprimées par sa délégation et des engagements financiers ont été pris. « Nous avons rencontré le Commissaire chargé du Développement, la Vice-présidente, le Président de Centrafrique, et le président du Conseil européen. A tous ces niveaux, nous avons vendu les objectifs 2020 du Burkina et sa reprise économique pour son développement. Partout, nous avons reçu un accueil chaleureux et je voudrais vous dire que les partenaires se sont félicités du retour à l’Etat de droit et à la démocratie dans le pays et se sont engagés à soutenir les objectifs que nous avons au niveau du PNDES. Au niveau de l’Union européenne déjà, pour cette année 2016 aussi bien pour Zagtouli qu’au niveau des appuis budgétaires, nous avons environ 100 millions d’euros qui sont mis à la disposition du Burkina Faso pour faire en sorte que sur les frontières, nous ayons un développement intégré entre les pays frontaliers.
Le second aspect est que pour le PNDES, à partir de 2017, l’Union européenne va injecter à peu près 400 millions d’euros pour soutenir les objectifs du PNDES », a ajouté Roch Marc Christian KABORE.
Au Grand-Duché de Luxembourg, « ce sont des financements de l’ordre 60 millions d’euros qui seront mis à la disposition du Burkina Faso dans le cadre du PNDES », s’est félicité le chef de l’Etat avant d’annoncer que « la coopération a repris entre le royaume de Belgique et le Burkina Faso. » « Cette coopération nous a permis dans un premier temps d’obtenir 10 millions d’euros, non seulement pour l’eau potable et l’assainissement mais également pour la santé de la reproduction. A partir de 2017, nous allons tenir la commission mixte entre la Belgique et le Burkina Faso en vue de voir leur contribution vis-à-vis du programme que nous avons mis en place », a-t-il laissé entendre.
« Ce fut l’occasion au Luxembourg tout comme en Belgique, à en croire le Président du Faso,  de rencontrer toutes les autorités: au Luxembourg, nous avons rencontré le Premier ministre, le président du Parlement et également Son Altesse royale le Grand-Duc ».
Roch Marc Christian KABORE a dit toute sa satisfaction pour sa participation aux 10e JED. « C’est une mission qui a été très bénéfique pour notre pays, et cela a donné l’occasion encore de montrer que le Burkina Faso se trouve sur la bonne voie aussi bien du point de vue du renforcement de la démocratie que du point de vue de son projet de société qui est le programme qui sera soumis à toutes les composantes du Burkina Faso pour discussion en vue de son amélioration », a-t-il conclu.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Le Président du Faso s’entretient avec le personnel diplomatique de l’ambassade du Burkina Faso à Bruxelles

Peu avant son départ de Bruxelles où il a participé à la 10è édition des Journées européennes du développement, le Président du Faso s’est rendu à l’ambassade du Burkina Faso à Bruxelles le 18 juin 2016 pour rencontrer le personnel diplomatique.
L’Ambassadeur Dieudonné KERE, Chargé d’Affaires a.i. et Représentant permanent adjoint du Burkina auprès de l’Union européenne a tout d’abord remercié le Président du Faso pour sa disponibilité à s’être déplacé à la mission permanente de son pays auprès de l’Union européenne afin de s’enquérir des conditions de vie et de travail du personnel diplomatique.
L’ambassade du Burkina Faso en Belgique, selon l’Ambassadeur KERE, connaît en ce moment quelques difficultés : des problèmes recensés, on peut retenir entre autres que la toiture de la chancellerie est dégradée, ce qui pourrait impacter tout le bâtiment, que l’Ambassadeur, Représentant permanent est sans véhicule de fonction et que le personnel aussi travaille avec des moyens vétustes et insuffisants.
Toutefois, cette situation difficile peu enviable n’entame pas le moral des diplomates burkinabè qui continuent de représenter dignement leur pays auprès de l’Europe. Toute chose qui a marqué le Président du Faso.
Roch Marc Christian KABORE a de ce fait, félicité les représentants burkinabè auprès de l’Union européenne pour leur patriotisme et le sens qu’ils donnent à leur fonction, à savoir, des diplomates intègres.
Il a cependant regretté que l’ambassade ait attendu cette visite pour évoquer toutes ces préoccupations. Ce qui du reste ne l’a pas empêché d’en prendre bonne note. Il a fait remarquer que les difficultés évoquées sont semblables à celles que connaissent les représentations diplomatiques du Burkina Faso à l’étranger. Le Président du Faso a promis au personnel diplomatique du Burkina Faso à Bruxelles de trouver une solution rapide à certaines urgences en attendant 2017 où tous les problèmes évoqués pourraient être traités avec satisfaction.
Avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’extérieur et le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, le chef de l’Etat a encouragé les diplomates burkinabè pour leur abnégation et l’amour qu’ils ont pour leur patrie et les a rassurés de sa disponibilité à toujours être à leur écoute.
Une visite des locaux a permis au Président du Faso de constater de visu, l’état de la chancellerie. Le personnel diplomatique a exprimé toute sa reconnaissance au Président Roch Marc Christian KABORE avant de lui dire au revoir dans l’espoir que sa prochaine visite à Bruxelles les trouvera dans de très bonnes conditions de travail.

Le Président du Faso en visite d’amitié et de travail au Luxembourg

Le Président Roch Marc Christian KABORE a entamé le 16 juin 2016 dans la soirée, une visite d’amitié et de travail au Luxembourg.
Le 17 juin 2016, il a été successivement reçu par le Président de la Chambre des Députés, Monsieur Mars DI BARTOLOMEO et Son Altesse Royale le Grand-Duc.
Avec les plus hautes autorités luxembourgeoises, les échanges ont porté sur la situation nationale postélectorale et les questions de coopération bilatérale.
Le Président du Faso a rassuré la partie luxembourgeoise de l’engagement du nouveau gouvernement dans le renforcement de la démocratie et de l’état de droit, de la bonne gouvernance, de la justice. Il a aussi évoqué les priorités du gouvernement conformément au Plan national de Développement économique et social (PNDES), la question sécuritaire, etc.
Roch Marc Christian KABORE a remercié le Luxembourg qui, en sa qualité de président de la troïka des Partenaires techniques et financiers du Burkina, a un rôle particulier à jouer pour accompagner le Burkina dans la mise en œuvre des projets de développement, et les soutiens multiformes apportés à son pays.
Le Président du Faso s’est aussi félicité de la réalisation du Centre régional de transfusion sanguine (CRTS) de Ouagadougou qui a contribué à l’extension géographique du système, à une meilleure structuration des services, ainsi qu’à un meilleur accès des populations à la transfusion sanguine.
En retour, les autorités luxembourgeoises ont rassuré le Président du Faso de leur soutien dans la mise en œuvre de son programme de développement.
Selon le Président de la Chambre des Députés, son pays et le Burkina ont beaucoup d’expériences en commun et ont une même vision politique. Il dit compter sur l’expérience du Président KABORE en tant qu’ancien président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso pour renforcer la coopération bilatérale déjà fructueuse.
La Chambre des Députés du Luxembourg qui est un parlement monocaméral, compte 60 députés dont 32 de la majorité.

Le Vice-Premier ministre, Ministre de la Coopération au Développement de la Belgique soutient le processus démocratique du Burkina

Le Président du Faso a été reçu par le Vice-Premier ministre, Ministre de la Coopération au Développement de la Belgique le 16 juin 2016. Avec Monsieur Alexander DE CROO, le Président Roch Marc Christian KABORE a parlé de développement et d’investissement.
Le Vice-Premier ministre belge s’est dit ravi de rencontrer à nouveau le Président du Faso, six mois après l’audience que lui a accordée le chef de l’Etat à Ouagadougou. Alexander DE CROO encourage les autorités burkinabè qui se sont engagés dans un véritable processus de développement du pays. La Belgique a-t-il dit, « ne ménagera aucun effort pour soutenir le processus démocratique en cours au Burkina ». C’est cette volonté politique reconnue des autorités burkinabè en matière de démocratie qui a guidé la Belgique à réinscrire le Burkina sur la liste des pays prioritaires au développement car le développement ne peut aboutir si le pays reste en dehors des principes et des pratiques démocratiques.
Les échanges entre le Président Roch Marc Christian KABORE et le Vice-Premier ministre belge ont surtout concerné les secteurs de l’eau, de la santé sexuelle et reproductive, de la sécurité et de l’informatisation de la fonction publique. Alexander DE CROO pense qu’il faut « aller au-delà d’une discussion de développement vers une discussion d’investissement, commerciale ». Le secteur privé est l’autre mamelle du développement où il faut investir et ce volet va être pris en compte dans la dynamique de coopération entre la Belgique et le Burkina.